Modifié le 16 avril 2019 à 09:37

André Comte-Sponville: "Pourquoi la vie aurait-elle une signification?"

Le philosophe français André Comte-Sponville au Salon du livre de Paris le 17 mars 2019.
Livre: André Comte-Sponville, "Contre la peur et cent autres propos" Vertigo / 6 min. / le 10 avril 2019
Dans "Contre la peur et cent autres propos", un recueil de chroniques publiées dans diverses revues, le philosophe français explore le sentiment de peur qui se généralise dans nos sociétés. Et propose quelques remèdes.

Pour être féconde, André Comte-Sponville estime que la philosophie ne doit pas rester dans sa tour d'ivoire mais se confronter au quotidien, à l'actualité et, surtout, être accessible au plus grand nombre. C'est pourquoi il écrit volontiers dans les médias. Son dernier ouvrage "Contre la peur et cent autres propos" réunit des textes parus dans "Challenges", "Le Monde des religions" ou "Philosophie magazine" sur des sujets aussi divers que les attentats de 2015, la postvérité, la dépénalisation du cannabis, les vacances ou l'euthanasie.

La peur a toujours existé puisque la vie est dangereuse

Dans un monde complexe, en mutation permanente, globalisé, virtuel et connecté, l'inquiétude semble être une réponse légitime. "La peur a toujours existé puisque la vie est dangereuse, et qu'elle l'était encore plus dans les siècles précédents. Nous vivons dans une société bien plus confortable et pourtant l'inquiétude augmente, parfois pour de bonnes raisons, comme le réchauffement climatique, parfois pour des raisons plus mystérieuses."

Penser et lire les grands écrivains

La peur en tout cas est devenue, selon le philosophe, un sentiment de plus en plus répandu et qui tend à dominer le discours politique, notamment celui des populismes qui en jouent beaucoup. Comment alors combattre ce sentiment qui nous mine?

>> A regarder, l'émission "Le Passager" où André Comte-Sponville s'entretient de manière badine avec Manuella Maury, notamment sur son admiration de la Suisse: 

André Comte-Sponville
Le passager - Publié le 04 février 2011

Dans son recueil, le philosophe nous invite à penser au lieu de se lamenter et d'agir plutôt que de trembler. Il ajoute son remède personnel: lire, les philosophes, mais surtout des écrivains comme Montaigne, Flaubert, George Sand ou Stefan Zweig. Car si Comte-Sponville se voit progressiste politiquement, il se décrit comme conservateur culturellement.

La culture, c'est ce que nous avons reçu en héritage et que nous avons à charge de transmettre. Un livre vient toujours du passé; on n'a encore jamais lu un livre d'avenir.

André Comte-Sponville, philosophe français.

Athée revendiqué, matérialiste, rationaliste et humaniste, André Comte-Sponville s'énerve devant une tendance contemporaine à vouloir à tout prix "donner du sens à la vie".

Aucun grand philosophe du passé n'a utilisé l'expression "sens de la vie". Pourquoi voudriez-vous que la vie ait une signification? Elle n'est ni un discours, ni un symptôme.

André Comte-Sponville, auteur de "Contre la peur et cent autres propos"

Dès lors la question n'est pas de savoir si la vie a un sens mais si nous l'aimons assez pour être vécue. Le sens n'est pas un principe mais un résultat. Et le philosophe de citer Spinoza: "Ce n'est pas parce qu'une chose est bonne que nous l'aimons mais c'est parce que nous l'aimons qu'elle nous paraît bonne. C'est l'amour qui crée de la valeur et non pas la valeur qui crée l'amour."

Propos recueillis par Linn Levy

Adaptation web: Marie-Claude Martin

Publié le 15 avril 2019 à 15:09 - Modifié le 16 avril 2019 à 09:37