Modifié

Avec "Mauve Jacaranda", le rappeur Gaël Faye continue d'insuffler de l'espoir

Gaël Faye harangue la foule pendant son concert sur la Grande scène. [Valentin Flauraud - Keystone]
Gaël Faye "Mauve Jacaranda" / Vertigo / 12 min. / le 26 juillet 2022
Gaël Faye est en tournée pour présenter "Mauve Jacaranda", un nouvel EP qui vient clôturer une trilogie aux couleurs végétales entamée en 2017. De passage au Paléo Festival, le rappeur et écrivain franco-rwandais analysait pour la RTS ses nouvelles compositions.

Après son premier album "Pili Pili sur un croissant de beurre" sorti en 2013, Gaël Faye s'est fait connaître du grand public avec "Petit pays", une chanson qui est devenue un un livre, puis un film, inspiré de son enfance au Burundi, des traumatismes de son exil forcé suite à la guerre et des atrocités qui en ont découlé dans la région des Grands Lacs.

Le succès du livre pour lequel il a reçu plusieurs récompenses, dont le Prix Goncourt des lycéens, a boosté sa carrière musicale et son deuxième album "Lundi méchant", sorti en 2020, devient rapidement disque d'or.

Parallèlement, Gaël Faye sort régulièrement des EP (mini albums). Il y a eu "Rythmes et botanique" en 2017, "Des fleurs" en 2018 et "Mauve Jacaranda", du nom d'une fleur que l'on retrouve beaucoup en Afrique, il y a quelques semaines.

Un mélange d'électronique et d'organique

Une trilogie florale dont les textes sonnent pourtant très urbains. "C'est un métissage, mais ça me va bien, explique Gaël Faye à la RTS. Tout ça se mélange, je ne fais pas de distinction. Et il y a une symbolique de la végétation: celle de la résilience, de la résistance, de la vie qui continue quoi qu'il advienne."

"Ma musique est un mélange électronique/organique, poursuit l'artiste. L'électronique, c'est peut-être la ville, le côté maîtrisé de la route, de l'urbain, du cadastre. Et après, il y a l'organique. Tout ce que l'on ne maîtrise pas et qui est là. Et c'est ça qui fait le sel de la vie".

Racisme et ostracisme

Dans son nouvel EP "Mauve Jacaranda", la thématique du racisme et de l'ostracisme que l'on peut ressentir en tant que jeune étranger en Occident est aussi présente. En particulier sur la chanson "Taxiphone".

>> A écouter: la chanson "Taxiphone" de Gaël Faye

Et Gaël Faye d'expliquer que malgré sa célébrité et son succès, cette thématique est toujours importante pour lui. "Je continue de rencontrer beaucoup de jeunes arrivants qui ont fui des conflits ou la pauvreté. Je me rends compte qu'ils ont quinze ou seize ans et qu'ils traversent des choses qui me renvoient à ma propre expérience."

Je venais d'Afrique, on me disait "tu sais, t'es sous-développé"
Donc révolté, j'ai dû travailler pour fermer des clapets.

J'étais la risée de tout le collège, qui déraciné
Qui d'Africain dans la cour de récré, mineur isolé.

Ça jouait les durs, ça parlait de racket et de crans d'arrêt
Je venais de là où soufflaient les obus et roulaient les blindés.


Okay, okay, la France c'est la paix, la sécurité
Mais c'est aussi la morsure du froid et la solitude.

L'Eldorado n'était pas si beau, nan, Papa nous mentait,
Si je reste ici, c'est pas pour rapper mais piller les études.

Extrait de la chanson "Taxiphone" de Gaël Faye

Ecrire pour les autres

"S'il y a un truc que je garde du rap et du hip-hop, continue-t-il, c'est que l'on n'écrit jamais que pour soi. On écrit aussi pour l'autre. C'est donc une chanson qui tend un miroir pour dire: 'mon frère, ma sœur, tu es digne. Même si tu arrives ici et que l'on te crache au visage, travaille ta réponse, travaille ton jeu de jambes, travaille ton esquive. Reste qui tu es. Affirme-toi'. Et ça peut-être par la chanson ou par l'écriture, comme je le fais. Pour moi, ça a été ma catharsis, mais ça peut être par tellement d'autres choses."

Un message d'espoir que cet artiste à la fois poète, slameur et rappeur distille actuellement dans une tournée qui est passée par le Paléo Festival samedi dernier.

>> A voir: Gaël Faye au contact de son public lors de son concert au Paléo Festival de Nyon

Des propos recueillis par Michel "Dynamike" Ndeze

Adaptation web: Andréanne Quartier-la-Tente

Publié Modifié