Publié

"Le discours de la panthère", une BD philosophique à hauteur d'animaux

Couverture de la BD "Le discours de la panthère" de Jérémie Moreau. [Editions 2024 - DR]
La chronique culturelle - “Le discours de la panthère” de Jérémie Moreau / La Matinale / 2 min. / le 11 décembre 2020
Le prolifique bédéiste français Jérémie Moreau publie "Le discours de la panthère", un conte philosophique qui se déroule dans un monde peuplé d'animaux se posant des questions existentielles.

Le dessinateur français Jérémie Moreau publie presque chaque année plus qu’un album, mais un monde en soi. A seulement 30 ans, il sort "La saga de Grimr", conte initiatique islandais qui lui vaut Le Fauve d'Or à Angoulême en 2018.

>> A lire aussi: Le jeune dessinateur Jérémie Moreau récompensé du Fauve d'or à Angoulême

S'ensuit "Penss et les plis du monde", aventure philosophico-historique dans le Néolithique. Cette fois, ce grand album à la couverture luxuriante nous entraîne sur une Terre dont nous, humains, sommes absents.

Une histoire d'animaux

Planche de la BD "Le discours de la panthère" de Jérémie Moreau. [Editions 2024 - DR]Planche de la BD "Le discours de la panthère" de Jérémie Moreau. [Editions 2024 - DR]Le monde est peuplé exclusivement d’animaux qui parlent et pensent suffisamment comme nous pour qu'on puisse les comprendre, mais qui restent suffisamment loin de nous pour qu’on soit contraints, au fil des pages, de raisonner à hauteur d’animaux.

Il y a non pas une mais plusieurs histoires. La première nous fait découvrir un buffle poussant inlassablement son île pour lui éviter la destruction par une météorite. Un varan le mord avant de se lier à lui et de regretter son geste. Il va alors l’accompagner jusqu’au bout pour lui offrir une sépulture digne de ce nom.

Page après page, on découvre ainsi une autruche qui se décide enfin de sortir la tête du sable pour découvrir la beauté du monde, un bernard-l’hermite souffrant de solitude et cherchant la maison idéale, un éléphant chargé de transmettre la mémoire du monde alors qu’il a perdu la sienne.

Des questions existentielles

Qu’est-ce que le deuil? Qu’est-ce que la mémoire? L’Histoire? La beauté? Et la solitude? On sent que Jérémie Moreau est un grand lecteur de philosophie. Il fait vibrer les questions existentielles dans les actes et discours de ses animaux, sans jamais en tirer une morale comme La Fontaine par exemple. Lui propose plutôt d'ouvrir des portes de réflexion à travers les animaux.

Planche de la BD "Le discours de la panthère" de Jérémie Moreau. [Editions 2024 - DR]Planche de la BD "Le discours de la panthère" de Jérémie Moreau. [Editions 2024 - DR]Le livre frappe par la simplicité des traits, l’épure des images et la luminosité des couleurs. Les cases se découpent dans une architecture limpide qui donnent toute leur place aux girafes, panthères, tigres, autruches et éléphants esquissés en quelques traits élémentaires.

Les personnages se découpent sur une nature baignée de lumière.

Dans "Le discours de la panthère", on entre en étranger parce que l’humain est absent de ce monde. Et on ne veut plus le quitter tant on s’y sent en familiarité.

Parce que nous sommes devenus, le temps de quelques pages, un éléphant, une autruche ou un oiseau.

Anne-Laure Gannac/mcc

Jérémie Moreau, "Le discours de la panthère" , Editions 2024.

Publié