Modifié le 18 février 2020 à 14:47

Maria de la Paz chante Lhasa, un hommage brut à la chanteuse nomade

La chanteuse Maria de la Paz.
Maria de la Paz sur les pas de Lhasa Magnétique / 35 min. / le 27 janvier 2020
Intitulé "La ruta viva", le spectacle de la Lausannoise d'adoption Maria de la Paz reprend des chansons mythiques du répertoire de la musicienne Lhasa, décédée en 2010.

En 1998 sort "La Llorona", album à succès de la chanteuse américano-mexicaine Lhasa de Sela. Inspiré de la vie nomade et des origines de Lhasa, les sonorités mexicaines et tziganes du disque séduisent le grand public. Suite à cet engouement, l’artiste enchaîne avec une longue tournée internationale qui sera suivie de deux autres albums, "The Living Road" et "Lhasa". Malheureusement, elle décède brutalement d’un cancer du sein en 2010.

>>A regarder, un extrait de l'hommage à Lhasa de Sela par Maria de la Paz:

 

La sincérité de Lhasa

Lhasa continue d’influencer les musiciens d’aujourd’hui. Parmi ses fans, il y a la chanteuse d’origine argentine Maria de la Paz, touchée par la voix et les textes de Lhasa: "Ce qui la distingue, c’est sa franchise. Son cœur et son corps vont directement dans la sincérité, c’est un vécu sans filtre", explique la Lausannoise d’adoption. "Par exemple, sa chanson "La Celestina" est comme une revendication: relève-toi, arrête de te plaindre, la vie en vaut beaucoup plus la peine que ce que tu penses."

Je veux partager avec le public la manière dont la musique de Lhasa m’a épanouie.

Maria de la Paz

Pour lui rendre hommage, Maria de la Paz décide de monter un spectacle intitulé "La ruta viva". Elle est accompagnée de cinq musiciens talentueux: Ignacio Lamas, Matthieu Michel, Alberto Malo, Mathias Demoulin et Primasch. "Mon but, c’est de faire découvrir cette perle aux jeunes. C’est pour ça que le spectacle s’appelle "La ruta viva". Cet héritage continue à vivre sur le chemin", dit-elle.

Propos recueillis par Benoît Perrier/ms

"La ruta viva", à voir les 28-29 février et 1 mars au Casino-théâtre de Rolle, le 10 mars à Meyrin, le 19 mars au Théâtre du passage à Neuchâtel, le 21 mars à Nuithonie Fribourg, le 23 mars à L’Inter à Porrentruy, le 27 mars à L’Echandole à Yverdon, le 28 mars au Théâtre du Crochetan à Monthey, le 30 avril au Reflet à Vevey, et le 10 mai au Théâtre du Jorat.

Publié le 03 février 2020 à 15:39 - Modifié le 18 février 2020 à 14:47