Modifié

Inouïe, première agence de booking suisse et féministe

Industrie musicale suisse: première agence de booking qui s'affiche ouvertement féministe. [RTS]
Industrie musicale suisse: première agence de booking qui s'affiche ouvertement féministe / 19h30 / 2 min. / le 26 juillet 2021
C’est une petite révolution dans l’industrie musicale suisse. Pour la première fois, une agence est tenue exclusivement par des femmes. L’idée: féminiser et diversifier les codes d’un milieu très masculin.

À peine deux mois de vie et déjà un catalogue d’artistes bien rempli. Les musiciennes françaises Clara Luciani, Yseult ou encore Imany ont choisi de passer par l'agence Inouïe pour leurs concerts en Suisse. Signe particulier: c’est la première agence de booking suisse à s’afficher ouvertement féministe.

Une discrimination généralisée dans le milieu

Carole Harari, co-fondatrice de l’agence Inouïe, explique le but de la société: "Avant tout, on a envie de se battre contre les discriminations envers les femmes, et leur assurer une meilleure représentation sur les scènes suisses et internationales."

En effet, selon une étude préliminaire du Zentrum Gender Studies de l’université de Bâle, près de neuf artistes sur dix qui se produisent sur scène sont des hommes. Idem pour les directeurs de salles, programmateurs de festivals et bookeurs.

En revanche, pas question pour l’agence de discriminer à son tour en bannissant les artistes masculins de son catalogue. Inouïe représente déjà plusieurs musiciens qui partagent leurs valeurs, comme Eddy de Pretto. Selon Lola Nada, co-fondatrice, rien de plus normal: "Les valeurs féministes, c’est l’égalité. Eddy de Pretto le décrit très bien dans ses chansons, il subit les injonctions de la masculinité dominante alors qu'il ne s'y reconnaît pas."

>> À regarder: des femmes témoignent du sexisme ordinaire et du harcèlement sexuel dans l'industrie musicale suisse, sujet du 19h30

Des femmes témoignent du sexisme ordinaire et du harcèlement sexuel dans l'industrie musicale suisse. [RTS]
Des femmes témoignent du sexisme ordinaire et du harcèlement sexuel dans l'industrie musicale suisse. / 19h30 / 4 min. / le 6 juin 2021

Mettre en avant la diversité

Chez Takk, agence fondée il y a dix ans, on salue ce modèle militant émergent pour briser le plafond de verre chez les artistes et les professions qui les entourent. Aurelia Jaquier, bookeuse chez Takk Productions, s'en réjouit: "Les femmes qui accèdent à ce genre de position ont aussi un rôle d'inspiration et de modèle pour les générations qui arrivent. Donc c’est très important."

Donner de la visibilité aux personnes qui en ont peu, un argument qui fait mouche auprès de plus en plus d’artistes, comme Flèche Love: "C’est une question de bon sens. En travaillant avec cette agence, je suis cohérente dans ma démarche de vouloir mettre en avant des femmes, des personnes racisées, LGBTQ+, etc. Quand cette diversité existe, quand les rencontres se croisent, il se passe forcément quelque chose d’intéressant."

Sujet et propos recueillis par Christian Jaquenod, Lancelot Champendal et Cecilia Mendoza

Adaptation web: ms

Publié Modifié