Publié

Les mélodies pop mouvantes et graciles de Dino Brandão

L'artiste suisse alémanique Dino Brandao. [DR]
L'invité : Dino Brandão, "Bouncy Castle" / Vertigo / 22 min. / le 16 novembre 2021
Le chanteur alémanique d'origine angolaise sort son premier mini-album, "Bouncy Castle". Après un disque écrit et interprété avec Sophie Hunger et Faber, Dino Brandão confirme avec sa pop mouvante qu'il est lʹun des plus prometteurs talents de la scène suisse.

Des intonations haut perchées qui rappellent parfois celles du chanteur théâtral du groupe pop britannique Alt-J, Joe Newman, des incursions dans les sphères des musiques électroniques, des rythmiques africaines et rock ou des sonorités brésiliennes... Dans le répertoire mélodique et le chant gracile de Dino Brandão, c'est tout un monde qui affleure et se télescope presque sans heurts.

Une diversité souhaitée ardemment par le chanteur alémanique d'origine angolaise qui publie son premier EP baptisé "Bouncy Castle". "Je voulais mettre toutes les facettes de ma personnalité, toutes mes émotions, tous les aspects de mon histoire personnelle (...) Je suis beaucoup de choses différentes", indique ainsi à la RTS Dino Brandão qui ne craint pas d'évoquer les troubles mentaux qui l'ont frappé.

>> A voir, le clip de "Bouncy Castle":

Au fil de cinq titres originaux en forme de collage pop truffés de changements rythmiques, le chanteur qui s'est distingué récemment sur scène et sur disque aux côtés de Sophie Hunger et Faber dans un répertoire très sentimental charrie en tous cas des trésors de mélancolies embuées, contrebalancés par quelques instants euphoriques.

Fragments identitaires

Imaginé à Paris, enregistré par Dino Brandão lui-même puis mixé par Bertrand Siffert (The Young Gods ou Sophie Hunger), "Bouncy Castle" diffuse ses charmes pop mouvants, où alternent autant de moments baroques qu'épurés, où l'on laisse autant parler la finesse que les maladresses et hésitations.

De cette authenticité hybride, héritage de fragments identitaires assumés, surgissent à la fois tristesse et légèreté, naïveté et malice, sérénité et folie au fil de morceaux qui semblent emprunter leurs canevas bipolaires au tropicalisme pop.

Propos recueillis par Anne-Laure Gannac

Texte et adaptation web: Olivier Horner

Dino Brandão, "Bouncy Castle" (Two Gentlemen).

Publié