Publié

Trent Reznor, du rock industriel à la bande originale du dernier Pixar

L'Américain Trent Reznor, chanteur de Nine Inch Nails sur la scène du Montreux Jazz Festival, le 9 juillet 2018. [Mehdi Benkler - RTS]
Trent Reznor, industriel de la bande originale / L'écho des pavanes / 18 min. / le 18 décembre 2020
Le chanteur et musicien Trent Reznor, âme de Nine Inch Nails, a réussi en quelques années la transition de la scène du rock industriel à celle de la musique de film. Il vient de signer la bande originale du plébiscité "Soul".

Le parcours de Trent Reznor est peu banal. Dans un premier temps bien connu des amateurs de rock électrique et métallique dès les années 1980, le chanteur et musicien américain se distingue désormais auprès du public de films et de séries. Après un premier succès en 2010 grâce à "The Social Network" de David Fincher, il vient de cosigner cette année les bandes originales des films "Soul" et "Mank".

Trent Reznor est d'abord célèbre pour avoir fondé il y a trente ans le groupe Nine Inch Nails, formation mythique qui a donné ses lettres de noblesse au genre dit du rock industriel qui regroupe des artistes tels que Ministry, Einstürzende Neubauten, Swans ou Marilyn Manson. Un courant qui pratique une musique puissante, métallique et saturée, inspirée par des sons de nature industrielle. Une musique qui est venue donner un bon coup de pied dans la fourmilière rock de la fin des années 1980, dominées par la pop synthétique.

Après avoir passé le plus clair de son temps dans les années 1990 à porter le flambeau du rock industriel en enregistrant avec Nine Inch Nails, en produisant entre autres les premiers albums de Marilyn Manson et en tournant avec David Bowie pour l'album "Outside", Trent Reznor va ralentir progressivement son activité rock. Il va se tourner vers d'autres projets, en collaboration avec Atticus Ross, un compositeur-arrangeur anglais qui le rejoint au début des années 2000 et avec lequel il ne va cesser de travailler.

Du succès de "The Social Network" à celui de "Soul"

Le succès leur sourit surtout en 2010, grâce au réalisateur David Fincher et son film "The Social Network". Jusque-là, Trent Reznor et Atticus Ross s'étaient seulement fait la main sur quelques morceaux accolés aux films "Tueur né" d'Oliver Stone et "Lost Highway" de David Lynch. Pour le long-métrage de Fincher consacré au créateur de Facebook Mark Zuckerberg, le tandem de compositeurs déploie une batterie d’ambiances synthétiques et électriques, qui se veulent le reflet de l'esprit retors du personnage principal.

>> A écouter, la bande originale de "The Social Network":

Grâce à ce travail qui marque le début de leur fulgurante carrière au cinéma et à la télévision, ils décrochent l'Oscar de la meilleure musique de film et plusieurs prix prestigieux. Ils enchaînent ainsi les projets, que ce soit à nouveau avec David Fincher (le premier volet de la saga "Millenium", "Gone Girl" et le récent "Mank" sur Netflix) ou sur des productions plus discrètes comme "Mid90s", le premier film réalisé par l'acteur Jonah Hill, et l'excellent "Waves" du jeune cinéaste indépendant Trey Edward Shults.

En sus de la BO de "Mank, la paire vient de signer la bande sonore de "Soul", le film d'animation plébiscité de Pixar diffusé sur la plateforme Disney+. Pour ce long métrage, Trent Reznor et Atticus Ross ont travaillé sur la composition des musiques qui accompagnent l'action, tandis que la partie jazz a été réservée au musicien Jon Batiste.

>> A lire aussi: L'ivresse euphorisante de "Soul", chef-d'oeuvre des studios Disney & Pixar

Bande originale de "Watchmen" pour la télévision

Du côté de la télévision, après une première expérience sur une grande série documentaire consacrée à la guerre du Vietnam ("The Vietnam War", 10 épisodes en 2017), Trent Reznor et Atticus Ross se retrouvent sur le projet de bande originale de la série "Watchmen". Cette œuvre subversive émaillée de références à la pop culture ne pouvait qu'inspirer les deux compositeurs, qui ont enregistré un volume conséquent de musique, essentiellement électronique.

Sujet radio: Pascal Knoerr

Adaptation web: olhor

Publié