Paul Hindemith, compositeur allemand très lié à la Suisse

Grand Format Portrait

Fondation Paul Hindemith

Introduction

Autrefois classé dans la liste noire des compositeurs dits "dégénérés", Paul Hindemith (1895-1963) compte pourtant parmi les principaux acteurs de la musique du 20e siècle. L'Allemand a aussi tissé des liens très étroits avec la Suisse, en s'exilant à Bluche (VS) puis à Blonay (VD).

L'arrivée en Suisse en 1938

Chapitre 01

Au début de la Seconde guerre mondiale, Paul Hindemith choisit la Suisse comme terre d’asile. En 1938, il s’installe ainsi avec son épouse à Bluche (VS), au-dessus de Sierre, et y séjourne pendant plusieurs mois avant de partir aux Etats-Unis.

Après la guerre, c'est de nouveau en Suisse qu’il choisit de revenir en élisant domicile à Blonay, au-dessus de Vevey (VD), où il s’achète même une maison qui lui servira de point d’ancrage jusqu’à sa mort en 1963. Blonay accueille depuis le siège de la Fondation Paul Hindemith.

Si les Allemands saluent aujourd'hui en Paul Hindemith l’un des plus grands créateurs contemporains, la célébrité et la reconnaissance ne sont venues que sur le tard pour le compositeur, altiste, violoniste et chef d’orchestre.

Critiques allemandes virulentes

Chapitre 02

DR - Fondation Hindemith

Au début de sa carrière et jusque dans les années 1930, Hindemith compose des œuvres pleines d’originalité voire d’audace, qui ne seront pas vraiment du goût du gouvernement. Le compositeur entretient d’ailleurs avec les autorités nazies des relations compliquées. Bien qu’ayant accepté certaines fonctions officielles – il est membre de la chambre de la musique du Reich, il est bousculé par des critiques de plus en plus virulentes. Sa musique est violemment critiquée, jugée trop novatrice, trop radicale, trop sulfureuse. Elle est bientôt taxée de "dégénérée" et interdite de salles.

Pour couronner le tout, on lui reproche aussi d’avoir épousé une femme qui, bien que de confession chrétienne, a des racines juives. L’atmosphère devient pour lui carrément irrespirable. Pour survivre, Hindemith n’a pas d’autre choix que de fuir l’Allemagne. C’est ainsi qu’à l’été de 1938, le couple quitte Berlin pour s’installer en Suisse.

>> A écouter, l'émission "L'Oreille d'abord": Paul Hindemith à Bluche

Le Chalet de Bluche en Valais. [Fondation Hindemith, Blonay (CH)]Fondation Hindemith, Blonay (CH)
L'oreille d'abord - Publié le 19 mai 2020

Liens tissés très tôt avec la Suisse

Chapitre 03

Fondation Hindemith, Blonay (CH)

Si Hindemith choisit de s’établir en Suisse, c’est parce qu’il connaît bien le pays pour y avoir noué de nombreuses relations et ce dès son plus jeune âge. Dans son enfance, le jeune Paul prend des leçons de violon auprès d’une violoniste suisse, une certaine Anna Hagner qui fait carrière en Suisse où elle joue dans un quatuor basé à Bâle. Anna Hagner jouit d’une excellente réputation de musicienne. Elle décèle rapidement les dons précoces de son élève et le recommande à son propre professeur, Adolf Rebner, qui est un des musiciens les plus respectés de Francfort. Grâce à lui, Hindemith peut entrer au Conservatoire de la ville. Tout au long de sa carrière, Hindemith conserve des liens d’amitié avec son premier professeur et viendra souvent lui rendre visite à Bâle.

S’il a choisi la Suisse, c’est aussi parce qu’il s’y est constitué avant la guerre un réseau d’amis fidèles qui lui sont d’un grand secours et vont l’aider à passer la frontière. Ainsi de Gustav Weber, médecin de profession et grand amateur de musique qui l’a souvent invité à passer des vacances avec sa famille à Aarau.

Hindemith connaît également les deux personnalités les plus influentes de la scène musicale helvétique: Paul Sacher, mécène et chef d’orchestre bâlois ainsi que Werner Reinhardt, autre grand mécène basé lui à Winthertur et dont Hindemith fait la connaissance dans le cadre du festival de Donaueschingen.

Cadre paisible et magique de Bluche

Chapitre 04

DR - Fondation Hindemith

A Bluche, dans la commune de Randogne au-dessus de Sierre, le nouveau foyer valaisan du couple leur plaît beaucoup. Dans son chalet, lorsqu’il ne compose pas, Hindemith s’adonne avec plaisir aux menus travaux de la maison: scier et couper du bois, cueillir des champignons ou cultiver son jardin et tailler les rosiers.

Les Hindemith séjournent à Bluche quinze mois, de l’été 1938 à janvier 1940. Ce sont probablement les mois les plus heureux de leur vie. Après l’existence de nomade, qui a mis à bout leurs nerfs dans les années précédentes, le couple profite au maximum de la tranquillité du village.

Ils y font aussi la connaissance de George Haenni, alors directeur du Conservatoire de Sion et chef de la Chanson Valaisanne. Ce dernier a l’idée de montrer à Hindemith les "Quatrains valaisans" de Rilke, dans l’espoir qu’il les mette en musique pour son choeur.

>> A écouter, l'émission "L'Oreille d'abord": Paul Hindemith à Blonay et Vevey

En 1953, le compositeur allemand Paul Hindemith décide de quitter son exil américain pour s'installer à Blonay, au-dessus de Vevey. [Fondation Hindemith, Blonay (CH)]Fondation Hindemith, Blonay (CH)
L'oreille d'abord - Publié le 20 mai 2020

Nouvelles oeuvres contemplatives

Chapitre 05

Fondation Paul Hindemith.

Dans son bureau avec vue panoramique sur les Alpes, Hindemith travaille beaucoup. Il rédige notamment la deuxième partie de son livre "Unterweisung im Tonsatz" dans laquelle il s’occupe de l’application pratique des théories qu’il a exposées et développées dans la première partie.

Il compose un Concerto pour violon que lui a commandé Mengelberg pour Amsterdam ainsi que d’innombrables sonates pour toutes sortes d’instruments. C’est en fait à Bluche que les préoccupations musicales de Hindemith commencent à se transformer: le côté contemplatif de son caractère semble gagner de l’ascendant sur son côté plus actif, plus tourné vers l’extérieur.

Départ pour les Etats-Unis en 1940, retour en Suisse en 1953

Chapitre 06

DR - Fondation Hindemith

Le 1er septembre 1939, la guerre éclate. Elle n’a pas d’impact immédiat sur Hindemith dans sa retraite dans les montagnes suisses. Mais ses amis sont inquiets pour lui. C’est alors que Sergei Koussevitski, le célèbre chef d’orchestre, lui propose de prendre une classe de composition à l’université de Tanglewood, aux Etats-Unis. Hindemith a des réticences, il a de la peine à quitter la maison dans laquelle il a trouvé tant de bonheur.

Dans la tranquillité de ces montagnes, il est facile de se convaincre que la vie n’a pas changé. Mais ses amis le pressent. Hindemith finit par accepter à contrecœur et quitte Bluche fin janvier 1940 pour ce qu’il croit et espère n’être que son quatrième voyage aux Etats-Unis. Sa femme le rejoindra au cours du printemps.

Le couple ne reviendra finalement s'installer en Suisse qu'en 1953, sur les hauts du village de Blonay (VD), après avoir enseigné à l'Université de Zurich durant deux ans. Dans l'intervalle, Paul Hindemith a aussi connu le succès à travers des concerts et des conférences donnés aux Etats-Unis et en Europe. Il se rendra fréquemment en Allemagne fédérale jusqu'à sa mort à Francfort le 28 décembre 1963, à l'âge de 68 ans.

>> A écouter l'émission "L'Oreille d'abord": Les amis suisses de Paul Hindemith

Darius Milhaud et Paul Hindemith à Zurich, le 28 mai 1938. [Fondation Hindemith, Blonay (CH)]Fondation Hindemith, Blonay (CH)
L'oreille d'abord - Publié le 21 mai 2020