Publié

La musique pour enfants existe-t-elle encore?

La chanteuse belge Angèle, ici au Paléo Festival en 2019, figure dans le classement des personnalités préférées des 6-12 ans. [Martial Trezzini - Keystone]
Un doigt dans l'Actu / L'origine du monde / 5 min. / le 30 mars 2021
Dans les années 1990, les enfants qui écoutaient de la musique "jeunesse" étaient âgés de 6 à 7 ans. Ils ont maintenant plutôt entre 3 et 5 ans, alors que les 6-12 ans se tournent toujours plus vers le répertoire pour adolescents.

Il y a une trentaine d'années, les jeunes enfants écoutaient Henri Dès tout en se trémoussant sur la chorégraphie des Bioman. Aujourd'hui au même âge, les petits connaissent toutes les paroles des chansons d'Angèle ou du rappeur Soprano. C'est un fait: l'âge de la population qui écoute du répertoire enfant a baissé.

Si l'on en croit le classement des personnalités préférées des lecteurs du Journal de Mickey, les suggestions de la Fnac à l'adresse des 9-12 ans ou les playlists Spotify Kids, les stars des gamins s'appellent Louane, Soprano, Black M, Angèle, Vianney, Maître Gims, Justin Bieber ou Ed Sheeran.

On retrouve ce phénomène de précocité dans les vêtements, les coupes de cheveux, le style en général, les jeux vidéos ainsi que les films visionnés par les 6-12 ans. La musique ne constitue qu'une facette de ce changement sociétal.

Des chansons intelligentes

Il existe pourtant un répertoire populaire et intelligent destiné aux plus jeunes comme les "Enfantillages" d'Aldebert ou les chansons de Bénabar, Louis Chédid, Archimède ou Grand Corps Malade. Leurs textes poétiques sont parfois joyeux, parfois graves, mais toujours sans tabou ni vulgarité.

>> A écouter, Aldebert dans "La vie c'est quoi?":

Les contes musicaux comme "Emilie Jolie", "Giorgia: tous mes rêves chantent" ou "Le soldat rose" constituent également des alternatives appréciables. Alors si la production musicale n'est pas en cause, et apparaît même paradoxalement bien plus riche qu'il y a quelques dizaines d'années, pourquoi la chanson pour ados a-t-elle grillé la priorité auprès des petits?

Aucun prix décerné à ce segment

La réponse est peut-être à chercher du côté de la médiatisation des artistes jeunesse, qui n'existe quasiment pas. De la même manière, il n'existe aucune statistique sur la consommation musicale des 6-12 ans, ni de prix spécifique décerné à ce type de musique. Les chanteuses et chanteurs pour enfants semblent isolés au sein du secteur culturel. Et pourtant, Henri Dès s'est produit 92 fois à l'Olympia et dans tous les Zéniths de France...

La piste du numérique

Une autre tentative d'explication réside dans un accès facilité au numérique. Alors qu'il y a encore une génération, on ne disposait que de la radio ou de la télévision avec un nombre limité de chaînes, aujourd'hui le choix est infini, et ce, dès le plus jeune âge. Malgré les efforts des parents, les marmots sont toujours plus autonomes pour naviguer sur Internet.

Une étude Ipsos indique que 18% des 7-12 ans ont un smartphone, 34% une tablette, le plus grand diffuseur chez les enfants étant YouTube. Et c'est là que l'entourage prend une importance capitale dans l'éveil musical des enfants. Le mode de consommation des grands frères et soeurs, des cousins ou des parents va façonner, au moins en partie, les mélomanes que les enfants deviendront.

Sujet radio: Zoé Decker

Adaptation web: Melissa Härtel

Publié