Publié jeudi à 14:03

Le milieu classique suisse n'est pas épargné par le harcèlement sexuel

Le milieu de la musique classique n'est pas épargné par les affaires de harcèlement sexuel. (image d'illustration)
Les témoignages de harcèlement se multiplient dans le milieu de la musique classique Le 12h30 / 3 min. / jeudi à 12:54
Après la suspension de James Levine, chef d'orchestre du Metropolitan Opera de New York accusé d'agressions sexuelles dans les années 80, les langues se délient. Muriel Noble, violoniste de l'Orchestre de la Suisse romande, a décidé de parler.

Muriel Noble, violoniste de l'Orchestre de la Suisse romande (OSR) est aussi secrétaire de la section de Genève de l'USDAM, l'Union suisse des artistes. Elle a choisi de témoigner. Son histoire date des années 2000. A l'époque, elle était jeune, et a pu se tourner vers l'USDAM qui l'a conseillée et soutenue.

Dans le milieu musical suisse, dans le milieu musical international en général, dès qu'il y a jeu de pouvoir, il y a harcèlement. Les prédateurs, parce que pour moi ce sont des prédateurs, choisissent très bien leurs victimes. Ils savent exactement à quel moment ils peuvent attaquer.

Muriel Noble, violoniste

Muriel Noble appelle aujourd'hui les victimes de harcèlement à agir, à avertir les instances compétentes et à encourager les personnes concernées à sortir de ce rôle de victime, surtout dans ce milieu très hiérarchisé, qui peut favoriser des comportements déplacés.

Un rapport de force particulier

Dans un orchestre, il y a les chefs de pupitre et un chef d'orchestre. Si Muriel Noble rappelle que certains sont fantastiques, elle explique que d'autres profitent de ce statut pour s'octroyer les pleins pouvoirs.

Notre métier fait que l'on doit obéir aux gestes du chef d'orchestre. C'est notre job. Nous sommes musiciens, nous devons le suivre.

Muriel Noble, violoniste

Un orchestre fonctionne comme un microcosme pour Muriel Noble, c'est pourquoi, selon elle, comme dans le reste de la société, le harcèlement existe aussi bel et bien.

Des propos recueillis par Pierre-Etienne Joye/réalisation web: ld

Publié jeudi à 14:03