Publié

Tim Dup mène la dolce vita avec son album "La course folle"

Tim Dup.  [Diane Sagnier - DR]
Tim Dup propose son album le plus solaire / Vertigo / 6 min. / le 22 juillet 2021
Le musicien Tim Dup sort son 3e album, "La course folle", chez Sony. Le Français y explore des horizons joyeux et cinématographiques en invitant des voix féminines comme celles d'Aurélie Saada (Brigitte) ou de la comédienne Anaïs Demoustier.

Après des débuts placés sous le signe de la mélancolie heureuse et électronique, le jeune Timothée Duperray, alias Tim Dup, revient avec un album solaire moins électro et plus chanson. Paradoxalement, le confinement l’a requinqué: il a profité de cette parenthèse pour peaufiner ses textes et élargir son champ musical.

Cette fois, Tim Dup prend le parti de la légèreté et du partage. Il invite d’autres voix que la sienne à chanter sur l’album, plus claires, plus gourmandes, pour un voyage musical éclairé par sa passion pour le cinéma et l’Italie. Il balade l’auditeur de Naples à Rome, en faisant une escale éclair à Osaka. Résultat: un album estival et enjoué qui devrait lui permettre de rencontrer un plus large public.

Le défi du lâcher-prise

"Dans mes deux disques précédents, il y avait un certain sérieux dans le travail, avec l’idée de sortir quelque chose de cérébral à tout prix. Là, je me suis dit 'lâchons prise et prenons du plaisir', explique Tim Dup. Le disque était plaisant à faire. J’ai aussi pensé au retour à la scène. Cela fait du bien d’avoir des disques qui sont solaires et lumineux pour le public."

Faire ce disque m'a fait du bien.

Tim Dup

La dolce vita

Les chansons sur l’album sont inspirées du cinéma italien, à l’instar de "Ventura", duo avec l’actrice Anaïs Demoustier: "Le disque est très impressionniste, dans le sens qu'il donne des images et une part d’interprétation. Nous avons vécu une période dépeuplée d’images directes, où on a vécu peu de choses. Pour moi, c’était une révélation: je pouvais créer à partir de pas grand-chose. C’est un disque plein de parfums et de couleurs", explique le musicien.

Parmi ses sources d’inspiration, le musicien cite aussi "Les noces à Tipasa" d’Albert Camus, et son écriture "très cinématographique".

>>À regarder: le clip de Tim Dup et Aurélie Saada, "Montecalvario"

Selon Tim Dup, le choix de ses partenaires de chant n’est pas anodin dans la création de cet effet cinématographique. "Anaïs n’est pas chanteuse, et j’adore parce qu'elle amène autre chose avec sa voix: une histoire, une interprétation. La voix d'Aurélie Saada a un côté fantastique et hors du temps. Les collaborations avec mes amis pianistes Thomas Enhco et Alexandre Tharaud ramènent, en plus des cordes et des instrumentations, ces fréquences hautes qui donnent place à l’imaginaire."

Propos recueillis par Michel Masserey

Adaptation web: ms

Tim Dup, "La course folle", Sony Music France, sorti le vendredi 11 juin 2021.

Publié