Modifié

Le live du quartet de Charles Lloyd au premier Montreux Jazz enfin publié

Le saxophoniste américain Charles Lloyd au Montreux Jazz Festival, le 18 juin 1967. [François Jacquenod/DR - RTS]
Les invités du 12h30 - Yvan Ischer et René Langel présentent l’album du mythique concert de Charles Lloyd à Montreux / Le 12h30 / 8 min. / le 4 novembre 2019
Invité vedette de la 1ère édition du Montreux Jazz Festival le 18 juin 1967, le saxophoniste américain Charles Lloyd livre au sein de son quartet composé de Keith Jarrett, Ron McClure et Jack DeJohnette un concert magistral. Ce live est enfin publié en vinyle.

Verni lors du récent festival lausannois JazzOnze+, l'album live du Charles Lloyd Quartet lors de la première édition du Montreux Jazz Festival en 1967 est enfin disponible au format triple vinyle dans la collection The Essentials. Coproduit par la RTS et la manifestation vaudoise, cet enregistrement capté au Casino de Montreux le 18 juin 1967 s'avère mythique à plus d'un titre.

L'énergie du quartet du saxophoniste et flûtiste de Memphis s'y révèle en effet irrésistible. Articulée autour de la section rythmique composée du pianiste Keith Jarrett, du contrebassiste Ron McClure et du batteur Jack DeJohnette, la partition se déchaîne musicalement, avec un souffle libertaire inouï. Et porte en lui un vent nouveau de free jazz et de mysticisme dont le morceau "Forest Flower" de 27 minutes constitue la perle époustouflante.

"Il y avait quelque chose d'éthéré"

Je suis toujours comme une mariée réticente quand il s'agit d'écouter mes vieux enregistrements. C'est du passé. J'ai enregistré cette musique il y a tellement longtemps. J'essaie de penser au futur.

Charles Lloyd, musicien de jazz

Le musicien estime qu'il joue mieux aujourd'hui. "Je crois avoir écouté ce live à Montreux (...) mais je n'écoute presque jamais les choses que j'ai faite. Il m'arrive lorsque je tombe dessus d'être agréablement surpris. Comme récemment en entendant quelques notes du morceau "Days and Nights Waiting", qui m'est arrivé comme une chose étrangère et c'était très beau. Il faudra que je l'écoute plus attentivement. Il y avait quelque chose d'éthéré, comme une autre dimension. (...) Alors je suis reconnaissant", explique à la RTS Charles Lloyd, 81 ans.

En 1967, Charles Lloyd est alors l'invité vedette du Montreux Jazz et coup de coeur de Claude Nobs et René Langel, co-fondateurs du festival, qui l'ont découvert l'été précédent sur scène à Antibes. Trois ans plus tard, dépassé par la succès, Lloyd se retire à Big Sur où il médite et mène une vie simple, loin des médias et de l'industrie musicale. En 1980, Michel Petrucciani, alors âgé de 18 ans, vient le chercher et le fait sortir de son silence.

olhor

>> A voir, le documentaire "Dreamer in Sound" consacré à Charles Lloyd:

Charles Lloyd - Dreamer in sound [RTS]
Charles Lloyd - Dreamer in sound / Sur les Docs / 26 min. / le 27 octobre 2019
Publié Modifié