Grand Format 40 ans de rap

Les moments clés de l'histoire du rap

Introduction

Quand ils ont enregistré il y a 40 ans "Rapper's Delight", le premier succès rap, les membres du groupe Sugarhill Gang ne se doutaient pas qu'ils allaient propulser le hip-hop, mouvement éphémère local, au rang de culture planétaire. Si chaque année depuis ses débuts, le rap a évolué, retour sur sept années charnières qui ont marqué le genre.

Chapitre 01

1979, naissance du rap

En 1979, tout n'était que disco, champagne et paillettes pour les jeunes qui fréquentent les clubs mythiques de New York. Mais dans le Bronx, l'ambiance est toute autre. Le quartier ressemble à une zone de guerre, peuplée de dealers et de prostituées, et secouée par la violence. Pour ceux qui y vivent, un seul moyen de décompresser: les soirées de DJ Kool Herc au 1520 Sedwick Avenue, le lieu de naissance du hip-hop.

Lors de ces soirées, on écoute surtout le funk de James Brown, Curtis Mayfield ou Pleasure. DJ Kool Herc remarque que les moments qui marchent le mieux dans ses mix sont les parties de morceaux où la musique est réduite à un minimum d'éléments. Ce moment que les musiciens appellent un break.

DJ Kool Herc, pionnier du hip-hop.
DJ Kool Herc, pionnier du hip-hop. [Astrid Stawiarz - AFP]

Lorsqu'il voit arriver le moment du break, DJ Kool Herc utilise le micro qu'il a branché afin de prévenir la foule. Il sait que tous les jeunes adossés au mur vont se ruer sur la piste de danse à ce moment-là. Il les appelle les Break Girls et les Break Boys. Ce sont les prémices du rap.

Après DJ Kool Herc, parmi les premiers à se faire un nom au micro, on se doit de citer Eddie Cheeba, qui se produit déjà dans des clubs de Mahattan avec DJ Hollywood, ou Coke La Rock, ou encore Cowboy, qui accompagne Grandmaster Flash. Et ça, c'est vraiment le début du rap.

Très vite, les groupes de rappeurs se multiplient et la concurrence fait rage. Ces nouveaux Crew de hip-hop s'affrontent régulièrement pour la suprématie du genre. Aux flingues se sont substitués les micros. A la place des balles, on mitraille avec des mots.

Parmi les crew les plus dangereux figurent les Brothers Disco, Grandmaster Flash and the Furious Five ou encore les L Brothers...

>> A voir, le clip de "The Message" de Grandmaster Flash and the Furious Five:

Le Sugarhill Gang est le premier groupe de rap à avoir enregistré un morceau. Ou du moins, c'est le premier groupe de rap à être entré dans le top 40 des meilleures ventes de single avec le morceau "Rapper's Delight", aujourd'hui écoulé à plus de 10 millions d'exemplaires.

>> A écouter, l'émission consacrée à l'année 1979:

Pochette du titre "Rapper's Delight" de Sugar Hill Gang.
DR - Sugar Hill Records
Repasse-moi le Mike : les 40 ans du rap - Publié le 01 juillet 2019
 

Dans le groupe, tous étaient originaires de Engelwood dans le New Jersey, mais pourtant ils ne se connaissaient pas avant que Sylvia Robinson ne les réunisse pour créer le groupe qui prendra le nom du label qu'elle venait de créer, Sugarhill Gang. Label lui-même nommé d'après un quartier du Bronx où est né le hip-hop.

Lors de la sortie du morceau, la réaction des rappeurs du moment a été plus que mitigée. Il faut dire que le morceau reprend un classique de disco funk, "Good Times", de Chic. Un morceau assez joyeux, plutôt éloigné de ceux généralement utilisés dans les soirées rap des bas quartiers de New York à l'époque.

Malgré tout, "Rapper's Delight" est considéré par beaucoup comme étant le premier morceau de rap de tous les temps.

>> A voir, le clip de "Rapper's Delight" de Sugarhill Gang:

>> A lire, l'article de RTS Culture: Le rap célèbre ses quarante ans d'existence

Chapitre 02

1983, création d'un monument du rap

Depuis 1979, chaque année apparaissent de nouveaux groupes de rap. Alors que la police fait la guerre aux graffeurs dont l'art continue à envahir les murs et les trains de New York, le rap ne cesse d'évoluer et de se propager.

En 1983, le groupe qui occupe le devant de la scène est sans aucun doute Run DMC avec le morceau "Sucker MC's" et sa batterie incroyable. L'absence de mélodies tranche totalement avec ce qui se fait à l'époque.

Toute l'attitude de ce rappeur est résumée dans le titre "Sucker MC's". "Suckers", terme qui désigne les pigeons, ceux qui se font arnaquer, est repris par le groupe pour désigner les nazes, les bollos, les mauvais ou les faux rappeurs comme, par exemple, les Sugar Hill Gang.

"Sucker MC's" est la face B du tout premier single que sort ce groupe légendaire. Le look de Run DMC tranche avec les costumes colorés que Sylvia Robinson impose à ses artistes. Ils sont habillés tout en noir avec veste en cuir et chapeau. On est loin du look un peu Village People des Grandmaster Flash and The Furious Five. Ce look sobre, presque austère, donne au rap un côté plus sérieux.

>> A écouter, l'émission consacrée à l'année 1983:

RUN DMC – Sucker MCs.
DR - Profile Records
Repasse-moi le Mike : les 40 ans du rap - Publié le 05 juillet 2019

C'est Russell Simmons, frère du rappeur Rev Run de Run DMC, co-fondateur du label Def Jam, qui donne son nom au groupe de rap. Sans même demander leur avis aux membres du groupe. Mais lorsqu'il démarche les maisons de disques avec ce son avant-gardiste, personne ne s'y intéresse.

Finalement, c'est contre une somme ridicule de 2000 dollars que Russell Simmons accepte la proposition de Profile Records, le label de Dr Jeckyll Et Mr Hyde. Avec en face A "It's Like That" et en face B, le fameux "Sucker MC's".

Le succès est immédiat pour cette nouvelle formule avec 20'000 exemplaires vendus chaque semaine. Mais le jour où le groupe se produit sur scène pour la première fois, ça coince. Le look costard et pantalon à pince fait rire. Russell Simmons vient à la rescousse et leur dégote le look qu'on leur connaît aujourd'hui.

Run DMC en 2001 au Montreux Jazz Festival.
Run DMC en 2001 au Montreux Jazz Festival. [Andree-Noelle Pot - Keystone]
 

La pochette du single "White Lines" de Grandmaster Flash. La pochette du single "White Lines" de Grandmaster Flash. [Sugarhill Records]

Malgré l'énorme influence de Run DMC cette année-là, ils ne sont de loin pas les seuls à faire grossir la sphère hip-hop. Grandmaster Flash revient avec "White Lines", un morceau au contenu conscient, comme on commence déjà à dire, où les lignes blanches ne font pas référence à la circulation routière, mais bien aux lignes de cocaïne.

En 1983, il serait difficile de ne pas signaler aussi l'arrivée des premiers rappeurs blancs, les Beasties Boys, qui passent du punk au hip-hop. Et de l'autre coté des Etats-Unis, sur la côte Ouest, le virus hip-hop fait aussi des ravage, notamment grâce à Captain Rapp.

>> A voir, le grand format consacré aux Beastie Boys:

 

Chapitre 03

1988, presque 10 ans de rap

En 1988, le rap s'apprête à fêter ses 10 ans. Il n'a jamais été aussi prolifique et surprenant. Des poids lourds se sont installés sur les ondes et dans les bacs. L'industrie du disque, même si elle ne comprend toujours rien à ce genre musical, a néanmoins bien saisi que le hip-hop rapporte. Les sorties s'accélèrent.

Cette année-là, le groupe américain NWA (Niggaz Wit Attitudes) sort le morceau "Fuck The Police", mais aussi "Gangsta Gangsta".

>> A écouter, l'émission consacrée à l'année 1988:

Pochette du titre "Fuck the police" de NWA.
DR - Ruthless Records
Repasse-moi le Mike : les 40 ans du rap - Publié le 12 juillet 2019
 

1988, c'est aussi l'année de sortie du morceau "Microphone Fiend" de Eric B & Rakim, extrait de leur album "Follow the Lead". "Fiend" est un synonyme du mot "addict" en anglais, soit accro. Le "microphone fiend" est donc un accroc au micro. Dans ce morceau, Rakim explique pourquoi il est accro au micro dans son style épuré typique, rempli de punch line.

>> A voir, le clip de "Microphone Fiend" de Eric B & Rakim:

 

En 1988, les gens sortent pour danser. Notamment sur le morceau de Rob Base, "It Takes Two", qui est pour certains le meilleur morceau de hip-hop de tous les temps.

Ce titre est l'œuvre de Rob Base et DJ EZ Roks et contient un sample de batterie accompagné d'une voix qui doit être une des plus reconnaissable de l'histoire du hip-hop. Il vient d'un break dans un morceau classique de Lynn Collins, "Think", duquel ils ont aussi puisé l'inspiration pour le titre du morceau.

Cette année marque aussi la création de deux institutions du rap: le premier single du groupe américain De La Soul, et les débuts de l'émission "Yo MTV Raps".

>> A écouter, le titre "It Takes Two":

Chapitre 04

1991, les débuts du rap français

1991 signe le démarrage en trombe du rap français. La qualité est tout de suite au rendez-vous. Il faut dire que les groupes ont bénéficié du manque d'intérêt des maisons de disques et ont eu ainsi le temps de se perfectionner, tant au niveau des productions qu'au niveau des raps.

Un son qui claque et qui se démarque, un rap ciselé et précis, une énergie débordante, la surprise vient de Suisse avec Sens Unik et son single fracassant, "Le VIème Sens".

Du côté de la France, ça bouillonne chez les rappeurs. Certains d'entre eux explosent au grand jour en 1991. C'est le cas de NTM, pour Nique Ta Mère, qui dévoile au grand jour un département français situé au nord-est de l'agglomération parisienne, la Seine-Saint-Denis, soit le 93. En 1991, NTM frappe tellement fort que nos oreilles sifflent encore.

"Le monde de demain" est sorti à la fin de l'année précédente, mais avec la sortie du clip en 1991, on comprend que quelque chose d'important vient de se passer dans la tête des patrons de maisons de disques françaises. L'album s'appelle "Authentik", rappelant que c'est dans la rue que le hip-hop est né et qu'il puise sa vivacité. Mais dans le clip, qui est à l'époque le plus cher de France, les membres du groupe sont habillés par Jean-Paul Gaultier. Les rebelles sont en train de devenir des stars tout en représentant leur quartier, dont ils décrivent les maux avec une poésie fracassante qui résonne encore aujourd'hui.

>> A voir, le clip "Le monde de demain" de NTM:

 

A l'autre bout de la France, tout au sud, un autre géant est en train de naître. Tout comme le club de foot de Marseille s'oppose au PSG dans le foot, dans le rap, trois lettres font face à celle de NTM: IAM, soit Imperial Ageatic Men.

Le titre de leur album, "De la planète Mars", résume bien leurs intentions et leur mentalité. Il montre que IAM se démarque volontairement de ce qui se fait dans le nord.

C'est à Paris que se concentrent les groupes de rap et de manière plus générale le pouvoir et l'argent en France. Marseille, la mal-aimée, est sur sa propre planète et  créé son propre rap, différent, plus mystique et érudit, quelque part entre MC Solaar et NTM. A part.

Pochette de l'album "...De la planète Mars" Pochette de l'album "...De la planète Mars" [IAM / Label Noir]

>> A écouter, l'émission consacrée à l'année 1991:

Pochette du titre "Ring Ring Ring" interprété par De La Soul.
DR - Tommy Boy Entertainment
Repasse-moi le Mike : les 40 ans du rap - Publié le 17 juillet 2019
 

Malgré le succès de NTM ou de IAM, la presse et l'industrie musicale françaises n'arrivent pas à voir les rappeurs autrement que comme des gamins à problèmes, certes talentueux, mais dont il faut se méfier. Avec MC Solaar, un rappeur universitaire qui utilise le même langage que ses critiques, la situation change. Enfin un peu, car pour les médias et les professionnels du milieu, il représente l'exception plutôt que la règle.

MC Solaar
MC Solaar [thierry galeuchet - RSR multimédia - rsr]

Pendant ce temps-là, aux Etats-Unis, les Black Shepp ont le vent en poupe et sortent l'album "A Wolf in Sheeps Clothing", qui peut se traduire par "un loup dans la bergerie". Et un certain Will Smith voit sa carrière décoller grâce à une série dans laquelle il joue depuis 1990, "Le Prince de Bel-Air", et surtout grâce au single qui sort en 1991 et qui lui vaut son deuxième Grammy, "Summertime". Mais le groupe phare de 1991 reste De La Soul, avec son titre "Ring Ring Ring".

>> A voir, le clip de "Summertime" de Will Smith :

 

Chapitre 05

1996, le tournant du rap

The Fugees fait partie des quelques groupes qui peuvent se targuer d'avoir initié un tournant dans le rap. Ils sont responsables d'avoir attiré un public encore plus large à une musique qui, même si elle connaît un succès commercial énorme, reste encore marginalisée pour de nombreuses raisons, notamment à cause de la violence, omniprésente dans cette culture.

Jusqu'ici considéré comme un art presque purement new-yorkais, le rap devient plus international avec l'arrivée des Fugees. Wyclef Jean et Pras Michaël mettent en avant leurs origines haïtiennes non seulement visuellement, mais aussi musicalement.

Une musique composée principalement par Wyclef Jean qui se révèle être un véritable génie.

En 1996, les Fugees débarquent avec un deuxième album, "The Score", et surtout un tube, "Ready or Not".

>> A écouter, l'émission consacrée à l'année 1996:

The Fugees (Lauryn Hill, Michel Prakazrel et Wyclef Jean) à Zurich en 2005.
Eddy Risch - Keystone
Repasse-moi le Mike : les 40 ans du rap - Publié le 24 juillet 2019

>> A voir, l'interview de Wyclef Jean dans "Toutouyoutour":

Wyclef Jean.
Couleur 3 - Publié le 24 juillet 2018
 

1996, c'est aussi l'année de sortie du premier album d'un certain Jay Z, champion toutes catégories. Probablement la carrière la plus réussie du milieu.

Jay Z commence le rap en 1989 sur le morceau "Hawaian Sophie" de Jaz O. Sa rampe de lancement est Rockafella Records qu'il crée avec son associé Damon Dash. Il commence comme ça, avec l'argent de la drogue comme coup de pouce, ce qu'il ne cache pas.

>> A écouter, le titre "Dead President II" de Jay Z:

Le titre de son premier album, "Reasonable Doubt", soit l'ombre d'un doute, fait référence à une notion de droit américain. Une manière pour Jay Z de faire un doigt d'honneur à la justice.

Cette année marque par ailleurs les débuts en solo du rappeur Busta Rhymes et la sortie du deuxième album d'Outkast, intitulé "Southernplayalisticadillacmuzik". C'est également la sortie du premier album de Foxy Brown, la rivale de Lil Kim, et celui de Bahamadia, "Kollage", qui fait un carton grâce aux productions de DJ Premier ou encore The Roots.

Tupac Shakur. Tupac Shakur. [ - afp]

1996 s'avère toutefois une année noire pour le hip-hop. Le 7 septembre, Tupac Shakur, l'un des artistes les plus doués de sa génération, est assassiné. Rappeur de génie, poète, acteur, réalisateur, mais aussi militant, Tupac était un véritable artiste. Malheureusement, sa mort alimente la spirale de violence qui gangrène le rap depuis ses débuts.

En septembre 1996, Tupac est abattu juste avant la sortie de son quatrième album, "All Eyez On Me", sur lequel on trouve deux morceaux qui ont squatté toutes les enceintes disponibles du monde: "How Do you Want It" et "California Love".

Chapitre 06

2011, rap DIY

L'année 2011 est marquée par le titre "Fly Together" de Red Café. Un titre qui annonce l'album "The Shakedown" qui malheureusement ne sortira jamais.

Mais c'est le titre "Heart & Soul of New York City" qui mérite plus le détour. Sorti en 2009 et produit par Pete Rock et son style entre soul et jazz, il est reconnaissable entre mille. Le producteur suit son coeur et propose à des artistes parfois peu connus d'enregistrer ses titres. C'est le cas de Red Café.

Durant sa carrière, Red Café ne sort presque que des mixtapes. Aux Etats-Unis, il a une solide base de fans, mais reste plutôt méconnu en dehors de ces frontières.

>> A écouter, l'émission consacrée à l'année 2011:

Pochette du titre "Heart and soul of New York City" de Red Café.
DR - DR
Repasse-moi le Mike : les 40 ans du rap - Publié le 14 août 2019
 

En Suisse, une nouvelle génération de rappeurs est s'installe malgré l'évident manque de soutien de la part des maisons de disques locales. Ce manque d'intérêt fait émerger une scène de rappeurs DIY, soit "Do It Yourself", qui s'organisent et connaissent des succès qu'ils ne doivent à personne. C'est le cas notamment de Nel B, rappeur lausannois.

Nel B n'est pas le seul rappeur suisse à avoir squatté nos oreilles en 2011. Il y a aussi les Genevois Negrociateurs à qui l'on doit l'album "Du Vice à La Prière".

2011, c'est aussi le Double R qui marque le rap suisse avec notamment le rappeur et producteur Redbioul et son collègue Rootwords, avec par exemple le morceau "Against The Grain".

Et bien sûr, il y a aussi le son jazzy et soul du producteur Fléo qui a fourni l'instrumentale à MC Deo pour faire le morceau "Toucher les nuages". Deo se lance aussi en solo, après avoir déjà sorti une paire d'albums avec un groupe du nom de Melting établis dans la région de Vevey.

>> A voir, le clip de "Touches les nuages" de Deo:

 

Chapitre 07

2019, année prometteuse

Cette année 2019 est pour l'instant plutôt riche en termes de "morceaux de rap qui tuent". Parmi eux figurent l'un des morceaux à côté duquel personne n'aurait dû passer, à savoir "Nike Neuves" du Genevois Dibby Sounds.

Les baskets neuves, un thème on ne peut plus hip-hop que l'on trouvait déjà dans le film "Do The Right Thing" de Spike Lee. C'est Run DMC qui, en premier, s'est approprié la marque aux trois bandes.

Dibby Sounds fait ses débuts au sein du groupe Zarro Clan avec qui il partage toujours un studio. Après un premier album intitulé "Rose Noir" en 2018, il sort "Rage Mode".

>> A écouter, l'interview de Dibby Sounds:

Dibby Sounds.
facebook.com/DibbySounds
Pony Express - Publié le 19 avril 2019
 

"Because I Love You" de Lizzo, une rappeuse magnifique de talent et d'énergie, tourne aussi en boucle cette année. Sur son album, "Queens", tous les titres sont des bombes.

2019 est par ailleurs marquée par la sortie de "The Big Day", le premier album solo de Chance the Rapper, un artiste qui a déjà collaboré avec de grands noms, comme Kanye West.

Un autre morceau dont le clip vaut le détour est celui du rappeur Octavian, l'avenir du rap anglais si l'on en croit les critiques. Sa première mixtape ne date que de l'an dernier, mais il fait déjà beaucoup parler de lui, tant son style est indéfinissable.

>> A voir, le clip "Bet" de Octavian:

 

Un autre album qui marque cette année est "Ethel Bobcat" du groupe &More, avec notamment le titre "4 Ever 1st Lady", qui allie la classe visuelle et sonore d'un morceau que le groupe dédie à Michelle Obama, pour eux la première dame à tout jamais.

>> A voir, le clip "4 Ever 1st Lady" de &More:

 

&More est l'association de deux artistes qui ont commencé à collaborer lorqu'ils se sont rendus compte qu'ils étaient tous deux aussi activistes qu'artistes. Le rappeur Chill Moody et la chanteuse Donn T, qui n'est autre que la sœur de Quest Love, le batteur des Roots.

>> A écouter, l'émission consacrée à l'année 2019:

Pochette de l'album "Ragemode" de Dibby Sounds.
DR - 994423 Records DK
Repasse-moi le Mike : les 40 ans du rap - Publié le 26 août 2019

 

>> A écouter aussi, 40 ans après les débuts du rap, des rappeuses percent au-delà des frontières suisses:

La rappeuse suisse KT Gorique - Paléo 2017.
Anthony Anex - Keystone
Le 12h30 - Publié le 29 mars 2019
 

40 ans du rap 16x9 logo.
40 ans du rap 16x9 logo. [RTS]

Pour retrouver toutes les émissions consacrées aux 40 ans du rap, rendez-vous sur Play RTS, sur la page de l'émission "Repasse-moi le Mike: les 40 ans du rap" sur Couleur 3.

Crédits

  • Proposition et sujet radio Couleur 3:

    Michel "Dynamike" Ndeze

  • Adaptation web:

    Lara Donnet

  • RTS Culture

    Août 2019