Publié

"Elise", une BD qui révèle les humiliations de l’école d’après-guerre

Fabian Menor présente sa première bande-dessinée "Elise" [La Joie de lire]
Fabian Menor présente sa première bande-dessinée "Elise" / Le 12h30 / 10 min. / le 26 octobre 2020
Avec sa bande dessinée intitulée sobrement "Elise", le jeune dessinateur genevois Fabian Menor dévoile l'enfance de sa grand-mère, victime de violence quotidienne de la part de son enseignante dans les années 1950.

Graphiste et diplômé de l’Ecole supérieure de bande dessinée et d’illustration de Genève, Fabian Menor vient de publier sa première bande dessinée. "Elise" revient sur la préadolescence de sa grand-mère en pleine campagne française dans les années d’après-guerre.

Entourée d’une famille aimante et de son fidèle chien Dicko, la jeune fille subit chaque jour brimades et humiliations de la part de son enseignante, qui en a fait son souffre-douleur. "A cette époque, tous les enfants subissaient des violences verbales et physiques. Mais on aurait dit qu'elle avait une sorte de résilience, une chose magique en elle pour surmonter ces horreurs", révèle Fabian Menor, qui a passé des heures à écouter sa grand-mère "à la mémoire d’éléphant" lui raconter son enfance.

Humiliation ordinaire

Comme la fois où Elise est punie dans un coin de la classe, forcée à porter à bout de bras deux lourdes encyclopédies. Prise d’un besoin urgent d’aller aux toilettes, elle finit par se faire dessus devant toute la classe. Ce genre d'humiliation était hélas monnaie courante à l’époque, déplore Fabian Menor. "L'enseignant, comme le maire ou le clergé, incarnait la supériorité. (...) Des monstres comme cette professeure, il en existe encore aujourd’hui, mais on les surveille un peu mieux".

Cette maîtresse frappe les enfants et les terrorise. Mais quand Elise essaie d’en parler à ses parents, personne ne la croit.

La parole des enfants n’était alors pas considérée, les élèves n’avaient rien le droit de dire. Pourtant à cet âge, l’enfant est suffisamment mature pour déterminer le bien et le mal. Il voit bien que la situation n’est pas normale.

Fabien Menor, auteur et dessinateur de "Elise"

Soutenu depuis son adolescence par le dessinateur Zep, Fabien Menor rêve aujourd’hui de se lancer dans l’animation ou le cinéma, pour créer de toute pièce un univers ou des personnages. Le papa de Titeuf est fier de son poulain: "Je suis persuadée que la carrière de Fabian n'en est qu'à ses débuts et ne va faire que progresser, qu'il y aura des surprises et pour moi plein de raisons d'être très fier".

Propos recueillis par Nadine Haltiner

Adaptation web: Melissa Härtel

Fabian Menor, "Elise", éditions La Joie de lire.

Publié