Modifié

Le "Black Album" de Metallica célèbre sans fracas ses trente ans

Le groupe américain Metallica, ici lors d'un concert à Nashville, le 24 janvier 2019. [Jason Kempin / GETTY IMAGES NORTH AMERICA  - AFP]
Le groupe américain Metallica, ici lors d'un concert à Nashville, le 24 janvier 2019. [Jason Kempin / GETTY IMAGES NORTH AMERICA - AFP]
Publié mi-août 1991, le "Black Album" de Metallica vient d'être réédité et remastérisé. Cet opus écoulé à trente millions d'exemplaires, qui amorçait un virage moins trash du groupe californien, est aussi célébré par plus de cinquante artistes dans une seconde publication peu fracassante.

Le "Black Album", resté sous ce nom pour la couleur noire de la pochette malgré la présente d'un serpent gris, a permis à Metallica d'amorcer un virage moins trash et de briser le plafond de verre.

Pur produit de la scène metal, le quatuor californien formé à Los Angeles dix ans plus tôt place dès lors ses titres sur les radios et télés généralistes, fait exploser les ventes et remplit des stades avec un large public. Depuis, ce cinquième disque plus commercial des Américains, produit par Bob Rock, s'est écoulé à trente millions d'exemplaires.

Pour fêter les tubes "Enter Sandman", comptine dévoyée aux riffs imparables, "The Unforgiven" et ses grosses guitares aux accents à la Morricone ou "Nothing Else Matters", ballade inconcevable pour les puristes du trash, deux disques ont été publiés le 10 septembre. Outre une version rééditée et remastérisée du "Black Album", "The Metallica Blacklist" voit plus de cinquante artistes revisiter cet opus fondateur. On y entend notamment Miley Cyrus (avec une pincée d'Elton John pour les choeurs), Dave Gahan (Depeche Mode) et même deux Français, SebastiAn et Izïa.

>> A voir, le clip de "Nothing Else Matters":

Une chansonnette écoutée plus de 1 milliard de fois

La ballade "Nothing Else Matters", qui avait propulsé le groupe dans les hit-parades mondiaux, connaît par ailleurs une nouvelle actualité, puisqu'elle a été retenue pour figurer sur la bande originale du récent film de Disney, "Jungle Cruise". Elle a aussi franchi cet été le seuil du milliard de vue sur YouTube et fait lʹobjet de plusieurs reprises sur lʹalbum hommage "The Metallica Blacklist".

Mais "ce succès a failli ne jamais être enregistré, explique le journaliste de la RTS Antoine Droux. Parce que son auteur, James Hetfield, n'osait pas jouer cette chansonnette devant le reste du groupe. C'est que le guitariste-chanteur avait à l'époque plutôt l'habitude de textes de voitures qui vont vite, de bastons le samedi soir, de folie, voire de mort... Alors forcément, livrer ses paroles destinées en premier lieu à sa petite copine qui lui manque quand il est en tournée, ça lui fait tout bizarre".

>> A écouter, une chronique consacrée à la chanson "Nothing Else Matters":

Metallica. [VINCE BUCCI - AFP]VINCE BUCCI - AFP
C'est une chanson - "Nothing Else Matters" / Six heures - Neuf heures, le samedi / 6 min. / le 4 septembre 2021

James Hetfield continue donc de gratouiller son titre seul le soir dans sa loge, avant que le batteur du groupe, Lars Ulrich, estime qu'il y a là une pépite à polir. Il appelle donc au chevet de ce "Nothing Else Matters" qui débute par une longue introduction à la guitare acoustique l'arrangeur et compositeur Michael Kamen qui y intègre un orchestre. C'est aussi celui qui conduira en 1999 l'orchestre philharmonique du double album "S&M (Symphony & Metalllica)".

olhor avec ad/afp

Publié Modifié

Metallica va se produire à Frauenfeld en juin 2022

Le groupe de metal californien sera la tête d'affiche du festival "Out in the Green", qui a annoncé mardi son grand retour pour le 29 juin 2022 après vingt ans d'interruption.

Metallica se produira à l'hippodrome de Frauenfeld devant 50'000 spectateurs potentiels aux côtés de Sabaton et Five Finger Death Punch .Trois autres groupes doivent être annoncés. La manifestation utilisera les mêmes infrastructures que l'Open Air de Frauenfeld, axé sur le hip-hop, qui se tiendra une semaine plus tard.

En 1998, les Rolling Stones avaient fait une apparition à "Out in the Green". David Bowie, Oasis et Deep Purple s'y étaient également produits avant que le festival décide de jeter l'éponge en 2002 après plusieurs éditions déficitaires.