Modifié le 19 mai 2017 à 11:14

La bonne baffe d'Andrey Zvyagintsev qui ouvre la compétition à Cannes

L'équipe du film "Faute d'amour", Andrey Zvyagintsev, Maryana Spivak et Alexey Rozin, en compétition officielle au Festival de Cannes 2017.
La bonne baffe d'Andrey Zvyagintsev à Cannes RTSculture / 1 min. / le 18 mai 2017
Détesté des autorités russes qui adoreraient le réduire au silence, adoré des festivals, Andrey Zvyagintsev ouvrait la compétition officielle avec un cinquième long-métrage, Nelyubov ("Faute d’amour").

C’est l’histoire d’un couple qui se déchire. Comme dans "Scène de la vie conjugale" de Ingmar Bergman. Sauf qu’eux, ils s’engueulent à longueur de journée avec une violence rare et permanente. Et ils détestent aussi leur fils. Ou plutôt, ils se foutent éperdument de ce "gamin", parce qu’un "gamin, ça chiale pour un rien".

L’enfant disparaît. Il a fugué, le vilain. Alors, les recherches s’organisent.

La comédienne russe Maryana Spivak dans "Faute d'amour", du réalisateur Andrey Zvyagintsev.
La comédienne russe Maryana Spivak dans "Faute d'amour", du réalisateur Andrey Zvyagintsev. [Festival de Cannes]

Cinglant, tendu et beau. Le nouveau film du Russe multiprimé Andrey Zvyagintsev ("Leviathan", "Elena", "Le Retour") est formellement aussi brillant que ses précédents. Les rimes visuelles, le plan séquence, les travellings, la musique assourdissante.

La virtuosité en marche, au service de l’acuité du propos, politique forcément. Et vlan, une bonne baffe en début de compétition.

Sonder l'âme russe

Mais Zvyagintsev a fait mieux. Il a surtout fait moins lourd. Pourquoi charge-t-il autant ses personnages? Pourquoi filme-t-il ces parents défaillants jusqu’à les rendre obscènes, sans leur laisser la moindre échappatoire? Tout est verrouillé, d’emblée. Et surligné, de la psychologie des personnages (une mauvaise mère en engendre une autre) à la dimension politique.

On file les métaphores faciles, pour être sûr que tous les spectateurs auront bien compris qu’il s’agit, à travers ce couple irréconciliable, de faire le portrait de la Russie contemporaine, sa déprime, ses divisions internes. Pour davantage de complexité, passez votre chemin.

Raphaële Bouchet/mcc

Publié le 18 mai 2017 à 18:33 - Modifié le 19 mai 2017 à 11:14