Modifié le 29 janvier 2018 à 17:39

Bruno Mars, le prince du funk devenu roi des Grammy Awards

Bruno Mars pose pour les photographes avec ses six Grammy Awards.
Bruno Mars pose pour les photographes avec ses six Grammy Awards. [Justin Lane - EPA/Keystone]
Avec six récompenses, Bruno Mars s'est imposé dimanche soir en tant que grand vainqueur des Grammy Awards à New York. Retour sur la carrière sous influence du chanteur américain à succès.

Durant au moins une soirée, Bruno Mars aura régné sur l'industrie musicale américaine. En s'imposant dans les catégories de meilleur album et de meilleure chanson aux Grammy Awards, il a réalisé la prouesse de faire oublier les rappeurs Kendrick Lamar et Jay-Z, ainsi que le mégatube de 2017, "Despacito". Des concurrents que le showman a pensé à remercier, tout en modestie.

>> Le résumé de la soirée dans le 12h45:

Grammy Awards: la violoniste bernoise d'origine moldave Patricia Kopatchinskaja récompensée
12h45 - Publié le 29 janvier 2018
 

>> Lire aussiDes roses blanches aux Grammys contre le harcèlement et pour l'égalité

A l'aise sur scène, tant pour recevoir des prix que pour chanter, celui que le magazine Forbes a surnommé "la superstar sans effort" baigne dans la musique depuis l'enfance. Né à Hawaï au sein d'une famille d'artistes, le petit Peter Hernandez de son vrai nom monte sur scène dès l'âge de 4 ans. Sur l'île, on le connaît pour son imitation d'Elvis Presley, raconte la légende familiale.

"Je ne m'en souviens pas vraiment", confiait en 2013 le chanteur au magazine GQ. "Je ne parlais probablement pas encore correctement... Mais j'étais tellement bon!"

De la pop, de la soul, du rock, etc.

Une fois adulte, Bruno Mars part pour Los Angeles et ses promesses de célébrité. Il gagne sa vie en écrivant des morceaux pour d'autres. En 2010 sortent finalement son premier album et son premier tube, le sirupeux "Just the Way You Are". Le succès est instantané.

Chansons pop, rock ou soul, Bruno Mars mélange les genres dans ses deux premiers albums. L'ancien mini-Elvis fait du Police, du Prince ou du Michael Jackson, et ça plaît.

Fin 2014 arrive la consécration lorsque le performeur prête sa voix au producteur Mark Ronson pour le tubesque "Uptown Funk". Le titre s'inspire fortement - voire trop fortement pour certains - du funk des années 1980. Un hommage rendu visuellement également avec un clip rétro et flamboyant. La vidéo devient un phénomène, avec 2,9 milliards de vues sur YouTube, soit la cinquième plus visionnée de l'histoire de la plateforme.

>> Le clip de "Uptown Funk":

Un mec qui "transpire" la confiance en soi

Comment rebondir après un tel succès? La question n'a pas dû préoccuper longtemps le trentenaire. En novembre 2016 sort son troisième album, "24K Magic", efficace, à l'image des précédents.

Bruno Mars le porte sur scène l'année suivante. Et va jusqu'à transformer le concert en un show TV spécial au mythique Apollo Theater de New York, également diffusé sur la RTS. Le chanteur y montre ses talents d'interprète, de danseur, de comédien, ainsi que son assurance sans limite.

Celle-ci serait-elle la clé de son succès? "Vous préférez voir un type nerveux sur scène ou un mec qui aime ce qu'il fait et qui est sûr de lui?", disait-il au début de sa carrière. "Regardez Michael Jackson, Prince ou Elvis, ces mecs transpirent l'assurance!"

Tamara Muncanovic

Publié le 29 janvier 2018 à 17:37 - Modifié le 29 janvier 2018 à 17:39