Publié

"Héritage", saga tendre et violente d'une famille franco-chilienne

Miguel Bonnefoy. [Patrice Normand - Editions Rivages]
Entretien avec Miguel Bonnefoy, auteur de "Héritage", aux éditions Payot et Rivages / QWERTZ / 30 min. / le 5 novembre 2020
À 34 ans, Miguel Bonnefoy, arrière-arrière-petit-fils d'un émigré du Jura français établi au Chili, rend hommage dans "Héritage" aux quatre générations qui l'ont précédé, à travers une série de personnages fictifs malmenés par l'Histoire.

Premier-né sur la terre chilienne, Lazare Lonsonnier s'engage durant la Première Guerre mondiale pour défendre cette France qu'il ne connaît pas. A son retour, il épouse Thérèse, que sa passion des oiseaux a conduite à la fauconnerie; leur fille Margot – née dans la volière offerte par Lazare à sa femme – sera fascinée par "les oiseaux de métal" et deviendra aviatrice pour combattre les Allemands lors de la Deuxième Guerre mondiale. Quant au petit-fils de Lazare, Ilario Da, ses rêves de justice et d'égalité le mèneront dans les geôles de Pinochet.

Dans leurs veines à tous coule le sentiment très net du Bien et du Mal, soutenu par une volonté tenace d'aller jusqu'au bout de leurs rêves.

L'exil en partage

Outre leur courage et leur engagement, les membres de la famille Lonsonnier ont en commun le sentiment d'être déracinés mais inscrits dans une tradition familiale qui mêle le français à l'espagnol, l'Europe aux Tropiques. Miguel Bonnefoy a puisé dans sa propre histoire pour imaginer les destins d'hommes et de femmes que leurs doutes, leurs dilemmes et leurs contradictions rendent profondément attachants.

Les pages sur la torture subie par Ilario Da sous Pinochet relatent ce qu'a réellement vécu le père de l'auteur, réfugié politique en France dans les années 1970. Miguel Bonnefoy ne se contente pas de rappeler les crimes commis par la junte militaire, il exprime dans son sixième livre sa gratitude envers la France, terre d'accueil pour les opposants aux dictatures, État qui lui a donné sa nationalité ainsi que la possibilité d'écrire. Il rappelle aussi la provenance européenne des flux migratoires du début du 20e siècle.

La magie contre la noirceur

Pour autant, "Héritage" se lit comme une saga romanesque où la beauté des paysages chiliens fait contrepoids à la violence des conflits mondiaux. Ce contraste entre Nord et Sud, Miguel Bonnefoy le reproduit dans son écriture à la fois classique et nourrie de mots espagnols ou mapuche.

Au réalisme historique, il mêle la magie propre à la culture latino-américaine. Moins pour rendre hommage au maître en la matière, Gabriel Garcia Marquez, que pour transmettre au lecteur la vision d'un monde qui garde sa beauté envers et contre tout.

Geneviève Bridel/ld

Miguel Bonnefoy, "Héritage", Editions Rivages.

Vous aimez lire? Abonnez-vous à QWERTZ  et recevez chaque vendredi cette newsletter consacrée à l'actualité du livre préparée par RTS Culture.

Publié