Publié

Belvédère Sonore, quand les œuvres d’art se regardent avec les oreilles

Le musicien POL s'est inspiré de la sculpture "La flamboyante" de Antoine Poncet, sise à la Place des Bergues à Genève, dans le cadre du Belvédère Sonore. [Collection FMAC - DR]
Belvédère Sonore Genève / L'écho des pavanes / 16 min. / le 13 janvier 2021
Depuis le 6 janvier à Genève, le projet Belvédère Sonore propose de découvrir les œuvres d’art publiques souvent méconnues au moyen d’une exploration urbaine couplant la vue à l’écoute.

Avez-vous déjà remarqué dans la rue, ces trois tubes de métal posés dans un bassin, ces néons de couleur qui serpentent le long d’un mur ou ces petites formes granitiques blanches qui s’élèvent sur le quai? Il est fort probable qu’il s’agisse d’œuvres d’art publiques; des objets quasi invisibles tant ils se fondent dans leur environnement.

Pour visibiliser ce patrimoine artistique, le projet Belvédère Sonore propose à Genève une expérience culturelle visuelle et sonore autour de dix sculptures, fresques et installations disposées dans l’espace public et imaginées par les artistes Sonia Graber-Moumni, Antoine Poncet, John M. Armleder, Georges Schwizgebel ou James Vibert.

Afin de découvrir ce projet 100% Covid compatible, il suffit de se munir de son smartphone, de télécharger l’application proposée par la plate-forme Zonoff, d'enclencher la fonction de géolocalisation et, une fois sur place devant la statue ou l’installation lumineuse, d'enfiler ses écouteurs et se laisser embarquer dans la bande-son composée sur mesure pour l’œuvre et le lieu.

Une perception différente

"Nous vivons dans une société plus visuelle que sonore", rappelle Jonathan Frigeri, artiste, musicien et directeur artistique de Belvédère Sonore. "J’avais envie de rééquilibrer ces deux sens, de les mélanger pour offrir au public une visite en réalité augmentée". Quand la contemplation visuelle d’une structure est associée à l’écoute d’une composition musicale, "notre perception change, tiraillée tantôt par la pupille, tantôt par l’oreille".

Et pour mobiliser l’ouïe, Jonathan Frigeri a proposé une carte blanche à dix artistes sonores genevois, dont Jacques Demierre, Olga Kokcharova, Antoine Läng, POL et Simone Aubert, qui ont choisi une œuvre d’art publique en la mettant en résonance avec une composition.

Affiche "Bevédère Sonore de Genève". [Zonoff / Jonathan Frigeri]Affiche "Bevédère Sonore de Genève". [Zonoff / Jonathan Frigeri]

Sons d’outre-tombe

Au Cimetière des Rois, en cherchant entre les allées désertes l’installation de l'artiste italo-suisse Gianni Motti une pierre tombale portant l’épitaphe "Je vous avais dit que je n’allais pas très bien" , on se laisse surprendre par une tempête d’ondes brouillées et saturées qui s’invite dans nos écouteurs, suivie par un toussotement de circonstance et un tonitruant "coughing, coughing, who invented coughing?" balayé par une joyeuse musique semblant sortie d’une vieille comédie musicale.

Burlesque et inquiétante, cette pièce a été créée par l’artiste sonore Julie Semoroz. Avant de commencer sa composition, elle raconte s’être interrogée sur la manière dont la musique pouvait entrer en écho avec l’œuvre de Gianni Motti, sans pour autant tomber dans une paraphrase sonore purement illustrative et décorative.

Après de nombreuses recherches, à la fois sur le lieu - le Cimetière des Rois a été construit pendant les épidémies de la peste noire - et sur l’œuvre, Julie Semeroz a découvert que Motti s’était inspiré du comédien-humoriste irlandais Spike Milligan qui avait inscrit sur sa tombe "I told You I Was Ill". "Comme Mulligan avait produit de nombreuses émissions qu’on peut écouter sur Soundcloud, je me suis plongée dans son univers sonore, hyper drôle, et j’ai inséré des séquences retravaillées et triturées dans ma création pour Belvédère Sonore".

Une application à télécharger

Disponible en tout temps, l’application Belvédère Sonore Geneva  pourrait voir son catalogue s’étoffer ces prochains mois. Quelque 300 œuvres d’art sont disséminées dans l’espace public genevois, ce qui laisse présager l’éclosion de nouvelles contributions sonores qui permettront de poser un regard attentif et une oreille neuve sur des œuvres qui nous parlent, mais que l'on n’entendait pas!

Anya Leveillé/olhor

Belvédère Sonore Geneva. Application à télécharger gratuitement (disponible pour Apple et Android).

Publié