Modifié le 23 août 2019 à 08:54

Un passionné de 20 ans met en scène "Grease" dans un théâtre nyonnais

Ylan Assefy Waterdrinker, metteur en scène de comédies musicales.
Grease, sous lʹœil dʹun passionné de 20 ans Vertigo / 6 min. / le 22 août 2019
Il y a juste 41 ans, la lycéenne Sandy et le voyou Danny débarquaient au cinéma en chantant et en se trémoussant. Aujourd'hui, c'est un jeune homme de 20 ans qui a décidé de monter sa propre version de "Grease" au théâtre de Marens à Nyon.

Malgré son jeune âge, le metteur en scène Ylan Assefy-Waterdrinker n'est pas tout à fait un débutant, puisqu'il a déjà joué et chanté dans 17 spectacles.

Et c'est à Nyon qu'il a décidé de réunir une jeune équipe enthousiaste et passionnée pour monter "Grease", "un film indémodable, que tout le monde connaît, devenu culte", confie-t-il jeudi dans "Vertigo".

35 performeurs et 25 numéros

Grease au Théâtre de Marens. Grease au Théâtre de Marens. [gaos.com] Pour sa propre interprétation de cette comédie musicale, Ylan Assefy-Waterdrinker dirige une grande équipe de 35 performeurs, des filles et des garçons de 13 à 20 ans, à un niveau tout à fait professionnel. Le jeune homme a en effet déjà passé un an dans une des meilleures écoles de comédie musicale à Londres, sélectionné avec une poignée d'autres jeunes parmi plus de 1'800 candidats.

Ce spectacle joué du 23 au 25 août au théâtre de Marens voit se succéder plus de 25 numéros sur scène, avec des claquettes, du rock et des portés, et quelque 250 costumes.

Pour Ylan Assefy-Waterdrinker, "la comédie musicale est un art particulier, car il est le seul qui réunit le chant, la danse et le théâtre, soit le meilleur du divertissement. Et c'est la forme la plus complète de divertissement en termes d'histoire à raconter et à transmettre."

Quatre décennies après le phénomène "Grease"

Ce choix de "Grease" n'est pas celui de la simplicité, tant tout le monde connaît celle qui est souvent qualifiée de plus populaire comédie musicale de tous les temps. Créé au début des années 70 à Broadway et joué plus de 3'000 fois, ce spectacle a encore gagné en popularité quand est sorti le film éponyme de Randal Kleiser en 1978.

>> La bande-annonce du film "Grease":

Avec de 160 millions de dollars de recettes aux Etats-Unis et 400 millions dans le monde, plus que "La Fièvre du samedi soir", cette oeuvre égratignée par la critique a rencontré un rare succès auprès du public.

>> Le grand format consacré à "Grease": Le succès planétaire de "Grease"

Et les deux acteurs principaux sont aussi devenus des stars planétaires encore aujourd'hui associées à leurs rôles dans "Grease": Olivia Newton-John jouait la pétillante lycéenne Sandy, venue d'Australie en vacances aux Etats-Unis durant l'été 1958, alors que John Travolta campait le voyou Danny Zuko, chef de la bande des T-Birds. Même si tout les oppose, la belle naïve et le coeur tendre qui joue les durs tombent évidemment amoureux, même s'ils ont de la peine à se l'avouer.

Quelques libertés

Ylan Assefy-Waterdrinker affirme aussi s'être permis certaines libertés avec le "Grease" original. "Nous avons voulu enlever la poussière et apporter un esprit nouveau tout en gardant les éléments iconiques, ceux qui ont rendu ce film incontournable", juge le jeune artiste.

Il a par exemple choisi de mettre en scène des adolescents en âge de fréquenter le lycée et de les affubler de blousons non pas noirs, mais de couleur. Pour séduire le public romand, il a aussi ajouté une touche d'humour supplémentaire à la mise en scène originale.

>> Ecouter l'émission "Travelling" consacrée à "Grease":

Grease.
PARAMOUNT PICTURES / ROBERT STIG / COLLECTION CHRISTOPHEL - AFP
Travelling - Publié le 19 novembre 2017

Sujet radio: Laurence Froidevaux

Adaptation web: Frédéric Boillat

Publié le 23 août 2019 à 08:53 - Modifié le 23 août 2019 à 08:54