Le top 8 des morceaux classiques à écouter à Noël. [Depositphotos]
Publié Modifié

Le top 8 des morceaux classiques à écouter autour de Noël

>> De tout temps, la musique a rythmé les différentes périodes de l'année. Le temps de la Nativité a contribué à la création de plusieurs chefs d'oeuvre musicaux, l'"Oratorio de Noël" de Bach en tête.

>> Loin d'être toujours joyeux et festifs, certains morceaux au contraire rappellent combien la période "des Fêtes" peut être douloureuse lorsque les besoins primaires ne sont pas comblés. Claude Debussy, avec son chant "Noël pour les enfants qui n'ont plus de maison" composé en décembre 1915, le rappelle tristement.

>> De l'époque baroque au XXe siècle, de Charpentier à Honegger, en passant par Britten, florilège non-exhaustif de quelques pièces classiques à déguster en picorant des biscuits de Noël.

Melissa Härtel

L'"Oratorio de Noël"

Jean-Sébastien Bach

A tout seigneur, tout honneur. Le maousse '"Oratorio de Noël", composé par Jean-Sébastien Bach en 1734, est sans nul doute l'oeuvre de musique classique la plus célèbre pour la période de Noël. Elle est formée de six cantates consacrées aux trois jours de fête de Noël, au Nouvel an, au premier dimanche de l'année et à l'Épiphanie (6 janvier). L'interprétation totale dure plus de deux heures trente, raison pour laquelle on propose souvent les six parties en deux concerts.

>> A voir, les 3 premières cantates de l'"Oratorio de Noël" de J.-S. Bach dirigé par Nikolaus Harnoncourt en 1981 (!), avec notamment les solistes du Tolzer Knabenchor:

"Messe de minuit pour Noël"

Marc-Antoine Charpentier

Composée autour de 1690, la "Messe de minuit pour Noël" de Marc-Antoine Charpentier est peut-être l'une des plus connues du compositeur français. Elle est surtout entièrement basée sur des airs populaires de Noël comme "Où s’en vont ces gais bergers", "A la venue de Noël" ou encore "Joseph est bien marié", dont la mélodie compose le "Kyrie" de cette "Messe de minuit". L'utilisation dans les messes de mélodies profanes était en principe prohibé, mais les airs ancestraux étaient tolérés. Charpentier, comme beaucoup de compositeurs de son époque, ne s'en priva pas.

La réussite de cette oeuvre repose sur le savant mélange du sacré et du profane et sur l'alchimie des mélodies populaires alliées à de raffinées polyphonies vocales.

>> La "Messe de Minuit pour Noël" de Charpentier chantée par le Deutsch-Französischer Chor Dresden sous la direction de Reinhart Gröschel:

"Concerto pour la nuit de Noël"

Arcangelo Corelli

Le "Concerto pour la nuit de Noël" (Concerto grosso op. 6 n°8) est publié en 1714, après la mort de Corelli. Il porte l'inscription "Fatto per la notte di Natale" (fait pour la nuit de Noël) et est écrit pour un ensemble composé de deux violons, violoncelle et continuo (violons, altos et basse).

Le compositeur italien est un spécialiste de ce type d'écriture musicale où quelques instrumentistes regroupés en "concertino" (ici deux violons et un violoncelle) sont eux-mêmes entourés d’une formation plus étoffée en guise de basse continue.

De manière générale, tous les concerti grossi de Corelli connurent un vif succès. Mais le fait que celui écrit "pour la nuit de Noël" paraisse après la mort de son auteur lui conféra indéniablement une nouvelle aura. L'oeuvre fut jouée sans interruption jusqu'au XIXe siècle au moins.

>> A écouter, le Concerto grosso "Pour la nuit de Noël" dirigé par Rinaldo Alessandrini:

"Oratorio de Noël"

Camille Saint-Saëns

Cantate écrite en 1858, l'"Oratorio de Noël" fut créée le 24 décembre de la même année, sous la baguette de Camille Saint-Saëns lui-même. L'œuvre est écrite pour cinq solistes, chœur mixte, orgue, harpe et orchestre à cordes.

Cette pièce aux sonorités douces est basée sur la liturgie de Noël latine du rite catholique. Son prélude classique est écrit "dans le style de Bach", précise le compositeur sur sa partition.

>> A écouter, l'Oratorio de Noël de Camille Saint-Saëns sous la direction de Christoph Poppen:

"Noël des jouets"

Maurice Ravel

Le "Noël des jouets" est une mélodie pour chant et piano sur un poème écrit par Ravel lui-même en 1905. Le compositeur en écrivit une version orchestrée un an plus tard.

En voici un extrait: "Le troupeau verni des moutons Roule en tumulte vers la crêche Les lapins tambours, brefs et rêches, Couvrent leurs aigres mirlitons. (...)

Belzébuth, le chien sombre, Guette l'Enfant de sucre peint. Mais les beaux anges incassables Suspendus par des fils d'archal Du haut de l'arbuste hiémal Assurent la paix des étables.

Et leur vol de clinquant vermeil Qui cliquette en bruits symétriques S'accorde au bétail mécanique Dont la voix grêle bêle: "Noêl! Noêl! Noêl!”!".

>> A écouter, "Noël des jouets" chanté par Elly Ameling:

 

"Noël des enfants qui n'ont plus de maison"

Claude Debussy

"Noël des enfants qui n'ont plus de maison" est une chanson écrite par Claude Debussy en décembre 1915, en pleine Première guerre mondiale. Le compositeur est malade d'un cancer et déjà très affaibli. Cette chanson sera la dernière qu'il composera.

Le texte est écrit sous forme de prière d'un enfant démuni, qui demande à Noël du pain pour survivre ("et surtout pas de joujoux") et la victoire de la France sur l'ennemi allemand. Il reflète la colère du peuple français envers les envahisseurs. Les mots de cette partition provoquent une émotion poignante: "Nous n'avons plus de maisons! Les ennemis ont tout pris, jusqu'à notre petit lit!".

L'apparente simplicité de la mélodie chantée contraste avec la partition virtuose du piano.

>> A voir (avec mouchoirs à disposition), "Noël des enfants qui n'ont plus de maison" par des jeunes chanteuses anglophones qui ne déméritent pas:

"Une cantate de Noël"

Arthur Honegger

"'Une cantate de Noël', d'Arthur Honegger, atteint cette magnifique plénitude souvent rencontrée dans les ouvrages d'un compositeur qui s'élève sans effort apparent aux sommets de son art. Il est difficile de définir le caractère d'une telle musique. J'ai sous les yeux la partition; il n'en est guère dont le plan paraisse plus net, dont l'ordonnance se révèle aussi claire", écrit un critique au début de 1954, peu après la création de l'oeuvre.

"Une cantate de Noël" est écrite pour baryton solo, choeur d'enfants, choeur mixte, orgue et orchestre. Le compositeur suisse reprend des textes liturgiques en latin et les orne de Noëls populaires en allemand et en français comme "Douce nuit" ou "Il est né le divin enfant" dans un joyeux mélange des genres.

>> Le final de la "Cantate de Noël" de Honegger par le Monteverdichor Würzburg:

"A Ceremony of Carols"

Benjamin Britten

"A Ceremony of Carols" voit le jour en 1942 pendant une traversée de l'Atlantique en bateau, des Etats-Unis en direction de l'Angleterre. Son auteur, l'Anglais Benjamin Britten, est âgé de 28 ans.

Avant son départ pour les Etats-Unis, Britten avait reçu une commande pour un concerto pour harpe, qu'il n'avait pas honorée. Sur le chemin du retour en 1942, le bateau fait halte à Halifax pour une réparation. Britten y achète "The English Galaxy of Shorter Poems", un recueil contenant cinq poèmes qu'il met en musique pour choeur à voix égales, accompagnés par la harpe seule. Il rajoute ensuite quelques pièces et les encadre au début et à la fin par les processions d’entrée ("Procession") et de sortie ("Recession"). "A Ceremony of Carols" est créé en 1943 à Londres, en pleine guerre. D'une redoutable difficulté technique, l'oeuvre est aujourd'hui souvent interprétée par des choeurs d'enfants.

>> A voir, la Maîtrise de Radio France chante Britten, "A Ceremony of Carols" à la Cathédrale de Chartres: