Publié le 27 novembre 2019 à 11:57

Leopold, le musicien qui durant un moment s'est pris pour Mozart

Portrait de Leopold Mozart (1719-1787).
Leopold Mozart (1/3) Figures libres / 10 min. / le 18 novembre 2019
Ce mois de novembre, il y a juste 300 ans que naissait à Augsbourg en Souabe Leopold Mozart, compositeur, pédagogue et Kapellmeister.

Son rôle auprès de son enfant prodige, Johann Chrysostomus Wolfgang Gottlieb (Amadeus), suscite la controverse: d'un côté, ceux qui fustigent son autorité abusive, les voyages éprouvants à travers l'Europe qu'il fait subir à ses enfants (la sœur de Wolfgang, Maria Anna dite Nannerl, est aussi une musicienne douée) comme un montreur de singes savants; de l'autre, les admirateurs de cet homme des Lumières, musicien important, tout dévoué à son fils dont il a décelé immédiatement le génie.

>> A écouter, "Figures libre" du 19 novembre:

La famille Mozart à Paris en 1763.
Ann Ronan Picture Library - AFP
Figures libres - Publié le 19 novembre 2019
 

"Figures libres" sur Espace 2, rend hommage cette semaine à Leopold Mozart (1719-1787), compositeur négligé, auteur pourtant d'une importante "École de violon", méthode publiée l'année de naissance de Wolfgang, et infatigable épistolier, dont les lettres (au fil de ses voyages ou à son fils depuis Salzbourg) sont un témoignage précieux pour l'histoire musicale de la deuxième moitié du XVIII siècle.

>> A écouter, "Figures libre" du 20 novembre:

Portrait du compositeur et violoniste Leopold Mozart (1719-1787).
Luisa Ricciarini - AFP
Figures libres - Publié le 20 novembre 2019
 

Le romancier et poète français Dominique Pagnier, qui a lu la correspondance volumineuse de Leopold et Wolfgang, a retracé ce lien père-fils dans le contexte du temps, en une chronique colorée et passionnante, dont le point de départ est un pays imaginaire que le petit Wolfgang construisait pendant ses longs voyages en diligence d'une capitale européenne à l'autre: le "Royaume d'En-arrière"…

>> A écouter, "Figures libre" du 21 novembre:

La famille Mozart avec Maria Anna et Wolfgang jouant avec Leopold au violon.
Manuel Cohen - AFP
Figures libres - Publié le 21 novembre 2019
 

"…Dès qu'il a couché les enfants, Leopold, le musicien qui un moment s'est pris pour Mozart, renonce à ses œuvres, à sa carrière pour travailler au triomphe de l'enfant et à la consolation de l'Humanité. Il fait les comptes, étudie les commandes, révise les partitions du fils, prépare les voyages, organise tout jusqu'au moindre détail, parce qu'en plus il est souabe et qu'il n'ignore pas qu'on ne pourra venir à bout de ce monde par la musique seule mais qu'il y faut aussi du calcul et de la politique." Extrait du livre "Le Royaume de Rücken" de Dominique Pagnier (Gallimard, 2012).

David Meichtry/ld

Les 300 ans de Leopold Mozart sont fêtés toute l'année dans la ville de Augsburg.

Publié le 27 novembre 2019 à 11:57