Publié

Les musiques sacrées ont repris leurs quartiers à Fribourg

Visuel du Festival international de musiques sacrées à Fribourg. [fims-fribourg.ch]
Visuel du Festival international de musiques sacrées à Fribourg. [fims-fribourg.ch]
Jusqu'au 10 juillet, le Festival international de musiques sacrées (FIMS) bat son plein à Fribourg. Créée en 1986, la manifestation bisannuelle explore 1000 ans de musique avec pas moins de quatorze concerts "d'exception", dont plusieurs sont diffusés en direct sur Espace 2.

Les concerts figurent à l’affiche d’une "programmation particulièrement relevée où les formations musicales les plus réputées côtoient les meilleurs ensembles de la nouvelle génération", indiquent les organisateurs. Du nord au sud, d’est en ouest, le FIMS poursuit donc son invitation à la découverte du monde.

Le menu, qui couvre une période allant du Moyen Âge au XXIe siècle, comprend des propositions musicales originales et ancrées dans les territoires qui les ont vues naître. La musique baroque y tient le haut de l’affiche, avec quatre concerts qui mettent en lumière les spécificités qu'ils tirent de leur origine géographique.

"Couleurs du monde"

Les traditions allemande, tchèque et italienne seront défendues par les formations musicales parmi les plus prestigieuses de la musique ancienne: Les Ambassadeurs - La Grande Ecurie, Damien Guillon et son Banquet Céleste, l’ensemble I Gemelli et la Netherlands Bach Society qui vient de fêter ses 100 ans.

Les concerts estampillés "Couleurs du monde" emmèneront les spectateurs du FIMS Fribourg en Afrique et en Asie. Valéik, entre autres, proposera un "voyage envoûtant" des montagnes du Valais à celles du Manden (entre le Mali et la Guinée) où l’accordéon dialogue avec le djembé, annonce le festival.

La musique chorale sera particulièrement à l’honneur et offrira un grand écart entre la musique de la Renaissance et la musique contemporaine. Sur suggestion du FIMS, le Huelgas Ensemble présentera ainsi un programme taillé sur mesure autour d’Homer Herpol, chantre à la cathédrale St-Nicolas dans les années 1550.

Une oeuvre en première mondiale

Le RIAS Kammerchor Berlin opérera quant à lui son grand retour à Fribourg pour interpréter des pièces du XXe siècle (Schnittke, Penderecki) et créer, en première mondiale, l’oeuvre commandée par le festival au compositeur vaudois installé en France Richard Dubugnon. Deux ensembles suisses d’excellence seront en outre à voir.

Tout d'abord, le Miroir de Musique (7 juillet), dont les membres sont issus de la Schola Cantorum Basiliensis, fera renaître le répertoire populaire des confréries vénitiennes du XVe siècle. Avec le Quatuor Sine Nomine Lausanne (6 juillet), le public découvrira la création du jeune compositeur norvégien Tze Yeung Ho, lauréat du concours de composition 2021 du FIMS Fribourg.

En direct sur Espace 2

Ces deux derniers concerts seront diffusés en direct sur Espace 2 dès 20h, ainsi que les concerts de l'Ensemble Utopia (4 juillet), du Banquet Céleste (5 juillet), de l'Ensemble I Gemelli (8 juillet) et de la Netherlands Bach Society (10 juillet). Tous les autres concerts seront enregistrés pour diffusion ultérieure.

mh avec ats

Publié