Modifié le 22 mars 2019 à 09:36

Les traditions folkloriques et le yodel reviennent en force

Ici la Suisse.
Ici la Suisse - Le retour du yodel Ici la Suisse / 5 min. / le 21 mars 2019
Le folklore revient en force. Les danses, les costumes traditionnels et la musique folklorique, qui pouvaient paraître passéistes il y a vingt ans, sont aujourd'hui en vogue. A l'image, entre autres, du yodel.

Dans les années soixantes, la musique folklorique avait encore des relents de nationalisme. L'apprécier était considéré comme rétrograde. Aujourd'hui, elle est partout: dans les hit parades avec des groupe de yodel pop comme Heimweh, la famille Oesch ou le chansonnier bernois Gölä qui exploitent le filon "swissness", se servant du cliché sans vraiment s'embarrasser du yodel traditionnel, authentique.

>> A lire aussi: Melanie Oesch, l'icône d'un yodel moderne et transfrontalier 

Mais cet engouement fondamentalement populaire pour nos racines est plus large. Il se retrouve aussi dans les danses traditionnelles par exemple. Il existe aussi désormais de nombreux cours autour de ces racines folklorique que l'on peut suivre et qui sont pris d'assaut. Comme ceux de Natur Jodel à la Haus der Volksmusig, la Maison nationale de la musique folklorique à Altdorf, dans le Canton d'Uri, patrie d'un certain Guillaume Tell.

Un diplôme de yodel à Lucerne

La ville de Lucerne propose quant à elle un diplôme en yodel au sein de sa Haute École. Il est également possible d'apprendre à yodler en suivant les cours proposés par l’Association fédérale des yodleurs (AFY).

L'AFY forme dans les associations régionales des chefs de chœur, des formateurs ainsi que des jurés pour les fêtes de yodleurs, et proposent des formations continues en solfège, en rythmique et en littérature.

>> A lire aussi: Le diplôme en yodel proposé par la Haute École de Lucerne fait débat

Sujet radio: Alain Croubalian

Adaptation web: Olivier Horner

Publié le 21 mars 2019 à 14:54 - Modifié le 22 mars 2019 à 09:36