Modifié le 06 mars 2020 à 20:58

Joël Dicker: "C'est un roman suisse qui met en avant la langue française"

Joël Dicker : "C'était important pour moi de marquer un peu plus mon identité suisse, je dois à la Suisse mon caractère".
Joël Dicker : "C'était important pour moi de marquer un peu plus mon identité suisse, je dois à la Suisse mon caractère". 19h30 / 3 min. / le 06 mars 2020
"C'est un roman suisse, d'un écrivain suisse": Joël Dicker revendique un ancrage helvétique dans son dernier roman "L'énigme de la chambre 622". Mais plus que le terroir, le Genevois a voulu mettre en avant la langue française.

Contrairement à ses précédents romans, Joël Dicker a placé l'intrigue de son nouvel ouvrage en Suisse. Il multiplie les détails géographiques et topographiques dans "L'énigme de la chambre 622", qui paraît le 17 mars en Suisse puis le 25 mars en France.

Reste que s'il a voulu montrer l'importance de cet ancrage en Suisse, l'auteur genevois explique vendredi dans un entretien accordé à la RTS qu'il a souhaité rester universel: "Le lecteur argentin, français ou anglais doit s'y retrouver tout autant. Il pourra aussi se faire sa Suisse imaginaire."

Un ancrage régional

Pour Joël Dicker, l'intrigue, qui se déroule notamment à Genève et à Verbier (VS), est l'occasion de rappeler que "la Suisse est un acteur majeur de la francophonie". "Pour moi, l'élément le plus suisse, c'est le français", ajoute-t-il.

Le 6e roman de Joël Dicker, "L'énigme de la chambre 622", se déroule en grande partie à Genève.
19h30 - Publié le 06 mars 2020

"Pas besoin de jouer la carte du terroir", précise cependant l’écrivain, qui revendique la modernité du plaisir de la lecture: "La littérature a besoin de se retrouver dans sa modernité. Ce n’est pas ancien, ce n’est pas poussiéreux."

Joël Dicker apporte dans son roman des détails qui le lient à la Suisse, que ce soient des lieux, des journaux, des hôtels ou des restaurants. Il explique par exemple ses références à la Tribune de Genève: "Je voulais une intrigue atemporelle. La Tribune de Genève est dans le quotidien depuis longtemps. Il y a une longévité suffisante."

>> Joël Dicker et l'ancrage régional:

Joël Dicker: "Je voulais une intrigue atemporelle"
L'actu en vidéo - Publié le 06 mars 2020

"L'Académie? Si on m'y invite..."

A 34 ans, Joël Dicker pourrait-il se porter candidat à l’Académie française? "Mon caractère voudrait plutôt qu'on m'y invite", explique Joël Dicker.

L'auteur ajoute ironiquement: "Je n'y pense pas chaque jour en me rasant."

>> Joël Dicker et l'Académie française:

Joël Dicker: "L'Académie? Si on m’y invite..."
L'actu en vidéo - Publié le 06 mars 2020

"La paternité m'a appris la mortalité"

Père depuis un an d’un garçon prénommé Wolf, Joël Dicker explique: "La paternité m'a appris la mortalité, la fragilité de la vie, la fragilité de sa propre vie."

La mortalité est d'ailleurs très présente dans son livre, qu'il dédie à son éditeur et ami Bernard de Fallois. "C'était mon maître, dit Joël Dicker. C'est important d'avoir un maître!" "Bernard de Fallois m'a appris mon métier et m'a appris à comprendre, comment me débrouiller tout seul et poser les bonnes questions pour arriver à comprendre."

>> Joël Dicker et la paternité:

Joël Dicker: "La paternité m'a appris la mortalité"
L'actu en vidéo - Publié le 06 mars 2020

L'interview de Joël Dicker sera diffusée au 19h30 et en version intégrale dans l'émission "Pardonnez-moi".

Propos recueillis par Darius Rochebin

Adaptation web: Frédéric Boillat

Publié le 06 mars 2020 à 12:24 - Modifié le 06 mars 2020 à 20:58