Publié le 15 mai 2020 à 11:00

Pierre-Alain Tâche, apprivoiser la lumière

Pierre-Alain Tâche
Entretien avec Pierre-Alain Tâche, auteur de "Vues sur Cingria" et "Champ libre I" QWERTZ / 33 min. / le 13 mai 2020
Le poète vaudois publie en inédits aux Éditions de L'Aire dans la collection Le banquet deux volumes complémentaires. Dans "Vues sur Cingria", il paie sa dette à l'égard de cet auteur inclassable et ouvre avec "Champ libre I" ses Carnets de réflexions de 1968 à 1993.

Auteur d'une cinquantaine de titres dont 39 recueils poétiques, Pierre-Alain Tâche depuis "Greffes" en 1962 n'a jamais interrompu son cheminement en écriture, exclusivement en poésie confesse-t-il. Avec "Vues sur Cingria" et "Champ libre I", il se livre à la reconnaissance par l'essai et au journal de création en dialogue avec d'autres créateurs.

L'aîné baroque

Né en 1940, Pierre-Alain Tâche a traversé son adolescence avec certains modèles comme Ramuz, Roud, Crisinel ou Matthey tout en cherchant à s'en détacher pour trouver sa propre voix. La lecture des écrits polymorphes de Charles-Albert Cingria fut pour le jeune impétrant non seulement une respiration, mais une échappatoire grâce à l'imagination capricante de cet auteur qui libérait en permanence son imagination.

Qu'il portraiture un chat, un paysage, subtilise la civilisation moyenâgeuse de Saint-Gall ou s'égare entre anecdotes signifiantes et éclairs mystiques, Cingria en devient inclassable par son érudition et sa singularité. "Vues sur Cingria" rassemble trois textes parus en revue ou dans un Dossier H sur cet original qui a tant marqué la génération suivante, Chessex, Bouvier et Tâche qui reconnaît sa dette à son égard.

Sous le signe de la confiance

Dès 1968, Pierre-Alain Tâche a éprouvé douloureusement le triomphe des idées, des concepts qui semblaient arraisonner la poésie. Il fit acte de résistance poétique en cherchant dans le plus petit dénominateur commun, l'instant, un espace à habiter au plus près de la terre. Contrairement à Jaccottet, davantage enclin à une fracture plus tragique, l'auteur de "La Quête continue" ne cesse, de recueil en recueil depuis 1962, d'apprivoiser la lumière, en soi et autour de soi. Alors, par attention aux réalités mouvantes de la vie, pourrait se dégager un sens qui ne s'emprisonnerait pas dans une transcendance. Reste la confiance dans le langage, les mots pour s'harmoniser avec le monde.

"Et si ce feu

Qui t'éclaire et t'anime

Était cœur d'un instant

Libre enfin de mémoire

Comme un jeune torrent?"

Nov. 73 – 2 janvier 74 (Lutry-Lausanne)

La leçon des peintres et des musiciens

Dès sa jeunesse, Pierre-Alain Tâche était en dialogue avec les peintres de sa génération, le Groupe Impact notamment. Ses nombreux voyages, en Italie, en Grèce, dans les pays de l'Est, en France lui ouvrent en permanence les couleurs paysagères. Dans les galeries et les musées, il s'émerveille des œuvres baroques du XVIIe siècle, se penche sur un lavis de Claude Lorrain qui réalise le miracle, entre clair et obscur, d'abolir le temps et l'espace.

En Bretagne ou dans son refuge valaisan d'Ayer, la même quête lumineuse paraît l'alléger en dehors de la tutelle du sens et des mots, comme le grand peintre d'origine chinoise, Zao Wou-ki, à Aix. Avec les musiciens, le dialogue se veut tout aussi intense, car eux aussi creusent l'instant dans une durée suspendue, "trop lasse pour durer" par exemple chez Schumann. On reliera sans peine cette passion mélomane à la propre musicalité de Pierre-Alain Tâche qui, à 80 ans cette année, chemine encore en poésie, respiration de jeunesse jamais essoufflée, heureusement pour nous.

Christian Ciocca/ld

"Vues sur Cingria2, "Champ libre I" (Carnets 1968 à 1993), Pierre-Alain Tâche, coll. Le banquet, Éditions de L’Aire, 2020.

Vous aimez lire? Abonnez-vous à QWERTZ et recevez chaque vendredi cette newsletter consacrée à l'actualité du livre préparée par RTS Culture.

Publié le 15 mai 2020 à 11:00