Modifié

"Bienvenue en Suisse", plus qu'un pamphlet, un excellent documentaire

L’invitée culturelle: sabine Gisiger présente son documentaire «Bienvenue en Suisse» [RTS]
L’invitée culturelle: Sabine Gisiger présente son documentaire "Bienvenue en Suisse" / 12h45 / 10 min. / le 7 juin 2018
"Bienvenue en Suisse", documentaire réalisé par la Zurichoise Sabine Gisiger, sort ce mercredi dans les salles. Le film relate le refus, en 2015, du maire d'une commune argovienne d'accueillir 10 réfugiés dans son village.

Après le succès de "Yalom, la thérapie du bonheur", la cinéaste zurichoise Sabine Gisiger revient avec "Bienvenue en Suisse", documentaire autour d'un petit village qui a défrayé la chronique en 2015, à Oberwil-Lieli, dans le canton d'Argovie. Avec un maire UDC à sa tête, la commune a préféré payer une amende de 290'000 francs plutôt que d'accueillir une petite dizaine de migrants. Sabine Gisiger a suivi les rebondissements et les divisions qui ont agité le village durant des mois.

"Bienvenue en Suisse" est plus qu'un pamphlet qui fustige la politique migratoire de la Suisse, c'est un excellent documentaire. Pour son film, Sabine Gisiger a recueilli, avec une réelle écoute, les paroles contradictoires des habitants du village argovien concerné, mais aussi celles de trois acteurs politiques.

>> A voir, la bande-annonce du film:

L'histoire d'un compromis

Il y a Andreas Glarner, le maire UDC qui refuse d'accueillir les réfugiés, quitte à payer une très grosse amende. Johanna Gündel qui incarne la résistance de près de la moitié des résidents d'Oberwil-Lieli, en désaccord avec la politique de leur élu. Et enfin, Susanne Hochuli, conseillère d'Etat verte d'Argovie qui essaie de trouver des solutions et accueille deux familles de réfugiés chez elle.

Le film fait mouche quand il montre comment les points de vue peuvent bouger sensiblement, comment le débat politique peut aboutir à un compromis certes imparfait, mais qui a le mérite d'exister. Et surtout, lorsqu'il observe une situation complexe à hauteur d'êtres humains, notamment par l'implication concrète de simples citoyens, professeurs, agriculteurs, restaurateurs, capable de solutions souvent plus pragmatiques et sensées que les politiciens.

Rafael Wolf/ld

Publié Modifié