Publié le 11 janvier 2019 à 13:26

"Le dernier des étés" d'Alfonso Casas part sur les traces du temps perdu

La couverture de la BD "Le dernier des étés" d'Alfonso Casas.
"Le dernier des étés" d'Alfonso Casas Calmos / 3 min. / le 08 janvier 2019
Roman graphique original tant par sa forme que par son contenu, "Le dernier des étés" d'Alfonso Casas propose un voyage dans le temps fait d’émotions, de tendresse et de mélancolie.

"Le dernier des étés" raconte l’histoire de Dani, un photographe espagnol sur le point de se marier. Avant de lier son destin à quelqu’un d’autre, il décide de retourner dans la petite ville balnéaire où il allait jadis avec ses parents pour passer l’été.

Dani débarque avec le projet de reprendre en photo les lieux qu’il avait immortalisés dans sa jeunesse. Il songe par la même occasion à ces moments d’enfance et surtout à cette amitié avec un gosse du coin, surnommé Poil de carotte. Puis c’est l’adolescence qui apparaît et ses questions sur l’amour, le groupe mais aussi sur cette différence entre Dani, le citadin, et Poil de carotte, le provincial qui sont pourtant les meilleurs amis de la vie.

Les grandes questions

Pour le Dani adulte, cette période est fondatrice de son identité. Et même si ce n’est jamais dit expressément dans le livre, on sent bien que son amitié pour Poil de carotte est précurseur de bien plus. Il repense à tout ça, seul, dans un voyage dans le temps. Et si les choses n’avaient pas été pareilles….

On se laisse prendre par cette recherche du temps perdu. Le livre est parsemé de pages calques, qui nous montrent le passé avec en transparence, le présent. La couverture est composée d’une jaquette transparente qui nous montre Dani et Poil de carotte sautant à l’eau depuis un ponton qui, lui, est imprimé sur le carton.

Mais pourquoi ces oreilles?

Le dessin d’Alfonso Casas est très doux, les couleurs aussi. Pourtant, il y a une question qu’on se pose tout au long de la lecture. Pourquoi ces oreilles? Alfonso Casas a choisi de donner à ses personnages des oreilles surdimensionnées qui détournent de la lecture.

L’histoire, même si elle est un peu convenue et qu’elle fait planer un mystère qui n’en est pas vraiment un, est intéressante. Les ambiances sont tendres et il y a des passages drôles. Comme les retrouvailles de Dani avec un ancien camarade, qui est devenu un poivrot et qui a un très bon souvenir de Dani, alors que dans le passé, il le martyrisait.

Mais on regarde les oreilles et c'est dommage. Car derrière, il y a une très belle histoire.

Didier Charlet/aq

"Le dernier des étés", Alfonso Casas, Editions Paquet

Publié le 11 janvier 2019 à 13:26