Modifié le 04 novembre 2019 à 16:23

Sylviane Dupuis, la poésie comme un geste

Sylviane Dupuis
Sylviane Dupuis "Géométrie de lʹillimité" Ed. Empreintes Entre nous soit dit / 56 min. / le 30 octobre 2019
Mélanie Croubalian rend hommage à la poétesse et essayiste Sylviane Dupuis qui a été son professeure de français. Elle dit combien elle est redevable à cette femme qui a réussi magistralement à marier des concepts en apparence paradoxaux: méthode et poésie, géométrie et illimité.

Comment naissent les poèmes? On a souvent l’impression que la poésie, de tous les arts de l’écriture, est le lieu par excellence de la création pure. C’est là et nulle part ailleurs, pense-t-on, que la liberté est absolue et que l’imagination ne connaît pas de limites.

Pourtant, dans le recueil qui nous intéresse aujourd'hui, il est question de termes aussi cartésiens que "géométrie" et "méthode". Qu’est-ce que ces mots barbares et scientifiques ont à voir avec la poésie? Si on y réfléchit bien, c’est logique. La poésie, c’est aussi un nombre de pieds définis, des règles de versification; en bref, la poésie, c’est aussi des mathématiques. Souvenez-vous de vos cours de français, à l’école. Vous comptiez sur vos doigts pour analyser des sonnets, des quatrains, des alexandrins et des décasyllabes. Eh oui, ne vous en déplaise, en faisant de la poésie, vous faisiez aussi des maths.

Ajouter du lyrisme

Mais à la différence des mathématiques, dans la poésie, il faut aussi ajouter un supplément d’âme. Et de musique. Rien ne sert d’agencer les mots en suivant aveuglément les règles établies, il faut encore y ajouter le lyrisme, le talent, l’inspiration. Sylviane Dupuis parvient magistralement à marier des concepts en apparence paradoxaux: méthode et poésie, géométrie et illimité. Elle pousse même l’audace jusqu'à nous donner une définition poétique de ce qu’est un poème:

Poème : cela qui abstraitement

embrasse et voue à la métamorphose

le corps déchiré du

réel –

Ce réel que l’on se prend en pleine face en découvrant ce poème est sans aucun doute la base de toute écriture. Mais le mot-clé se trouve peut-être un peu plus bas. Le dernier vers conclut avec une grande habileté:

[comme] la musique immatérielle

qui est une forme de l’amour

Les ingrédients de la recette

La recette commence à devenir plus évidente: prenez quelques grammes de réel. Traitez-les avec de la méthode et de la géométrie, saupoudrez le tout d’amour, vous obtiendrez de la poésie.

Ce n’est pas un hasard si j’ai choisi ici de vous parler de cette poétesse souvent trop discrète. Car en plus de ses talents d’écrivaine, Sylviane Dupuis a eu la bonne idée d’enseigner le français à des générations de collégiens et d’étudiants à Genève. J’ai eu la chance d’en faire partie, il y a plusieurs années. Et c’est seulement aujourd’hui, en écrivant ce texte, que je réalise pourquoi cette excellente pédagogue m’a réellement appris à écrire.

Là où je n’avais que de l’amour pour les mots, elle a su y ajouter de la méthode. Là où au contraire je ne faisais qu’appliquer les règles géométriques du français sans y ajouter mon âme, Sylviane Dupuis m’a appris les mérites de l’amour du langage. Depuis ce jour, j’ai compris que tout ce que l’on écrit se joue autour de cette délicate alchimie entre méthode et poésie. Audiard disait: "Bienheureux les fêlés, car ils laissent passer la lumière". Les poèmes de Sylviane Dupuis sont ainsi. Fêlés, et lumineux. La preuve:

ainsi

du poème

ses mots, un volet clos

dans les interstices duquel passe

– invisiblement –

l’ouvert

Mélanie Croubalian

Sylviane Dupuis, "Géométrie de l’illimité" suivi de "Poème de la méthode" (Editions Empreinte)

Vous aimez lire? Abonnez-vous à QWERTZ et recevez chaque vendredi cette nouvelle newsletter consacrée à l’actualité du livre préparée par la rédaction culturelle de la RTS.

Publié le 01 novembre 2019 à 06:03 - Modifié le 04 novembre 2019 à 16:23