Publié le 23 avril 2020 à 16:34

"Léa", un roman collectif en ligne destiné aux jeunes adultes

La couverture du livre collectif "Léa".
La couverture du livre collectif "Léa". [Editions OKAMA]
Pour faire la nique à la morosité virale du moment, les éditions lausannoises Okama proposent un roman fantastique et collectif écrit par 14 auteur.e.s au fil des semaines. Une initiative numérique imaginée par la cofondatrice du label, Laurence Malè.

Okama est une petite maison d'édition créée l'automne dernier à Lausanne par deux anciennes responsables éditoriales en quête d'indépendance. Spécialisées dans le genre fantastique et fantasy (registres littéraires peu fréquentés dans nos contrées), les deux éditrices ont séduit leurs lecteurs avec un premier recueil collectif intitulé "L'étrange Noël de Sir Thomas".

Le collectif d'auteurs, une idée bien dans l’air du temps en cette période où il est beaucoup question de solidarité. Dans le cas présent, Laurence Malè a demandé à 14 autrices et auteurs francophones d'écrire un chapitre d'un roman fantastique destiné aux jeunes adultes. Depuis le 19 avril, le dimanche et le mercredi, l'un des chapitres est mis en ligne sur les réseaux et sur le site d'Okama. L'identité des auteurs sera dévoilée progressivement au fil de la publication. Pour l'heure, les écrivaines romandes Catherine Rolland et Marie-Christine Horn ont signé les deux premières salves.

J'ai confié aux auteurs un synopsis que j'ai établi. Car à l'origine, je pensais écrire moi-même ce roman. Finalement, on en a fait autre chose tout en restant fidèles à l'idée originelle.

Laurence Malè, cofondatrice des éditions Okama

L'aventure n'en est qu'à ses débuts, mais Laurence Malè prévoit déjà d'offrir un prolongement à ce récit en devenir. D'abord en publiant les textes sous forme de lecture en format audio d'ici un mois; ensuite en les réunissant dans un livre sur papier dans le courant de l'automne. Et comme cette initiative est née dans un contexte particulier, l'éditrice prévoit de verser les éventuels bénéfices de l'opération à la Croix-Rouge.

Une histoire pour s'évader du confinement

Léa, l'héroïne de cette histoire, est une adolescente embarquée sur le chalutier de son oncle. Au cours d'une violente tempête au large des côtes bretonnes, Léa et l'équipage coulent avec leur embarcation. Dès lors, la jeune femme est propulsée dans un univers parallèle peuplé de créatures fantastiques avec qui elle établira une relation très particulière.

"Notre objectif était de faire rêver nos lecteurs et de les sortir de la torpeur actuelle liée au confinement. Nous voulions aussi toucher un large public, avec une histoire capable d'intéresser autant les adolescents que les adultes" précise Laurence Malè. "Léa" s'inscrit donc dans ce qu'il est convenu d'appeler la littérature "young adult", un genre né dans les pays anglo-saxons qui, par la suite, a acquis ses lettres de noblesse sur la scène francophone.

>> A écouter, un entretien avec Laurence Malè:

Laurence Malè, cofondatrice des éditions Okama.
DR
QWERTZ - Publié le 23 avril 2020

Une future collection pour jeunes adultes

Littérature fantastique et littérature young adult, deux genres qui cohabitent facilement. Au point que les éditions Okama proposeront dès l'année prochaine une collection destinée aux jeunes lecteurs désireux de s'évader dans d'autres mondes.

Mais avant cela, il s'agira de consolider les acquis de la jeune maison d'édition, malgré la crise actuelle que connaît la chaîne du livre. Manque de chance, Laurence Malè avait prévu de publier un deuxième livre maison début avril: "La Dormeuse", de Catherine Rolland. Les exemplaires de ce roman resteront en stock jusqu'à nouvel avis.

Lorsqu'elle n’écrit pas, Catherine Rolland (fidèle d'Okama) est médecin urgentiste. On imagine bien que, par les temps qui courent, ses urgences ne sont pas que littéraires…

Jean-Marie Félix/ld

"Léa", roman collectif, éditions Okama.

Vous aimez lire? Abonnez-vous à QWERTZ et recevez chaque vendredi cette newsletter consacrée à l'actualité du livre préparée par RTS Culture.

Publié le 23 avril 2020 à 16:34