Modifié

Ophélie Winter règle ses comptes dans son autobiographie "Résilience"

Ophélie Winter, actrice, chanteuse et mannequin. [Collection ChristopheL via AFP]
Ophélie Winter se confesse, les réseaux lui tombent dessus / Vertigo / 4 min. / le 2 juin 2021
Derrière les tubes et le glamour, la star française des années 1990 Ophélie Winter a été victime de nombreux abus par son entourage. Elle les dénonce dans un livre écrit pendant le confinement et intitulé "Résilience".

Ophélie Winter est de retour sur la scène médiatique. L’interprète de "Dieu m’a donné la foi" publie une autobiographie aux prestigieuses éditions Harper Collins. De son enfance et l'inceste qu'elle a subi jusqu'à ses 16 ans en passant par sa rencontre avec Prince et ses complexes face à son corps, tout y passe.

Un succès national et international

La carrière musicale d’Ophélie Winter décolle en 1995, avec le tube classé numéro 1 du top 50 "Dieu m’a donné la foi". Les succès s’enchaînent, comme celui de la chanson "Ce que je suis" en 1998, reprise par Christina Aguilera une année plus tard avec le titre "What A Girl Wants".

La star multiplie les casquettes: autrice, compositrice, chanteuse, animatrice télé et mannequin. Son succès lui permet de rencontrer et fréquenter des musiciens de renom comme MC Solaar ou Prince, avec lequel elle aurait été sur le point d’enregistrer un album.

Des comptes à régler

C’est lors du confinement que la chanteuse décide d’écrire son autobiographie, "Résilience". Elle y raconte son enfance, durant laquelle elle subit les agressions sexuelles de son oncle handicapé. Elle tente de le dire à sa mère, qui ne la croit pas. En revanche, elle pousse la petite Ophélie à travailler dès ses 6 ans pour qu'elle devienne chanteuse. La mère fait aussi pression sur sa fille, encore adolescente, pour qu'elle ait recours à la chirurgie esthétique.

Le père d'Ophélie Winter, chanteur célèbre dans les années 1960, sera absent de sa vie, mais reviendra occasionnellement pour lui mettre des bâtons dans les roues quand elle aura du succès.

Dès l’âge de six ans, ma mère m’a fait faire du tapinage artistique. Je travaillais déjà.

Ophélie Winter

La couverture du livre "Résilience" d'Ophélie Winter. [Harper Collins / Facebook]La couverture du livre "Résilience" d'Ophélie Winter. [Harper Collins / Facebook]La star évoque aussi ses addictions aux drogues, un "passage obligé" dans le monde du show-biz, et dénonce les paparazzis qui la harcèlent constamment, au point que la chanteuse manque parfois d'y laisser la vie: boîtes GPS cachées, courses-poursuites en voiture, tout y passe.

Une réception divisée… par le sexisme

La sortie du livre et ses révélations choquantes ont de quoi émouvoir le lecteur. Cependant, beaucoup d’internautes ont réagi dans le sens inverse, en se focalisant sur le physique avantageux de la chanteuse. Les abus sexuels dont elle a été victime sont "oubliés" au profit de son apparence. Les commentaires moqueurs fusent sur sa chirurgie esthétique et l’accusent de mentir lorsqu'elle déclare ne pas être à l’aise avec son corps. Idem lorsqu'elle révèle avoir "failli faire un album avec Prince".

A se demander donc si une femme qui rentre dans les carcans de la beauté n'a pas le droit de dénoncer les injustices qu'elle a subies?

Antoine Droux/ms

Ophélie Winter, "Résilience", éditions Harper Collins.

Publié Modifié