Modifié le 26 septembre 2017

La Fondation Bodmer scrute l’onde de choc du jazz sur le monde des lettres

L'affiche de l'exposition "Jazz & Lettres" à la Fondation Martin Bodmer.
Et si le jazz avait pour date officielle de naissance 1917? Nectar / 53 min. / le 25 septembre 2017
La rencontre entre la musique "nègre" et les poètes, écrivains et critiques subjugués par le jazz tout au long du 20e siècle est célébrée à la Fondation Bodmer, à Genève, jusqu’au 25 mars.

L'exposition "Jazz & Lettres" à la Fondation Bodmer réunit livres, disques, "douches sonores", photos, affiches, films et témoignages recueillis par le commissaire Jacques Quentin, à la fois antiquaire et libraire.

1917, la naissance du jazz?

C’est la conjonction de trois évènements qui a précipité cet anniversaire un peu artificiel. Car le jazz, et Jacques Quentin est le premier à le reconnaître, plonge ses racines bien plus loin, dans la deuxième moitié du 19e siècle. Mais la première guerre mondiale et ses musiciens noirs qui s’exportent en Europe - une Europe qui en sera émerveillée - suivie de l'immense succès du premier disque de jazz, et enfin la dissolution du quartier chaud de la Nouvelle Orléans et sa diaspora de musiciens qui va gagner le nord des États-Unis et essaimer bien plus loin, tout cela et d’autres raisons encore font de cette date un bon départ pour aller scruter l’onde de choc et les répercussions du jazz sur le monde des lettres.

>> Voir quelques images de l'exposition:

 

Ansermet, Cocteau, Cendrars, Vian sont quelques-uns des noms que l’on croise au hasard des manuscrits et éditions rares exposés.

Isabelle Carceles/mh

"Jazz & Lettres", Fondation Bodmer, Genève, jusqu'au 25 mars 2018.

 

Publié le 25 septembre 2017 - Modifié le 26 septembre 2017