Modifié le 20 mai 2019 à 08:26

Mathias Howald obtient le prix du public RTS avec "Hériter du silence"

L'auteur Mathias Howald.
Mathias Howald, lauréat du prix public RTS 2019 parle de son premier roman "Hériter du silence" Forum / 5 min. / le 18 mai 2019
Avec son premier roman, "Hériter du Silence", le Lausannois Mathias Howald reçoit le prix du public de la RTS doté de 10'000 francs. Une récompense attribuée chaque année depuis trente-deux ans à un ou une auteur.e domicilié.e en Suisse.

C'est un jury de vingt-cinq lecteurs, volontaires, qui a fait son choix parmi six nominés. Le jury du prix du public a délibéré pendant trois heures, samedi matin, dans les locaux de la RTS, à Lausanne, sous l'œil attentif de Patrick Ferla.

"Des débats passionnants et passionnés. Vifs, vivants, clivants parfois. Que retenir d'un livre? L'histoire qui l'habite, le style? Le souffle? L'écriture? L'émotion qu'il procure à la lecture?", a commenté le président du jury samedi dans le 12h30.

Dans l'émission Forum, l'auteur s'est dit "très surpris" mais surtout "touché et ému", de recevoir un prix pour son premier roman. Un prix au "un goût particulier" pour l'écrivain, car il est celui du public et donc des lecteurs.

La mort d'un père

"Hériter du Silence", aux éditions d'Autre Part, est un texte très intime qui parle du deuil, de la mort d'un père: "C'est la musique de l'absence, la disparition d'un père: un texte émouvant où le narrateur s'adresse à l'absent en tentant, par le biais de la photographie, de reconstruire une histoire familiale plombée par les non-dits", résume Patrick Ferla, qui n'avait pas le droit de vote.

>> Ecouter l'émission consacrée à "Hériter du silence" de Mathias Howald:

La pochette du livre "Heriter du silence" de Mathias Howald.
Editions d'autre part
Culture au point - Publié le 29 juin 2018
 

Pour les jurés, avec ce premier roman, "on assiste à la naissance d'un écrivain". Mathias Howald fête cette année ses 40 ans. Il recevra son prix le 7 septembre pendant la manifestation Le livre sur les quais, à Morges.

Stéphanie Jaquet

Publié le 18 mai 2019 à 13:14 - Modifié le 20 mai 2019 à 08:26