Publié

La Philharmonie de Paris crée "Musicanimale", un bestiaire sonore et visuel

Image de Miruka aworéka pour l'exposition "musicanimale" [Cité de la Musique Paris  - YELLOW]
Le grand bestiaire sonore de lʹexposition "Musicanimale" / Musique matin / 6 min. / le 13 septembre 2022
La Cité de la Musique et la Philharmonie de Paris proposent un abécédaire musical. On y découvre une quarantaine d’espèces animales dans un parcours de 150 œuvres d’art. A découvrir du 20 septembre au 29 janvier 2023.

Au 17e siècle, le compositeur Joseph Bodin de Boismortier, fasciné par le monde animal, imagine une composition musicale qui imite le saut d’une puce. Cette création s’inscrit dans une période où le mimétisme de l’expression bestiale est à la mode.

A cette époque, il n’est pas rare d’entendre le miaulement d’un chat, le bruissement d’ailes d’un oiseau ou encore le hurlement d’un loup dans des oeuvres musicales. Avec le développement de la bioacoustique, l’imitation sonore se complexifie et des artistes tels que Bernie Krause ou Knud Viktor prennent leur essor.

La bioacoustique animale et végétale

Le premier enregistrement célèbre d'un oiseau est effectué par le preneur de son britannique Ludwig Karl Koch en 1889. On y entend, de manière inédite, la vocalise d'un Shama en captivité au zoo de Francfort-sur-le-Main. A la suite de cette prise de son et tout au long du 20e siècle, de nombreuses figures artistiques vont vouloir l'imiter. A commencer par le musicien américain Bernie Krause, qui crée le concept de paysage sonore ainsi que les termes scientifiques suivants: "biophonie", "géophonie" et "antrophonie". Il va par ailleurs participer à la production de l'album "Electronic Sound" de George Harrison.

Le Danois Knud Viktor quant à lui devient dès 1962 peintre sonore, et c’est dans la nature qu’il puise l’inspiration de ses dessins audio. On le considère comme un pionnier du "field recording" et de l’écologie sonore.

Le choix de l’abécédaire pour rendre l’exposition accessible

La voix animale fascine depuis toujours et lui rendre hommage coule de source. Le parcours muséal proposé par Marie-Pauline Martin, commissaire et directrice de la Cité de la Musique à Paris, rend l’exposition poétique et agréable, autant pour l’œil que pour l’oreille!

Le dessin d’un abécédaire malicieux met en lumière un objet, un animal, un instrument ou un compositeur sous la même lettre. Dans le "I", on entend le pas gracile d’un insecte, dans le "K", on lit l’historiographie de la vie de Krause. Un visuel amusant qui permet de raconter de micro-narrations et de mettre le visiteur face à une question cruciale: comment préserver une biodiversité sonore en voie de disparition?

Sujet antenne: David Christoffel

Adaptation web: Layla Shlonsky

"Musicanimale", Cité de la Musique, Paris. A voir jusqu'au 29 janvier 2023.

Publié