Modifié le 29 septembre 2017

La FCMA célèbre ses vingt ans au service des musiciens romands

La chanteuse romande Sandor, qui a séduit des festivals prestigieux tels que les Transmusicales de Rennes et le Printemps de Bourges en France ou les Nuits Botaniques en Belgique.
La Romande Sandor, qui a séduit des festivals prestigieux ( Transmusicales de Rennes et Printemps de Bourges en France, Nuits Botaniques en Belgique), se produit à Nyon ce vendredi. [Prune Simon-Vermot - sandormusic.com]
La Fondation romande pour la chanson et les musiques actuelles (FCMA) basée à Nyon célèbre ses vingt ans vendredi via une soirée de concerts et la sortie d'une compilation d'artistes romands. Retour en quelques étapes clés sur son rôle.

Son budget a triplé en vingt ans, passant de 150'000 francs en 1997 à 450'000 francs aujourd'hui. La Fondation romande pour la chanson et les musiques actuelles (FCMA), structure d'aide aux artistes des scènes romandes pop, rock, chanson, electro et rap ainsi qu'aux labels, managers ou agents, a ainsi pu consolider sa place de révélateur de talents autant que d'accélérateur de carrières et de soutien à la professionnalisation des acteurs de la filière musicale.

Un rôle de "facilitateur, de mise à disposition d'un réseau et de connaissances", comme aime à le définir son directeur depuis l'origine Marc Ridet, qui s'est traduit de plusieurs manières: entre autres, plus de trente compilations regroupant plus de 400 artistes, plus de 90 journées de formation auprès de 1100 participants, implication dans le festival biennal Label Suisse, deux partenariats avec la HES-SO dont le certificat de Manager socioculturel dans le domaine des musiques actuelles, et deux projets scéniques transfrontaliers franco-suisses (Opération Iceberg, festival Walk the Line).

Des figures pop désormais plus populaires et reconnues comme Bastian Baker, Kadebostany, Mama Rosin, Oy, Jérémie Kisling, Polar, Puts Marie, Reverend Beat-Man ou Sophie Hunger (photo) sont passées entre les mains de la FCMA. D'autres, émergentes, telles que Sandor ou Verveine ont eu les faveurs de prestigieux festivals internationaux, dont les Transmusicales de Rennes.

Concert de Sophie Hunger au festival Label Suisse 2016. ©AnneBichsel
Concert de Sophie Hunger au festival Label Suisse 2016. ©AnneBichsel [Anne Bichsel - RTS]
 

Retour en trois étapes clés sur la consolidation d'une fondation au financement mixte, public et privé, qui est présidée par la conseillère vaudoise aux Etats Géraldine Savary.

L'émancipation en 2002

Fondé à l'initiative du directeur du Paléo Festival, Daniel Rossellat et du conseiller d'Etat vaudois, Jean-Jacques Schwaab, la FCMA se fond durant cinq ans dans les bureaux de l'open air nyonnais. Marc Ridet estime qu'un premier cap vers la professionnalisation de la structure est franchi en 2002 quand la FCMA déménage et "se retrouve moins sous perfusion" du plus grand festival suisse: "Même si les trois quarts de notre budget étaient assurés par Paléo, c'était une forme d'indépendance. Déjà, je n'étais plus employé par le festival".

Une étape qui correspond aussi au soutien apporté par l'Office fédéral de la culture (OFC) et à la création de Swiss Music Export (SME) dans la foulée en 2003, premières balises pour un meilleur rayonnement des artistes suisses à l'étranger.

Le financement de résidences en 2006

Le deuxième cap important aux yeux de Marc Ridet est franchi en 2006, lorsque la Loterie romande a commencé à financer des résidences artistiques. Plus de 100 projets de résidences visant la préparation d'un nouveau spectacle dans ses moindres détails scéniques et techniques ont pu être mises sur pied et offrir aux artistes des conseils et clés de professionnalisation.

>> A voir: Marc Ridet dans Réveil à 3 évoque la surmédiatisation qui ne rend pas forcément service aux artistes suisses

L'invité - Marc Ridet
Réveil à 3 - Publié le 26 septembre 2017
 

Un fonds intercantonal en 2017

Le troisième cap intervient en 2017, avec la création de "Musique +", un fonds intercantonal doté de 100'000 francs destiné à structurer et développer un projet musical professionnel. Il remplace un fond dédié à l'enregistrement d'un album qui n'a plus lieu d'être depuis l'effondrement du marché du disque ou de la primauté du live. Une preuve surtout, selon Marc Ridet, que la sphère politique est de plus en plus à l'écoute et sensible aux musiques actuelles.

Huit projets ont été retenus par la FCMA qui en est le mandataire, chacun bénéficiant d'une aide financière allant de 8000 à 20'000 francs ainsi que d'un accompagnement dans leurs démarches via entretiens et conseils. Parmi les lauréats figurent la chanteuse Sandor (VD/VS) et le DJ et producteur electro FlexFab (NE) qui se produisent ensemble à l'Usine à Gaz de Nyon vendredi en cette soirée de gala et se retrouvent, parmi une trentaine d'artistes, sur la compilation spéciale des 20 ans de la FCMA publiée pour l'occasion (à laquelle la RTS est associée).

>> A écouter: Sandor et FlexFab en interview dans Poney Express sur Couleur 3:

Image audio
Pony Express - Publié le 29 septembre 2017
 

Olivier Horner

FCMA 20 ans, Usine à Gaz, Nyon, ve 29 sept. à 20h. Avec les concerts de Aurélie Emery, LiA, FlexFab, Sandor, The Animen, Feldermelder, Mimetic. Infos: www.usineagaz.ch; www.petzi.ch

La 1ère est en direct de la soirée ve 29 sept., dans Paradiso, entre 19h et 20h.

Publié le 29 septembre 2017 - Modifié le 29 septembre 2017

Quel cap pour l'avenir?

"Si le vivier de talents de la scène romande et suisse s'est agrandi ces vingt dernières années au même titre que le potentiel de carrière, les structures d'accompagnement des artistes doivent encore être consolidées, professionnalisées", estime Marc Ridet au regard d'une concurrence plus que jamais mondialisée. Il s'agit aussi de permettre aux politiques de toujours mieux décoder ce monde des musiques actuelles, éternel parent pauvre des subventions.