Modifié

Rétrospective: les cinq livres marquants de l'année 2020

Une librairie française en mai 2020. [Hans Lucas  - AFP]
Une librairie française en mai 2020. [Hans Lucas - AFP]
Entre reports de publication et fermeture des librairies, le monde de l'édition a vécu une année agitée. Journalistes spécialisés en littérature, Jean-Marie Félix et Nicolas Julliard dévoilent leurs coups de coeur littéraires.

Les choix de Nicolas Julliard

Miguel Bonnefoy, "Héritage", Ed. Rivages

Construire une saga familiale sur quatre générations, oscillant entre deux continents, tout cela en moins de 200 pages? Il fallait la minutie poétique de Miguel Bonnefoy, la puissance narrative de ce conteur hors-pair pour relever ce défi. Un roman partiellement autobiographique, empreint de merveilleux.

>> A lire également: "Héritage", saga tendre et violente d'une famille franco-chilienne

Camille Laurens, "Fille", Ed. Gallimard

Pionnière de l'autofiction, Camille Laurens explore dans cette nouvelle plongée intime tout ce que le fait de naître fille au 20e siècle implique. De Mai 68 à #MeToo, de la séparation stricte des sexes aux réflexions contemporaines sur le genre, la temporalité de "Fille" épouse autant la vie de son autrice que l’histoire moderne du féminisme. Féroce et jubilatoire.

>> A lire également: "Fille" de Camille Laurens, quand l’écriture donne des "elles"

Hervé Le Tellier, "L'Anomalie", Ed. Gallimard

Prix Goncourt 2020, Hervé Le Tellier invente un roman-monde où les formes les plus diverses se conjuguent. Fantaisie apocalyptique digne d'un blockbuster hollywoodien, "L'Anomalie" précipite le lecteur dans un jeu de dédoublement aux conséquences vertigineuses. Brillant!

>> A lire également: "L'Anomalie", ou quand un avion peut en cacher un autre

Les choix de Jean-Marie Félix

Marie-Hélène Lafon, "Histoire du fils", Ed. Buchet Chastel

L'histoire d'un enfant né au début des années 1920 d'amours "illégitimes" entre une femme mûre assoiffée de liberté et un jeune homme prêt à toutes les conquêtes pour assouvir sa virilité naissante. Saluée par le Prix Renaudot 2020, Marie-Hélène Lafon poursuit son chantier littéraire en s'attachant à des vies minuscules qui se déploient sur un arbre généalogique foisonnant.

>> A lire également: Des secrets de famille au coeur du nouveau roman de Marie-Hélène Lafon

Vincenzo Todisco, "L'Enfant lézard", Ed. Zoé

Grison, issu de l'immigration italienne, Vincenzo Todisco décrit le sort d'un enfant de saisonnier dans la Suisse des années 1970. Évoquant la période des initiatives Schwarzenbach pour contrer la "surpopulation étrangère", l'auteur (qui parle les quatre langues nationales) se rappelle son incompréhension de gamin parfaitement intégré. Pourquoi se faire chasser, si l'on n'a pas commis de faute?

>> A lire également: "L’Enfant lézard" ou la vie recluse d'un gamin clandestin

 

Vous aimez lire? Abonnez-vous à QWERTZ et recevez chaque vendredi cette newsletter consacrée à l'actualité du livre préparée par RTS Culture.

Publié Modifié