Modifié

"Le livre de Gomorrhe", réquisitoire contre les dérives sexuelles de l'Eglise

Miniature issue de Bible Moralisée (v. 1220). Codex Vindobonensis 2554. [Bibliothèque Nationale de Vienne – DP]
Mœurs sexuelles du clergé: un scandale médiéval / Babel / 37 min. / le 28 mars 2021
Les dérives sexuelles au sein de l'Eglise ne datent pas d'hier. Au milieu du XIe siècle, "Le Livre de Gomorrhe" dénonçait déjà certaines pratiques du clergé jugées scandaleuses. Mille ans plus tard, ce brûlot du moine Pierre Damien est enfin disponible en français.

"Un vice absolument abominable et parfaitement dégradant s'est développé dans nos régions. […] le cancer de l'immonde sodomie ronge l'ordre des clercs: pire, telle une bête sanguinaire, son audace effrénée fait des ravages au sein de la bergerie du Christ." C'est ainsi que débute "Le livre de Gomorrhe", un réquisitoire sous la forme d'une longue lettre adressée au pape Léon IX au milieu du XIe siècle par Pierre Damien, un moine-ermite italien retiré à Fonte Avellana, le grand monastère de St-Romuald.

Plus de dix siècles avant le "Sodoma, Enquête au cœur du Vatican" de Frédéric Martel, "Le Livre de Gomorrhe" dénonce les mœurs sexuelles, en particulier homosexuelles, de lʹEglise. Censuré dès son époque, cet écrit en latin est traduit pour la première fois en français par Jean-François Cottier, professeur de langues et littératures classiques à lʹUniversité Paris-Diderot,

La pénitence adéquate

Dans son écrit, le moine ne prend pas de détours pour dénoncer les comportements qui l'indignent. Le récit abonde de détails et propose une description précise des pratiques de ses pairs: "Les uns se salissent tout seul. Les autres se souillent à plusieurs en se masturbant mutuellement. Certains forniquent entre les cuisses, d'autres passent par derrière."

Sur le modèle des pénitentiels du Moyen Âge, ces recueils venant en aide aux confesseurs et aux pères spirituels, l'ouvrage assigne à chaque péché la pénitence adéquate. Au programme: coups de fouet, tête rasée, humiliation sous les crachats, mise aux fers et bien sûr renvoi de la prêtrise.

En jeu, le salut des chrétiens

Ce n'est pas la luxure en tant que telle qui affole le moine, mais son développement au sein d'un clergé qui représente à cette époque "à peu près un tiers de la population mâle", indique Jean-François Cottier au micro de la RTS. Pour Pierre Damien, si les prêtres sont dévoyés, Dieu n'acceptera plus le sacrifice de la messe et c'est le salut de tous les chrétiens qui sera en danger. Il demande donc au pape de renvoyer les clercs sodomites de la prêtrise.

Bien que reçue tièdement par le pape Léon IX, la lettre de Pierre Damien s'inscrit dans la genèse de la réforme grégorienne, menée sur plusieurs siècles et par laquelle l'Eglise s'emploiera à marquer sa séparation d'avec le monde laïc. C'est cette politique, mettant notamment un fort accent sur la chasteté, qui obtiendra l'exigence du célibat des prêtres.

"Le livre de Gomorrhe" mille ans plus tard

Le nom du livre est depuis longtemps très connu, mais rares sont les personnes qui l'ont vraiment lu. Cette traduction donne enfin accès à un texte fondateur de dix siècles de réflexions sur les mœurs de l'Eglise et sur la question très actuelle du célibat des prêtres.

Et quand bien même, comme le rappelle Jean-François Cottier, "Il nous est impossible de plaquer, sur des sociétés anciennes ou médiévales, nos propres catégories mentales", une chose semble ne pas avoir changé entre "Le livre de Gomorrhe" et "Sodoma": l'omerta qui voile l'intimité de l'Eglise.

Propos recueillis par Christine Mo Costabella

Adaptation web: Sébastien Blanc

Pierre Damien, traduit par Jean-François Cottier, "Le livre de Gomorrhe", Les Edition du Cerf

Publié Modifié