Modifié le 01 avril 2020 à 15:33

Baxter Dury signe un sixième album pop aussi sarcastique que synthétique

Baxter Dury, "The Night Chancers".
Débat musique: Vertigo / 24 min. / le 27 mars 2020
Pour son sixième album, "The Night Chancers", le chanteur britannique ravive sa plume sarcastique au fil de chansons pop synthétiques aux charmes désuets mais efficaces.

Son père, le défunt Ian Dury, a laissé à la postérité son fameux "Sex & Drugs & Rock'n'roll". Baxter Dury, lui, préfère manier une plume plus sarcastique et nuancée. Le chanteur à la voix de crooner préfère les rythmiques nonchalantes pour évoquer une nuit festive, l'addiction aux réseaux sociaux, sa jalousie, son quotidien ou des questions existentielles.

Dans un registre pop et synthétique, la nouvelle dizaine de saynètes de "The Night Chancers" déploie son charme aussi désuet qu'élégant en trente minutes chrono. Mélodies entêtantes et choeurs sensuels achèvent de rendre cet exercice de style très efficace.

>> A voir, le clip de "I'm Not Your Dog":

Visiblement remis de la rupture amoureuse qui hantait "Prince of Tears" voilà deux ans, le Britannique traîne ici sa désinvolture vocale de spoken word en chants chics. De l'inaugural "I'm Not Your Dog" avec un refrain féminin lascif en français et des cordes évoquant l'univers de Gainsbourg à "Daylight", où il croone élégamment, via "Slumford" qui fait songer par moment au "Let's Dance" de Bowie, Baxter Dury trace sa voie désabusée de plus en plus reconnaissable et attachante.

Si pour qualifier son sixième album, il le compare à "un film de Kubrick, à la fois symphonique et claustrophobique", difficile toutefois d'y déceler des ambiances musicales anxiogènes.

Olivier Horner

Publié le 01 avril 2020 à 09:20 - Modifié le 01 avril 2020 à 15:33