Modifié

Le jazz de Louis Matute irrigue les polyphonies du 16e siècle à La Bâtie

Louis Matute Quartet. [DR]
De Palestrina à Louis Matute: Super Flumina Babylonis / L'écho des pavanes / 15 min. / le 8 septembre 2021
Dans "Super Flumina Babylonis"  présenté à la Bâtie-Festival de Genève, le guitariste genevois Louis Matute et l’ensemble vocal La Sestina fusionne le jazz contemporain et les polyphonies de la Renaissance.

En 1970, le groupe jamaïcain de rocksteady The Melodians enflamme le monde avec son "Rivers of Babylon". Mais bien avant sa consécration pop, avec la reprise disco en 1978 par Boney M, la chanson originale ou plutôt le psaume 137 "Super Flumina Babylonis", qui évoque l’exil des juifs à Babylone après la prise de Jérusalem par Nabuchodonosor, est déjà un tube. Ses vers ont inspiré non seulement les communautés rastas, mais aussi de nombreux compositeurs parmi lesquels Palestrina, Verdi, Fauré et… Louis Matute!

Passionné par les musiques anciennes, le jeune guitariste de jazz genevois a orchestré une jonction entre deux fleuves sonores à priori éloignés: le jazz et les polyphonies de la Renaissance. Mais avant d’injecter du groove dans des œuvres de Palestrina et Victoria, Louis Matute s’est associé à La Sestina, un ensemble vocal spécialisé dans les répertoires de la Renaissance, qui a été fondé en 1999 à Neuchâtel par le musicien et musicologue Adriano Giardina.

>> A voir, une présentation de l'ensemble La Sestina:

Réécrire des motifs du XVIe siècle

"Cela a a été un long travail, raconte Louis Matute. Adriano m’a fait découvrir plein de pièces du 16e siècle, et après des heures d’écoute, j’ai sélectionné trois œuvres de musique sacrée de Palestrina et Victoria, ainsi que des chansons profanes, plus rythmées, tirées du 'Cancionero de Uppsala'. A partir de ces partitions, j’ai isolé des mélodies que j’ai harmonisées, et j’ai composé de nouvelles parties pour les huit chanteurs et chanteuses de la Sestina. Au final, même si j’ai essayé de m’inspirer du style de ces compositeurs de la Renaissance, j’ai composé des pièces qui sont très proches de mon style; de ce que j’ai l’habitude d’écrire pour mon quartet et mes autres projets."

Une cuisine stimulante

Du côté de La Sestina, la collaboration avec un quartet de jazz est une expérience stimulante. Pour Adriano Giardina, la rencontre des deux univers sonores n’a rien d’un mariage forcé. "Les harmonies modales des pièces du 16e siècle se marient très bien avec les harmonies de jazz actuelles qui sont utilisées par le quartet de Louis".

>> A écouter: "Alfaia" du Louis Matute Quartet

Et Adriano Giardina de poursuivre: "Sur le plan artistique, souvent, avec La Sestina, on fait notre cuisine Renaissance-a capella en chantant des longues lignes étirées avec un son très pur et si possible une intonation la plus parfaite possible. Mais, au fil des compositions de Louis Matute, les chanteurs se transforment en choristes qui accompagnent véritablement un quartet de jazz et qui commencent aussi à chanter un tout petit peu différemment."

Anya Leveillé/aq

Super Flumina Babylonis: Louis Matute Quartet, Ensemble La Sestina à La Bâtie, Manège d’Onex, jeudi 9 septembre 2021 à 16h.

Louis Matute Quartet - Louis Matute (guitare), Léon Phals (saxophone), Virgile Rosselet (contrebasse), Nathan Vandenbulcke (batterie) - en concert au Festival Jazz Onze+, Lausanne, salle Paderewski, ve 10 septembre 2021 à 20h.

Publié Modifié