Modifié

Keith Jarrett, pianiste génial, spontané et exigeant qui a fêté ses 75 ans

Keith Jarrett lors d'un sound check le 21 juillet 2002 au Montreux Jazz Festival. [Andree-Noelle Pot - Keystone]
Les 75 ans de Keith Jarrett en 4 essentiels / L'écho des pavanes / 17 min. / le 19 mai 2020
Keith Jarrett a fêté ses 75 ans le 8 mai dernier. Des quartets aux trios, en passant par sa carrière solo, le pianiste de jazz américain possède une large discographie. Voici quelques portes d'entrée dans son univers.

Keith Jarrett est né le 8 mai à Allentown en Pennsylvannie. Son talent précoce est repéré très vite par sa mère. A l'âge de 8 ans, il offre un premier récital, avec un répertoire classique et deux compositions de sa main. Près de 70 ans plus tard, sa discographie est imposante. On y trouve la partie classique, la partie sideman où il n'est pas le leader, le chapitre de ses propres quartets, le piano solo et le trio des standards.

En solo, Keith Jarrett a enregistré des concerts par dizaines qui montrent comment son langage va évoluer au fil des ans. Il peut passer des improvisations les plus ouvertes aux interprétations de mélodies très sobres, afin de créer des contrastes et un effet de détente à la fin de ses concerts.

Le "Köln Concert"

Pour entrer dans sa discographie, on peut commencer par le fameux "Köln Concert" de janvier 1975, un disque-phare pour plusieurs raisons. D'abord les chiffres: il a été vendu à plus de 3,5 millions d'exemplaires. Il s'agit du disque de piano le plus vendu de tous les temps.

Les circonstances ensuite: rien ne s'est passé comme il aurait fallu. Keith Jarrett s'est retrouvé en concert avec un piano médiocre qui lui a fait emprunter un chemin musical différent de ce qui était prévu. Le public découvrait une façon inédite de donner un concert en solo. Ce fut un énorme succès. Beaucoup d'ostinatos dans une tonalité qui dure, avec des constructions gothiques par dessus. Lancinant. Ce concert est depuis devenu un objet d'étude et de passion.

>> A écouter, des extraits de The Köln Concert:

Les quartets

Les quartets ont tenu une grande place dans la carrière de Keith Jarrett. Trois notamment. Il fut le pianiste de Charles Lloyd, d’abord comme accompagnateur. C'est Jack DeJohnette, le batteur, qui pousse Keith Jarrett dans ce groupe devenu mythique au milieu des années 1960.

Dès le début des années 1970, Keith Jarrett devient le leader. Avec Dewey Redman, il enregistre une série de plaques mémorables qui montrent à quel point ses qualités de compositeur, d'improvisateur et d'accompagnateur rendent sa musique vivante et originale. Puis vient le quartet avec le saxophoniste norvégien Jan Garbarek. Là encore, les disques qu'il enregistre avec lui marqueront l'histoire du jazz.

>> A écouter, "Questar" tiré de l'album "My Song":

Les trios

Le trio des standards, avec Jack DeJohnette à la batterie, encore lui, et le contrebassiste Gary Peacock, est un autre chapitre important de la carrière de Jarrett. Trois monstres sacrés qui peuvent vivre de façon quasi osmotique ce que vit Keith Jarrett en musique. Un vrai trio qui se situe historiquement entre celui de Bill Evans et celui de Brad Mehldau.

>> "If I Should Lose You", une merveille tirée du deuxième album des standards:

Publié Modifié