Modifié le 30 mars 2020 à 09:18

Le compositeur de la musique de l'exorciste est décédé

Le compositeur polonais Krzysztof Penderecki ici photographié le 29 août 2009 lors d'un concert au Grand Théâtre de Lodz.
Le compositeur et chef d'orchestre polonais Krzysztof Penderecki est décédé à l'âge de 86 ans Le 12h30 / 25 sec. / le 29 mars 2020
Après une longue maladie, le compositeur et chef d'orchestre polonais Krzysztof Penderecki est décédé dimanche à l'âge de 86 ans, dans sa ville natale de Cracovie, a annoncé sa famille aux médias locaux.

Quadruple lauréat des Grammy Awards (en 1988, en 1999 - dans deux catégories, et en 2017), il a notamment écrit des partitions pour des réalisateurs de films comme Stanley Kubrick, Martin Scorsese, David Lynch ou encore William Friedkin, pour lequel il compose la musique du film "L'exorciste".

Considéré comme l'un des plus importants compositeurs polonais, il commence sa brillante carrière en 1959, au moment où ses trois compositions, "Strophes", "Emanations" et "Les psaumes de David", remportent les trois premiers prix d'un Concours pour jeunes compositeurs à Varsovie.

Une musique riche d'effets sonores

Il s'impose ensuite comme l'une des figures de l'avant-garde des années 60 avec "Thrènes pour les victimes d'Hiroshima" (1960), une composition pour une large formation d'instruments à cordes qui lui vaut une large renommée.

Le compositeur utilise alors des intervalles inhabituels, les clusters, les glissandi et fait sonner les instruments de manière inhabituelle.

Sa musique est riche d'effets sonores: la tôle, les sifflets, les morceaux de verre et de métal frottés avec une lime, les hochets, les sons électriques, les scies, les machines à écrire ou les sirènes d'alarme donnent une texture sonore à ses compositions.

Virage vers le grand public

Grâce à un dégel temporaire du régime communiste en Pologne à l'époque, les oeuvres de Penderecki arrivent à percer le rideau de fer et connaissent un succès international immédiat.

Par la suite, Penderecki abandonne peu à peu son langage d'avant-garde. Critiquée par le milieu musical, cette évolution est applaudie par le public. Il renoue alors avec une écriture néo-tonale, postromantique, avec un contenu et une construction accessibles à un plus large public.

afp/ther

Publié le 29 mars 2020 à 14:01 - Modifié le 30 mars 2020 à 09:18