Modifié

Arnaud Viviant livre son "Cantique de la critique"

L'écrivain Arnaud Viviant. [Patrice Normand - La fabrique éditions]
Entretien avec Arnaud Viviant, auteur de "Cantique de la critique" / QWERTZ / 35 min. / le 30 novembre 2021
Le journaliste et écrivain français Arnaud Viviant signe "Cantique de la critique", un petit ouvrage intelligent et drôle qui donne à réfléchir sur notre rapport à la littérature.

"Tout critique littéraire devrait avoir écrit un ou plusieurs ouvrages, de préférence des romans, pour savoir exactement ce que c’est que l’acte d’écrire". C’est Arnaud Viviant qui le dit et c’est exactement ce qu’il a fait dans sa vie. Ancien journaliste au magazine Les Inrockuptibles et au quotidien Libération, fondateur de la revue Charles, ce pilier de l'émission Le masque et la plume sur France Inter a publié une dizaine de livres, dont trois romans.

Aujourd’hui, son "Cantique de la critique" constitue un petit ouvrage salutaire à la gloire de cet étonnant genre littéraire qu’est la critique. Saluant les grands noms de l’histoire de la critique littéraire en France, l'auteur analyse l’évolution des pratiques culturelles et les conséquences du libéralisme sur l’art romanesque tel qu’il se pratique aujourd’hui.

Deux siècles de critique

Dans ce livre, Arnaud Viviant revient sur deux siècles d’histoire, rappelant les débuts de la critique telle qu’elle est décrite dans "Les illusions perdues" de Balzac, rendant hommage aux grands noms qui se sont illustrés dans ce genre, notamment Albert Thibaudet et Jean Paulhan, mais aussi Roland Barthes.

La littérature c’est Don Quichotte, et vous avez la critique, c’est Sancho Panza qui suit derrière sur son mulet.

Arnaud Viviant 

Mais qu’est-ce qu’une bonne critique littéraire? Lire de la critique est un plaisir en soi, rappelle l’auteur. Et ce qui est important, ce n’est pas de juger mais de distinguer, pas tant de dire qu’on aime ou pas. L’intérêt d’une critique réside dans la manière dont quelqu’un décrit ce qu’un autre a écrit. "La critique est l’aventure d’une lecture", explique-t-il. Au cours de l’entretien, enregistré dans son bureau sous les toits de Paris, Arnaud Viviant revient sur sa propre histoire, ses engouements d’adolescent et explique pourquoi il a eu, très tôt, la volonté d’écrire de la critique.

Quand je suis devenu critique ou plus exactement chroniqueur littéraire, (Annie) Ernaux était déjà une auteure installée, acclamée, primée et surtout, ce qui est sans doute la plus haute marche à gravir pour un écrivain contemporain, étudiée à l’Université. Je me souviens d’avoir fait en 2001 une émission littéraire en sa compagnie et celle de Françoise Giroud où je m’étais senti comme une 4L entre deux poids lourds.

"Cantique de la critique", Arnaud Viviant

Cinquante ans de démocratisation de la littérature

Mais beaucoup de choses ont changé en deux siècles d’histoire. Viviant remarque qu’après la démocratisation de la lecture, avec l’invention du livre de poche dans les années 1970, on assiste aujourd’hui à une démocratisation de l’écriture. Car aujourd’hui tout le monde écrit et tout le monde fait de la critique, des blogueurs aux libraires.

A la remarque que les critiques ne font désormais plus vendre, Arnaud Viviant répond que cela n’a jamais été l’objectif et alerte plutôt sur les mutations économiques en cours dans la chaîne du livre. Enfin, l’auteur analyse l’émergence d’une nouvelle littérature qui a intégré les codes narratifs de la série télévisée. Soit l’efficacité, la vitesse et de bons "cliffhangers" à chaque fin de chapitre.

Sylvie Tanette/sb

Arnaud Viviant, "Cantique de la critique", ed. La Fabrique.

Vous aimez lire? Abonnez-vous à QWERTZ et recevez chaque vendredi cette newsletter consacrée à l'actualité du livre préparée par RTS Culture.

Publié Modifié