Le rôle des animaux dans la littérature

Du "Roman de Renart" au Moyen Âge à "La ferme des animaux" d'Orwell en passant par les fables de La Fontaine, les animaux ont toujours été présents dans la littérature. Décryptage.

Scroll

Depuis les origines, les animaux sont présents dans la littérature. Ils permettent en effet de caricaturer l'homme. De nombreux écrivains vont les utiliser dans leurs récits afin de mettre en lumière certains défauts humains dans un but éducatif ou pour critiquer les abus et les déviances de la société.

Décryptage de cinq oeuvres littéraires mettant au premier plan des animaux.

Illustration du "Corbeau et le renard" des "Fables de la Fontaine" par J.J. Grandville 1838-1840.
Illustration du "Corbeau et le renard" des "Fables de la Fontaine" par J.J. Grandville 1838-1840. [Codex - CC-BY-SA 3.0]
 

Le Roman de Renart

"Le Roman de Renart", est un ensemble de textes composés entre 1170 et 1250 par différents auteurs. Véritable épopée animale, il raconte les aventure du loup Ysengrin et de son compère le goupil Renart. Ces deux animaux personnifient la force et la ruse et vivent dans un monde qui est à l'image de la société féodale, avec sa hiérarchie, ses préjugés, ses moeurs et ses lois.

"Le Roman de Renart" est le pendant populaire de la littérature épique et chevaleresque. Il permet un enseignement moral mais se double d'une satire qui parodie les chansons de geste et les romans courtois de cette époque. C'est également une critique de la société féodale et du clergé, le personnage de Renart ne respectant rien ni personne et surtout pas Dieu ou le roi.

Renart devient si populaire à la fin du Moyen Âge que son nom finit par remplacer le terme de "goupil" qui désignait jusque-là l'animal.

"Roman de Renart", BNF, Paris, Ms fr. 1581f. 6v
"Roman de Renart", BNF, Paris, Ms fr. 1581f. 6v [Domaine public]

Les fables de La Fontaine

 

Si la Mésopotamie est certainement le berceau des fables animalières occidentales, c'est avec le fabuliste de l'Antiquité Esope que la fable devient un genre littéraire. Cet écrivain grec qui a vécu entre le VIIe et VIe siècle av. J.-C. est considéré comme le "père de la fable". Héritier d'une tradition orale, il racontait des petites histoires qui mettaient en scène des animaux aux comportements très humains.

Les caractéristiques de la fable peuvent se résumer ainsi: un récit court, bref, en vers ou en prose, des personnages qui sont le plus souvent des animaux à valeur symbolique dont le comportement évoque celui des humains et dont le but est de donner une leçon de morale.

Cependant, si les fables sont utilisées pour l’éducation des enfants, leur sens et l’emploi de figures animalières vont bien au-delà de contes pour enfants. Les fabulistes utilisent le passage dans le monde animalier pour transcrire et critiquer le monde des hommes.

Une manière de faire passer ce que les censures religieuses ou politiques n’auraient pas admis.

 

 

 

 

 

Je me sers d'animaux pour instruire les hommes

Jean de La Fontaine

De la Grèce, la fable progresse vers Rome, où plusieurs auteurs comme Horace ou Phèdre font des adaptations des écrits d’Esope. Au Moyen Âge, on écrit des "ysopets", recueils de fables imitées d'Esope, dont le plus célèbre est celui de Marie de France publié au XIIe siècle. C'est d'ailleurs la première adaptation en français des fables de l'auteur grec.

Au XVIIe siècle, Jean de La Fontaine reprend à son compte une partie des fables d'Esope, comme "Le Corbeau et le Renard", "Le Loup et l'Agneau" ou encore "La Tortue et le Lièvre". L'écriture en vers de ces textes font la renommée de La Fontaine et ses fables sont toujours considérées comme des chefs-d'oeuvre de la littérature française.

Alice au pays des merveilles

Reproduction de l'illustration d'Alice par John Tenniel, Grande-Bretagne, 1865.
Reproduction de l'illustration d'Alice par John Tenniel, Grande-Bretagne, 1865. [Lara Donnet - RTS]

Publié en 1865, "Alice au pays des merveilles" de Lewis Carroll est un bestiaire complètement déjanté qui met en scène plus de 40 espèces d'animaux.

Il raconte les aventures d'une petite fille qui s'ennuie dans son jardin. Soudain elle voit passer un lapin blanc et décide de le suivre dans son terrier. Elle arrive alors dans un monde étrange rempli de personnages fantastiques comme le chat de Cheshire, la terrible Reine de Coeur, le Chapelier fou ou encore le Lièvre de Mars.

Le Lapin blanc par John Tenniel. Illustration de "Alice au pays des merveilles".
Le Lapin blanc par John Tenniel. Illustration de "Alice au pays des merveilles". [DP]
 

 

 

 

Ces créatures ont, bien sûr, une portée symbolique et servent la critique sociale et politique du livre, mais dans ce roman, destiné en premier lieu aux enfants, ils favorisent également l'imagination et l'éducation des plus jeunes. Selon Carroll, l'éducation ne devrait pas se résumer à apprendre des choses par coeur mais à réfléchir par soi-même et à se remettre en question.

 

 

>> A lire: Alice et ses merveilles s'exposent au Château de Saint-Maurice (VS)

 

 

La ferme des animaux

 

 

 

 

Parmi les fables animalières modernes les plus connues, on peut citer "La ferme des animaux" de George Orwell, satire de la révolution bolchevique de 1917 et des régimes autoritaires.

 

 

 

Tous les animaux sont égaux mais certains sont plus égaux que d'autres.

Georges Orwell, "La ferme des animaux"

 

 

En 1945, Orwell dénonce un système communiste voué à se transformer en dictature.

Dans ce court roman, les animaux d'une ferme, allégorie du prolétariat, se rebellent face aux humains représentant le capitalisme. Jugeant leurs conditions de vie inadmissibles, les cochons organisent une révolution afin de chasser les humains. Une fois ceux-ci expulsés, ils mettent en place un nouveau système qui se veut plus juste. Mais celui-ci va virer au cauchemar et glisser vers la seule dictature de Napoléon, l'un des cochons leaders de la révolution.

>> A écouter:

Un entretien sur le rôle des animaux dans la littérature avec Nicolas Ducimetière, vice-directeur de la Fondation Bodmer. Diffusé dans l'émission "Chouette!" le 9 juillet 2017.

Nicolas Ducimetière, Vice-directeur de la Fondation Bodmer.
Chouette ! - Publié le 05 juillet 2017
 

La Métamorphose

De manière volontaire ou non, des hommes se transforment parfois en animaux dans la littérature. Cette transformation sert le plus souvent à comparer l'homme aux caractéristiques de l'animal en question, permettant ainsi de se questionner sur la nature humaine.

Un des exemples le plus célèbre est "La Métamorphose" de Franz Kafka publié en 1915.

Dans ce roman, Gregor Samsa est un représentant de commerce qui fait vivre sa famille grâce à un travail qu'il effectue sérieusement mais sans joie. Un matin il se réveille transformé en un insecte immonde. Sa famille est horrifiée et ne comprend pas que Gregor continue, malgré tout, à avoir une conscience humaine. Enfermé dans sa chambre et ne pouvant plus travailler, il tente de s'adapter à son nouveau corps mais son quotidien se détériore de plus en plus.

Alors qu'il sort de sa chambre, attiré par le son du violon joué par sa soeur, il choque les locataires qui habitent dans la maison et provoque leurs départ. Son père, très fâché le blesse et Gregor finit par mourir tout seul dans sa chambre. La famille semble alors soulagée par sa mort et, alors qu'elle vivait en parasite grâce au salaire et au travail pénible de Gregor, découvre qu'elle a des ressources et un avenir.

Ce récit a donné lieu à de nombreuses interprétations sur la vie de "petit bourgeois", les relations familiales, la maladie, la solitude ou encore l'exclusion sociale.

Ces multiples interprétations montrent la force de ce texte de Kafka qui, avec son côté absurde, ouvre la voie aux textes de Camus ou de Ionesco.

 

Une des couvertures du livre "La Métamorphose" de Franz Kafka.
Une des couvertures du livre "La Métamorphose" de Franz Kafka. [Delcourt]
 

Sources:

 

Conférence: "L’animal et l'homme, l'étonnante aventure de la fable animalière" par Michel Martin-Sisteron, décembre 2006

Dossier pédagogique de la BnF sur "Le Roman de Renart"

Thèse pour le doctorat vétérinaire d'Aurélie Fournier, 2011: "Les animaux d'Alice au pays des merveilles. Oeuvre de Lewis Carroll"

Article de Roxanne Fontaine: "La métamorphose comme moyen de se rebeller, de contester dans La métamorphose de Franz Kafka et dans Truismes de Marie Darrieussecq"

Les propos de Nicolas Ducimetière, vice-directeur de la Fondation Bodmer dans l'émission de RTS - La 1ère "Chouette" du 9 juillet 2017

 

 

Réalisation web: Andréanne Quartier-la-Tente

RTSCulture

Juillet 2017