Publié

Le Prix Jan Michalski 2020 décerné au Mozambicain Mia Couto

L'auteur Mia Couto. [François Guillot - AFP]
Le Prix Jan Michalski 2020 décerné au Mozambicain Mia Couto / Le Journal horaire / 27 sec. / le 9 décembre 2020
Le Prix Jan Michalski de littérature 2020 est décerné à Mia Couto pour sa trilogie "As areias do imperador" (Editorial Caminho, 2015-2017), traduite du portugais (Mozambique) par Elisabeth Monteiro Rodrigues, sous le titre "Les sables de l'empereur".

Le jury a salué "l'exceptionnelle qualité de l'écriture de Mia Couto, mêlant subtilement oralité et narration, lettres, récits, fables, rêves et croyances, au cœur d'une réalité historique, le Mozambique à la fin du XIXe siècle aux prises avec la colonisation portugaise".

"Sans aucun manichéisme, l'auteur excelle à camper avec empathie des protagonistes confrontés à l'inhumanité de la guerre en leur offrant un souffle épique porté par la riche nature africaine", écrit la Fondation Jan Michalski pour l'écriture et la littérature à Montricher (VD).

Une fresque historique

"Les Sables de l'empereur" (Éditions Métailié, 2020) plonge le lecteur dans le Mozambique de la fin du 19e siècle, alors ravagé par les guerres qui opposent clans et colons. Germano, un soldat portugais exilé sans espoir de retour parce que républicain, et Imani, une jeune Africaine, trop belle et trop intelligente, son interprète, sont le fil rouge de ce roman. Ils évoluent parmi des personnages historiques bien réels, comme l'empereur africain Ngungunyane et le flamboyant Mouzinho de Albuquerque, "pacificateur" du Mozambique.

Cette trilogie, à la fois fresque historique et conte "envoûtant", "puissant" portrait de femme, histoire d'amour et d'humanité, réussit à faire se rencontrer l'ailleurs et l'ici. Avec "une langue inventive, renouvelée par les territoires est-africains, irriguée d'une poésie singulière", Mia Couto interroge les croyances, mélange les mondes et floute les frontières dans une méditation universelle sur l'altérité, note la Fondation Michalski.

Traduit dans plus de 30 pays

Né de parents portugais au Mozambique en 1955, l'écrivain et biologiste Mia Couto a grandi à Beira avant de déménager à Maputo. Il a entamé des études de médecine qu'il a interrompues pour s'engager au côté du Front de libération du Mozambique (FRELIMO) en faveur de l'indépendance du pays, intervenu en 1975.

Il devient ensuite journaliste avant de poursuivre une carrière de biologiste, spécialiste des zones côtières, en parallèle à son métier d'écrivain. Il enseigne aussi l'écologie à l'Université de Maputo.

Mia Couto est l'auteur d'une quinzaine de romans, mais aussi de nouvelles, de contes, de recueils de poèmes et de chroniques. Son oeuvre littéraire, traduite dans plus de 30 langues, est à la fois érudite et populaire, drôle et tragique, universelle et enracinée dans son Mozambique natal. Il est aujourd'hui considéré comme l'un des écrivains africains les plus importants et l'une des voix lusophones les plus marquantes, rappelle la Fondation.

>> A voir: la réaction de Mia Couto suite à son prix

Récompense de 50'000 francs

Le Prix Jan Michalski est doté de 50'000 francs. Le lauréat recevra aussi une oeuvre d'art choisie à son intention: cette année, une paire de sculptures uniques en bois azobé de l'artiste nigérian Alimi Adewale.

Le Prix Michalski est décerné chaque année depuis 2010. Il couronne une oeuvre de la littérature mondiale. L'an dernier, il avait été remis à l'écrivaine israélienne Zeruya Shalev. En 2018, il avait été attribué à Olga Tokarczuk, qui a reçu en octobre 2019 le Prix Nobel de littérature.

ats/ld

Publié