Festival du Lied de Charmey: applaudir avec son klaxon

Grand Format

Jessica Genoud - Rts

Introduction

Pari gagné! Du 25 au 31 juillet, au coeur du canton de Fribourg, s’est tenu avec succès le premier festival de musique classique en mode drive-in. Point culminant de cette manifestation, le concert du 31 juillet avec la mezzo-soprano Marie-Claude Chappuis, également directrice du Festival du Lied. Retour sur cet événement inédit qui a conquis musiciens, public et presse spécialisée.

Un concept inédit

Chapitre 01

Jessica Genoud - RTS

C'est la rencontre de deux univers que tout oppose, a priori: celui du drive-in, une mode lancée aux Etats-Unis dans les années 1950 pour regarder des films depuis sa voiture, et celui de l'art lyrique, plus intimiste, si sensible à l'acoustique et à la présence physique du public.

>> A voir: "Des klaxons en guise d'applaudissement", une vidéo réalisée lors du dernier jour du festival

Drive-in de Charmey: des klaxons en guise d'applaudissements [RTS]
RTSculture - Publié le 1 août 2020

Mais l'une des fonctions de l'art n'est-elle pas, précisément, de dépasser les préjugés? De décloisonner les matières? De surprendre? D'étonner? Et finalement de convaincre par l'expérience.

La 10e édition du Festival du Lied biennal, créée en 2001, a osé, en proposant six concerts d'artistes de renommée internationale à écouter depuis sa voiture.

L'idée du drive-in est venue à Marie-Claude Chappuis, mezzo-soprano fribourgeoise et directrice du festival, qui avait envie que les arts vivants le restent, en dépit de la pandémie du COVID19.

>> A écouter: Marie-Claude Chappuis qui explique pourquoi et comment elle a eu l'idée de cette formule empruntée au cinéma

Marie-Claude Chappuis. [DR]DR
Six heures - Neuf heures, le samedi - Publié le 25 juillet 2020

Au lieu de renoncer comme tant d'autres, elle a imaginé, en avril déjà, une parade pour que les musiciens puissent jouer en live, le public les applaudir et les normes de sécurité être respectées. Le drive-in s'est imposé comme la meilleure solution, le parking des remontées mécaniques de Charmey bénéficiant d'un écrin splendide: la beauté d'un village, que tous les étrangers comparent à une carte postale, et la générosité de ses habitants qui ont joué le jeu, parfois en costumes traditionnels.

>> A voir: les deux premières journées du festival (25 et 26 juillet) sous l'objectif de la photographe Jessica Genoud

Autre manière de se jouer du coronavirus, tout en profitant des charmes de la région, le off: treize concerts gratuits donnés dans des lieux insolites, souvent en pleine nature.

Sur le papier, le projet était séduisant. Il a d'ailleurs été salué très chaleureusement par la presse étrangère, de Jakarta à Bangkok, en passant par les Etats-Unis; tous se sont fait l'écho de cet événement inédit, surprenant, culotté. Mais qu'en est-il en vrai?

Le premier concert, proposé le 25 juillet, a tenu toutes ses promesses. Le flûtiste Maurice Steger et son ensemble ont conquis le public et défié les lois de la musique de chambre. "Je joue d'un instrument sans résonance qu'il est difficile d'imaginer en dehors d'une salle à l'acoustique fabuleuse. Mais j'ai saisi cette chance, et je suis ravi", dira-t-il à l'issue du concert.

>> A voir: Maurice Steger et son ensemble dans un sujet du 12h45 pour ce premier concert

Charmey est l'hôte du premier Drive-in festival de musique classique avec des des musiciens de renommée internationale. [RTS]
12h45 - Publié le 26 juillet 2020

L'émotion du public

Chapitre 02

Jessica Genoud - RTS

Une soixantaine de voitures disposées en arc de cercle, les plus grandes derrière, convergent vers une scène élégante, et un écran géant qui permet de voir au plus près l'expression des musiciens et chanteurs.

Les voitures ne pouvant contenir plus de quatre personnes, une centaine de sièges dûment espacés ont été mis en vente pour les sans permis, les claustrophobes ou les locaux qui sont venus à pied.

Le ténor Ilker Arcayürek et le pianiste Simon Lepper juste avant d'entrer en scène lors du Drive-in Festival du Lied à Charmey. Dimanche 26 juillet 2020. [Jessica Genoud - RTS]Le ténor Ilker Arcayürek et le pianiste Simon Lepper juste avant d'entrer en scène lors du Drive-in Festival du Lied à Charmey. Dimanche 26 juillet 2020. [Jessica Genoud - RTS]

Dimanche soir, le ténor Ilker Arcayürek, qui ne s'était plus produit en live depuis mars, chantait Schubert. "Dans une salle, vous avez la possibilité de regarder les gens dans les yeux, ce qui n'est pas le cas ici. Mais c'était néanmoins très très agréable", dira-t-il à l'issue du concert.

Vitres baissées, certains automobilistes ferment les yeux, d'autres sont émus aux larmes par l'interprétation du ténor sur fond de sommet alpin. Tous les soirs, la même émotion est au rendez-vous. Le public parle de "magie", "de combinaison de beautés, musicales et de nature", "de communion singulière", "d'expérience unique", "de joie à écouter, sans danger, depuis sa voiture".

>> A voir: les réactions du public

Le Drive-In séduit les participants du Festival du Lied [RTS]
RTSculture - Publié le 31 juillet 2020

Le pari de Marie-Claude Chappuis

Chapitre 03

Jessica Genoud - RTS

Applaudissements, klaxons, appels de phares. Pour sa troisième soirée emmenée par la mezzo- soprano Marina Viotti et le pianiste Christian Chamorel, le Drive-in Festival du Lied a fait parking comble lundi à Charmey.

Assis dans leurs voitures ou sur des chaises respectant les distances de sécurité réglementaires, les mélomanes de tous bords ne perdent pas une note du récital grâce à l'excellente sonorisation et au grand écran qui permet de voir les expressions et les mouvements des musiciens en gros plan, au plus près de leur travail.

Les artistes prêts à entrer sur la scène du Drive-in Festival du Lied à Charmey. Dimanche 26 juillet 2020. [Jessica Genoud - RTS]Les artistes prêts à entrer sur la scène du Drive-in Festival du Lied à Charmey. Dimanche 26 juillet 2020. [Jessica Genoud - RTS]

Courant sur les scènes de musiques actuelles, ce type de dispositif technique est pour le moins inhabituel pour les musiciens classiques, mais après une petite acclimatation et quelques ajustements acoustiques, la magie opère et le parking des remontées mécaniques de Charmey se transforme en salle de concert.

Bien sûr, pour en arriver là, il a fallu un peu naviguer à vue, mais surtout beaucoup de patience, de technicité, de précision et de persévérance.

>> A voir: l'interview du baryton Simon Ruffieux, co-organisateur du festival

Un drive-in pour Charmey [RTS]
RTSculture - Publié le 31 juillet 2020

Du cadre aux infrastructures, en passant par la situation sanitaire, chaque élément qui compose le drive-in de Charmey est inédit. "Un prototype", rigole Marie-Claude Chappuis, mezzo-soprano et organisatrice de l'événement, qui nous montre la photo du festival publiée en première page du New York Times du 27 juillet.

Cette publication la touche particulièrement, car elle y voit une forme de reconnaissance pour ce "petit village d'irréductibles" qui ne se laisse pas écraser par la situation et qui teste une formule pouvant, peut-être, "donner envie à d'autres d'imaginer de nouveaux formats de concerts".

Le village de Charmey dans le canton de Fribourg. [La Gruyère Tourisme.]Le village de Charmey dans le canton de Fribourg. [La Gruyère Tourisme.]

Alors que la plupart des musiciens invités, retrouvent la scène et le public pour la première fois depuis le mois de mars, on se demande s'il n'est pas quelque peu étrange de jouer devant un parterre de… voitures. "Ca ne change pas grand-chose, répond Marie-Claude Chappuis, car on sent vraiment vibrer le public qui est très réactif et généreux." Mieux que le streaming, le drive-in permet "cette rencontre de l'âme à l'âme".

Marina Viotti, du métal au lyrique

Chapitre 04

Jessica Genoud - RTS

Pour Marina Viotti, qui a commencé sa carrière de chanteuse dans des groupes de métal, l'expérience de Charmey a été hautement enthousiasmante. Non seulement, elle s'est produite en off, dimanche 26 juillet, au sommet du Vounetze, avec le guitariste Gabriel Bianco dans un décor d'une pure beauté, mais elle était sur scène le lendemain soir, avec un programme très varié allant de Rossini à Nina Simone.

Drive-in Festival du Lied à Charmey. Festival off "Le Lied à l'état pur". Dimanche 26 juillet 2020. [Jessica Genoud - RTS]Drive-in Festival du Lied à Charmey. Festival off "Le Lied à l'état pur". Dimanche 26 juillet 2020. [Jessica Genoud - RTS]

"J'ai adoré ! En plus de remonter sur une scène, ce projet m'a permis de renouer avec une forme de "show" que j'aime beaucoup. J'avais déjà eu l'occasion de donner des récitals-spectacles qui cassent les codes du concert classique, et là, avec cette forme tellement rock, c'était l'occasion rêvée de prolonger l'expérience. Chanter dans un micro, me permet de faire beaucoup plus de nuances, de couleurs, de jouer avec le public".

La mezzo-soprano évoquait d'ailleurs il y a quelque temps pour la RTS la proximité des deux univers: "De nombreux instrumentistes de métal adorent le grandiose et l'épique que l'on retrouve dans la musique classique."

>> A lire aussi: La musique classique et le métal, des univers musicaux pas si éloignés

Pour le bitume de Charmey, Marina Viotti et Christian Chamorel ont adapté leur programme avec une partie cabaret-jazz dans laquelle les voitures étaient appelées à participer en faisant des appels de phares sur une des chansons de William Bolcom.

 

Après le concert, des personnes sont venues me trouver pour me dire à quel point elles avaient adoré cette forme et ce côté décontracté peu courant dans les concerts classiques. Ce projet devrait être exporté!

Marina Viotti, mezzo-soprano

Le drive-in, avenir du lyrique?

Chapitre 05

Jessica Genoud - RTS

Le drive-in serait-il le futur des festivals de musique classique corona-limités? Pour Marie-Claude Chappuis, ce n'est qu'une solution parmi d'autres. "C'est un projet que j'irais volontiers faire ailleurs, mais, malgré le côté ludique et la très belle ambiance, je ne souhaite pas que ça devienne un modèle pérenne."

En parcourant les programmes des institutions classiques, il semblerait que pour l'heure, seul l'English National Opera monte une opération semblable autour de "La Bohème" de Puccini (adaptée pour l'occasion).

Pour celles et ceux qui ont n'ont pu s'y rendre parce que c'était complet ou parce que sans permis de conduire, Espace2 diffusera la plupart des concerts dans le cadre de son programme "L'Eté des festivals".

Le concert de la Fête nationale

Chapitre 06

Jessica Genoud - RTS

Contraste entre le bitume et la nature, entre le classique et le pop, mais aussi entre le folklore et le répertoire mondial. Cette édition coronaminée du Festival du Lied aura offert un merveilleux jeu de contrastes. A l'image du concert de clôture, la veille du 1er août, où Marie-Claude Chappuis nous a fait voyager du Versailles baroque aux Alpes suisses, en passant par les airs français de Poulenc et Fauré, mêlant instruments classiques aux cors et accordéons de la musique helvétique.

>> A écouter: le concert de clôture du festival (31 juillet): Marie-Claude Chappuis "Du récit de la beauté au coeur des Alpes"

Avec:

  • Luca Pianca, luth et guitare
  • Duilio Galfetti, mandoline et vilon
  • Christel Sautaux, accordéon
  • Christophe Sturzenegger, cor et cor des Alpes
  • Simon Ruffieux, baryton
L'organisatrice et mezzo-soprano Marie-Claude Chappuis sur la scène du Drive-in Festival du Lied à Charmey lors du concert d'ouverture le samedi 25 juillet 2020. [Jessica Genoud - RTS]Jessica Genoud - RTS
L'été des festivals - Publié le 1 août 2020

Sur l'ensemble du festival, quelques 460 espaces de quatre personnes ont été vendus (voitures et chaises confondues), pour un total d’environ 1100-1300 spectateurs. Le bilan financier est positif, ont indiqué les organisateurs dans un communiqué dimanche.