Modifié

Le Goncourt à Hervé Le Tellier pour "L'Anomalie", le Renaudot à Marie-Hélène Lafon

L'écrivain Hervé Le Tellier. [Francesca Mantovani  - Editions Galliimard]
Le prix Goncourt 2020 revient à Hervé Le Tellier pour "L'Anomalie" / Le 12h30 / 2 min. / le 30 novembre 2020
Le prix Goncourt a été décerné lundi à Hervé Le Tellier pour "L'Anomalie", un roman proche de la science-fiction qui narre la vie de passagers d'un avion qui n'aurait jamais dû atterrir. Le prix Renaudot a lui été attribué à Marie-Hélène Lafon pour "Histoire du fils".

Favori de beaucoup, Hervé Le Tellier, 63 ans, mathématicien de formation, ancien journaliste, et président de l'association de l'Oulipo (ouvroir de littérature potentielle), a obtenu huit voix contre deux pour "L'Historiographe du royaume" de Maël Renouard.

"On ne s'attend jamais à un prix comme le Goncourt. D'abord on n'écrit pas pour l'avoir, et puis on ne peut pas s'imaginer l'avoir", a déclaré le lauréat lors d'une visioconférence, aux côtés de son éditeur, Antoine Gallimard. "Ce n'était pas du tout dans mes projets", a-t-il ajouté.

Cette récompense a été décernée par visioconférence, chaque juré étant resté chez lui. Pas de délibérations à table, donc, et pas de bousculade avec les journalistes à l'arrivée du lauréat. Et le Goncourt, tout un symbole, a donc été attribué 48 heures après la réouverture des librairies.

Un vol qui n'existe pas

"L'Anomalie", huitième roman d'Hervé Le Tellier publié chez Gallimard, est bâti comme un savant jeu de construction avec un suspense haletant. La trame prend place en juin 2021 dans l'avion Paris-New York. Celui-ci traverse d'énormes turbulences et il est forcé d'atterrir sur une base militaire.

Forcé, parce que les autorités aéroportuaires ne comprennent pas d'où il vient: trois mois plus tôt, le même avion, avec les mêmes passagers et le même équipage a atterri à New York... Le lecteur va ainsi suivre la vie de ces personnages, ceux du vol de mars et leurs doubles, ceux du vol de juin.

De la petite Sofia, une fillette de 6 ans amoureuse des batraciens, à une popstar nigériane en passant par un écrivain suicidaire et un tueur à gages, ce roman met en scène des personnages attachants et souvent drôles. Mais il incite aussi le lecteur à s'interroger sur le vrai et le faux et montre que pouvoir remonter le temps n'a pas que des avantages.

10 euros symboliques

"Ce livre va faire du bien à beaucoup de monde en ce moment parce que nous vivons une époque comme tout le monde le sait, pas très réjouissante. Ce livre va enchanter beaucoup de monde. Merci de l'avoir écrit", a commenté l'écrivain Tahar Ben Jelloun, membre de l'Académie Goncourt, en visioconférence.

Si le lauréat du prix Goncourt ne reçoit que dix euros symboliques, la renommée de cette récompense fait que le livre gagnant est vendu à plusieurs centaines de milliers d'exemplaires, ce qui assure des droits plutôt conséquents au vainqueur.

>> Réécouter l'entretien avec Hervé Le Tellier dans Qwertz:

L'écrivain Hervé Le Tellier. [Francesca Mantovani  - Editions Galliimard]Francesca Mantovani - Editions Galliimard
Entretien avec Hervé Le Tellier, auteur de "L'Anomalie" / QWERTZ / 35 min. / le 10 novembre 2020

>> Lire aussi: "L'Anomalie", ou quand un avion peut en cacher un autre

boi avec afp

Publié Modifié

Marie-Hélène Lafon remporte le prix Renaudot

Le prix Renaudot a été décerné à Marie-Hélène Lafon, pour son roman "Histoire du fils", paru chez Buchet-Chastel, une saga qui court sur un siècle, de 1908 à 2008.

Le personnage principal, André, élevé par sa tante, y perce un secret de famille en explorant sa généalogie.

"C'est un parcours d'écriture, d'édition, de fidélité avec une maison qui a fait confiance à quelqu'un qui était parfaitement inconnu il y a 19 ans", a commenté Marie-Hélène Lafon, 58 ans, lors d'un entretien retransmis en ligne par le mensuel spécialisé Livres Hebdo.

"Je suis d'autant plus heureuse de l'avoir que les libraires, plus que jamais cette année, ont besoin des prix", a-t-elle ajouté.

>> A lire également: Des secrets de famille au coeur du nouveau roman de Marie-Hélène Lafon

Dominique Fortier, avec "Les Villes de papier" (Grasset), a de son côté remporté le Renaudot de l'essai.