Modifié le 19 octobre 2017 à 15:18

Trotski, "héros rock'n'roll" d'une série télévisée russe

Portrait de Lev Davidovitch Bronstein (1879-1940), dit Léon Trotski, daté de 1936.
Portrait de Lev Davidovitch Bronstein (1879-1940), dit Léon Trotski, daté de 1936. [Archives Snark / Photo12 - AFP]
Cent ans après la Révolution d'octobre, une série télévisée russe se penche sur l'une de ses figures les plus controversées, Léon Trotski.

La première chaîne publique russe, Pervy Kanal, diffusera début novembre les huit épisodes de "Trotski", présentée cette semaine lors du Mipcom, le marché international des contenus audiovisuels à Cannes.

"C'est la première série dédiée à Trotski dans l'histoire de la Russie", a souligné Konstantin Ernst, le directeur général de Pervy Kanal lors du Mipcom où il a rencontré de potentiels acheteurs dont Netflix.

"Contrairement à Lénine, Trotski ressemblait à un héros rock'n'roll: évasion de prison, révolution, amour, exil et meurtre", a-t-il souligné.

Objectivité difficile

Brillant orateur et théoricien du marxisme, Léon Trotski a été l'un des principaux instigateurs avec Lénine de la révolution d'Octobre 1917.

"C'est difficile d'être objectif cent ans après, mais nous avons essayé de produire une série fondée sur des événements réels", assure le producteur de la série Alexandre Tsékalo.

"Trostki a joué un rôle sanglant et important dans la révolution russe", souligne-t-il.

afp/olhor

Publié le 19 octobre 2017 à 15:16 - Modifié le 19 octobre 2017 à 15:18

Le révolutionnaire apparaît de plus en plus froid et manipulateur

Incarné par le populaire acteur russe Konstantin Khabenski, un Trotski vieillissant discute dans le premier épisode dans sa maison de Mexico avec un journaliste canadien. Il s'agit en réalité de l'espion espagnol Ramon Mercader, envoyé par Staline pour l'assassiner.

La série montre ensuite sa jeunesse dans la ville d'Odessa, aujourd'hui en Ukraine, où vivait une importante communauté juive.
Celui qui s'appelait alors Bronstein est battu par un gardien de prison pour ses origines juives: "Les révolutionnaires et les juifs ne comprennent pas la nation russe." Le jeune homme décide ensuite de troquer son nom pour celui du gardien de prison: Trotski.

Au fur et à mesure que se déroule l'intrigue, le révolutionnaire apparaît de plus en plus froid et manipulateur.