Modifié le 25 mars 2020 à 09:46

L'incroyable destin d'une Genevoise en cavale pendant douze ans

La couverture du livre "La scandaleuse Madame B." de Pierre Béguin.
Pierre Béguin: "La Scandaleuse Madame B." Caractères / 1h00 / le 22 mars 2020
Entre réalité et fiction, le roman de Pierre Béguin "La scandaleuse Madame B." suit les traces de Josette Bauer. Une jeune femme jugée pour parricide, qui s'évade de sa prison suisse en 1964 et y retourne dix-sept ans plus tard, extradée des États-Unis.

Pour les Genevois, Josette Bauer, née Geisser, est "la sorcière des Délices", la diabolique complice de l'assassinat commis par son mari contre son père à elle. Geisser était riche, sa fille et son gendre ruinés par le train de vie que menait Josette frivole et volage.

Amour maternel défaillant

"Un déficit de liens stables et durables", ce sont les mots de l'expert sur la personnalité de Josette Bauer, dont le seul crime, selon son avocat, serait de n'avoir pas cru au projet meurtrier de son mari. Le soir du meurtre, cette éternelle ado blessée par le manque d'amour maternel s'amuse dans un dancing à la mode de La Côte. Verdict du procès des époux Bauer: 15 ans pour lui, 8 pour elle, qui en purge les 2/3 avant de s'évader sans attendre la réponse à sa demande de liberté conditionnelle.

Dix-sept ans plus tard, retour à la prison pour femmes d'Hindelbank (Berne) pour celle qui a vécu mille vies. Josette Bauer aura passé douze ans en cavale et onze dans différentes prisons, notamment aux États-Unis, pour trafic de drogue où la police suisse a retrouvé sa trace. Imprudence fatale, Josette écrit à sa mère – surveillée par la police suisse - pour lui raconter sa nouvelle vie de citoyenne américaine au Nouveau-Mexique: directrice d'un centre équestre, spécialiste du dressage, travailleuse acharnée.

Sujet rêvé pour Truman Capote

Pierre Béguin a découvert Josette Bauer en enquêtant pour son précédent livre sur l'affaire Jaccoud. Il se fonde sur l'autobiographie de celle-ci ("Une femme en cavale", Ed. Favre 2001) pour évoquer un projet romanesque qu'aurait nourri à son sujet l'écrivain Truman Capote. Hypothèse plausible puisque l'auteur américain passait à cette époque la moitié de l'année à Verbier et avait sans doute suivi les aventures de Josette Bauer dans la presse suisse.

Truman comme Josette a souffert d'abandon familial, il a un besoin éperdu de reconnaissance et une vitalité qui en ont fait un "people". Béguin prête donc à l'auteur du best-seller "De sang-froid" une correspondance savoureuse dans laquelle il évoque non seulement le personnage de Josette Bauer mais aussi le contexte sociopolitique et mondain des années 1970 où elle se trouve aux États-Unis. Ces chapitres débordent d'anecdotes délectables et de commentaires drôles ou émouvants sur les drames qui frappent le clan Kennedy ou sur les succès qu'obtiennent d'autres écrivains.

Un pion sur l'échiquier diplomatique

L'écrivain Pierre Béguin. L'écrivain Pierre Béguin. [Samuel Kirszenbaum - albin-michel.fr] Pierre Béguin a la dent dure pour la justice helvétique, dont l'acharnement à récupérer la fugitive est sans commune mesure avec la durée de la peine que Josette aurait dû finir de purger à Hindelbank avant sa libération conditionnelle: six mois! Pendant quatorze ans, la Suisse rappelle au gouvernement américain le traité d'extradition qui lie les deux pays.

C'est la prise d'otages à l'ambassade américaine à Téhéran qui aura raison de la protection que la justice américaine accorde à Josette Bauer, pour sa collaboration en tant que témoin privilégié du narcotrafic. La Suisse assurant les bons offices entre l'Iran et les États-Unis, le gouvernement américain ne peut que sacrifier Josette sur l'autel de la diplomatie.

"La sorcière des Délices" aura joué de malchance, selon Pierre Béguin qui ne cache pas sa sympathie pour cette femme résiliente et "totalement transformée par ce qu'elle a traversé". Une femme libre dont il n'hésite pas à dire qu'elle était la "victime de son époque, dans une Genève calviniste qui ne tolérait pas les écarts de morale".

Geneviève Bridel/aq

Pierre Béguin, "La scandaleuse Madame B.", Albin Michel.

Vous aimez lire? Abonnez-vous à QWERTZ et recevez chaque vendredi cette newsletter consacrée à l'actualité du livre préparée par RTS Culture.

Publié le 24 mars 2020 à 13:52 - Modifié le 25 mars 2020 à 09:46