Publié

Le décor préféré des vidéoconférences? La bibliothèque!

La bibliothèque idéale en vidéoconférence est riche mais un peu déstructurée, diversifiée en format et en genres. [Depositphotos]
La bibliothèque idéale en vidéoconférence est riche mais un peu déstructurée, diversifiée en format et en genres. [Depositphotos]
A l'heure de la dématérialisation de la culture, la plupart des invités intervenant sur le Covid-19 ont choisi de se montrer devant leur bibliothèque. Que signifie ce regain d'intérêt et que veulent dire ces mises en scène de soi?

Alors que Marie Kando dans son best-seller "La Magie du rangement" nous exhorte à nous débarrasser du plus grand nombre d'objets pour y voir clair et accueillir les ondes positives; alors qu'elle a disparu des catalogues de décoration qui préfèrent les intérieurs épurés avec deux vases et trois bambous ou les beaux objets vintage; alors que la culture est en train de se dématérialiser de jour en jour, la bibliothèque, avec de vrais livres, fait son grand retour grâce à la communication à distance, engendrée par l'obligation de se confiner.

Car vous l'avez certainement remarqué, quand il s'agit d'apparaître depuis chez soi pour donner son avis, ressenti, analyse de la pandémie, la plupart des intervenants le font devant leur bibliothèque. Que signifie ce regain d'intérêt pour un meuble qui avait quasiment disparu de notre champ visuel?

Notre besoin d'empathie

Bien sûr, le confinement nous invite à lire et on sait combien la lecture peut être apaisante en ces périodes de tourments. Certains parlent d'"hôpital pour l'esprit".

Mais elle a aussi une autre vertu, elle réveille en nous l'empathie, un sentiment qui favorise les élans collectifs et le travail en coopération. C'est le chercheur en psychologie sociale Christophe Haag qui le dit  la RTS: "Il faut un engagement intellectuel et émotionnel assez intense pour aller chercher à comprendre les personnages d'un roman, à cerner leur vie intérieure, qui est souvent compliquée. Il s’agit là d’un entraînement pour le cerveau intuitif, qui va permettre de booster notre empathie, et notre lecture de l’autre".

Ainsi, la bibliothèque témoignerait de notre sens de l'écoute, de notre capacité à juger les situations complexes et de notre aptitude à les partager.

>> A écouter, les vertus de la lecture par le chercheur en psychologie sociale:

Christophe Haag. [christophe-haag.com]christophe-haag.com
L'intelligence émotionnelle au service du confinement: interview de Christophe Haag / Forum / 5 min. / le 4 avril 2020

L'autorité et la saveur du savoir

Mais la bibliothèque a aussi une autre fonction, elle incarne le savoir, l'autorité, la connaissance. Dis-moi à quoi elle ressemble et je te dirai si je peux te faire confiance! D'où le choix des livres mis en exergue. A l'écran, pas de mangas, têtes de gondoles ou livres trop précieux qu'on n'ose même pas ouvrir mais beaucoup d'essais, de poches et quelques beaux livres - mais pas trop pour éviter de paraître pédant ou trop aisé.

On aura beau informatiser, normaliser; chaque bibliothèque conservera son odeur spécifique, sa stratégie, ses sésames et ses secrets.

Nicolas Bouvier

La disposition des livres a aussi un sens: éviter le classement trop homogène - par couleur ou collections - qui donne l'impression d'une tapisserie, le trop académique qui donne de vous l'image du savant un peu déconnecté ou le trop relâché qui fait penser à un jardin abandonné.

La bibliothèque idéale en vidéoconférence est riche mais un peu déstructurée, diversifiée en format et en genres, à hauteur de main - on sait que les livres tout en haut ne sont jamais lus - et n'interdit pas la présence de quelques objets personnels entre les rayons. Les livres que l'on devine écornés ou défraîchis sur leurs tranches donnent l'impression d'avoir vraiment été consultés, et c'est un signe d'authenticité.

La bibliothèque doit apparaître comme un lieu vivant, qu'on fréquente quotidiennement.

Faire le lien avec le passé

"Un vieillard qui meurt, c'est une bibliothèque qui brûle", dit un proverbe africain. La bibliothèque est une mémoire; elle raconte les connaissances acquises et accumulées par les générations passées. Sans bibliothèque, pas d'Histoire, pas de recherche scientifique, pas de patrimoine. C'est un bien commun qui permet de faire le lien entre passé et présent, de se sentir moins seuls, de savoir d'où on vient et d'admettre que nous ne sommes pas plus savants que les anciens, malgré les progrès techniques et technologiques, notamment la numérisation des textes les plus importants et fragiles. La bibliothèque dit une certaine humilité et le goût d'apprendre.

C'est tout ce qu'on demande à des experts.

Marie-Claude Martin, à partir de la revue de presse de Valérie Droux.

Publié