Publié

Aurélie Jeannin dresse un portrait angoissant de la maternité

Aurélie Jeannin. [Melania Avanzato - DR]
Entretien avec Aurélie Jeannin, autrice de "Les Bordes" / QWERTZ / 25 min. / le 22 février 2021
"Les Bordes" d'Aurélie Jeannin est l'histoire d'une mère écrasée par le poids de ses responsabilités, de son rôle au sein d’une famille qui la rejette. La peur omniprésente du malheur la cloue au sol. Le temps d'un week-end, le drame se noue. Elle vit un cauchemar éveillé.

Après un premier roman remarqué, "Préférer l'hiver", Aurélie Jeannin rebondit avec "Les Bordes" sur des thèmes essentiels: la nature, la mort, la maternité, la filiation. Dans un roman court, dense, à l'écriture serrée, l'auteure se fait spirale, tourbillonne avec les émotions de son personnage principal, l'enferme dans ses obsessions.

Une femme, ses rôles

Brune Bordes est juge d'instruction. Elle a deux enfants, une fille un garçon de 8 et 4 ans. Epouse, mère, belle-fille sont autant de rôles dans lesquels elle se glisse, et avec lesquels elle doit composer. Les rôles l'envahissent, puis l’estompent, jusqu'à la disparition. Brune devient cette fonction que l'on n'apprend pas.

Je cherchais à faire un portrait de la maternité avec beaucoup d'authenticité, dans toutes ses nuances, dans son caractère entier qui peut parfois choquer par certaines expressions, car je trouve que le rôle maternel est très contraint dans ses représentations. Plus que d'autres. On attend certaines choses d’une mère. Il y a la bonne et la mauvaise mère, et je voulais explorer ça.

Extrait de l’entretien avec Aurélie Jeannin

Pour exprimer l'entier de ces sentiments, leur ambivalence et leur cohabitation, Aurélie Jeannin transporte son héroïne aux Bordes, dans la famille de son mari qui porte le nom du lieu qui les a vus s'ancrer. C'est une campagne verdoyante, noyée du soleil de juin, qui ne la réjouit pas. Brune n'y perçoit que dangers qui guettent ses enfants. Mais le rituel immuable de la famille l'oblige à rester là, à observer, à subir. Aux Bordes, Brune est une inexistence. Ici, rien ne bougera jamais. Le temps se chargera du délitement. Fataliste, elle s'inflige cette douleur, car l'espace familial est aussi la question des dettes de vie.

C'est une question de territoire. Une famille d'où l'on vient, une famille que l'on crée. Un ancrage très engluant, la terre qui vous englobe. Même dans la mort, on ne peut pas partir. Il y a un écrasement par le poids de la saison, du lieu, de la famille. Quelque chose qui empêche de pousser les frontières. Dans cette sorte d'espace familial, on peut border ses enfants la nuit pour qu'ils soient bien. Mais border, c'est rester entre soi, mettre des frontières pour que personne ne sorte.

Extrait de l’entretien avec Aurélie Jeannin

Du récit horaire au drame

Le champ familial vient brasser les interactions des uns avec les autres. Quelque chose peut être parfait dans l'absolu mais se heurte au principe de réalité. Le temps devient prépondérant, bombe à retardement. L'histoire se construit en récit horaire, se tend vers le drame. "Ce que je voulais juxtaposer à tout cela, c'est comment se tricote la crainte? Comment le drame se tisse dans le temps, de façon générationnelle, par héritage, précise l'auteure. Est-ce que le passé contient, conduit et décide le drame à venir? Ou le drame est-il quelque chose qui survient de manière complètement inopinée?"

Il y a quelque chose d'insaisissable en tous les cas. Le futur immaîtrisable tout comme la vie qui ouvre systématiquement sur la possibilité de la mort. Aux Bordes, on voyage sur une crête, en bordure. On peut tomber d'un côté ou de l'autre. On finit par s'abandonner et le destin devient bourreau. A force de redouter que le drame se passe, Brune construit son propre malheur en le redoutant. Aurélie Jeannin écrit en fragments d’émotion le destin d’une femme piégée dans sa fonction de mère.

Catherine Fattebert/ld

Aurélie Jeannin, "Les Bordes", aux éditions Harper Collins - Traversée.

Vous aimez lire? Abonnez-vous à QWERTZ et recevez chaque vendredi cette newsletter consacrée à l'actualité du livre préparée par RTS Culture.

Publié